Pécresse et NKM veulent rompre l'accord entre leur parti et celui de Boutin - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Pécresse et NKM veulent rompre l'accord entre leur parti et celui de Boutin

Nathalie Kosciusko-Morizet et Valérie Pécresse s'élèvent contre l'appel de Christine Boutin à voter en faveur de Marine Le Pen.
 
Les récentes prises de position de Christine Boutin provoquent des remous dans les rangs du parti Les Républicains. Après la qualification de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron en vue du second tour de l'élection présidentielle, dimanche 23 avril, la fondatrice du Parti chrétien-démocrate (PCD) a rompu le silence. Soufflant le chaud et le froid à l'annonce des résultats, en déclarant "possible" qu'elle vote en faveur de la fille de Jean-Marie Le Pen, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a finalement décidé de lever les ambiguïtés.
 
Le 24 avril, Le Figaro a révélé la teneur du bulletin que Christine Boutin mettra dans l'urne, le 7 mai prochain. Et ce ne sera pas Emmanuel Macron. "Mon objectif, c'est d'affaiblir Emmanuel Macron. Si on pouvait le faire battre, j'en serais ravie", a-t-elle déclaré au quotidien, qualifiant son vote de "révolutionnaire". Face à cette déclaration, Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet ont réagi, chacune de leur côté.
 
Au Figaro, dans son édition du 28 avril, la présidente de la région Île-de-France a parlé d'une "ligne rouge que l'on ne peut pas franchir", invitant le parti de la rue de Vaugirard à exclure Christine Boutin et donc à rompre le pacte unissant le Parti chrétien-démocrate aux Républicains. Dans un entretien accordé au Monde, l'ancienne candidate pour la mairie de Paris a appelé à "mettre un terme" à l'alliance "avec la formation de Christine Boutin, qui votera elle, pour Marine Le Pen". Deux positions similaires éloignées du "ni-ni", théorisé autrefois par Jean-François Copé. Pour l'heure, aucune décision n'a été prise concernant le parti désormais présidé par Jean-Frédéric Poisson.
 
Lors d'un bureau politique réuni au lendemain du 23 avril, Les Républicains ont décidé d'appeler à voter contre Marine Le Pen, sans plaider explicitement pour un vote en faveur d'Emmanuel Macron, ce qu'ont pourtant fait plusieurs ténors du parti, à l'instar de François Fillon ou Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article