Propos négationnistes : Jean-François Jalkh remplacé par Steeve Briois à la tête du FN - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Propos négationnistes : Jean-François Jalkh remplacé par Steeve Briois à la tête du FN

Confronté à l'exhumation de propos négationnistes sur les chambres à gaz, Jean-François Jalkh s'est désisté en faveur du maire d'Hénin Beaumont et compte porter plainte.
 
«Sérieux, patriote et modéré», c'est le jugement que portait jeudi Florian Philippot au sujet de Jean-François Jalkh, premier vice-président du FN et dirigeant du parti par intérim. Invité sur BFM-TV de vendredi, Louis Aliot, autre vice-président du parti annonce que c'est finalement le maire de Hénin Beaumont Steeve Briois qui assurera la présidence du FN par Intérim. Un choix qui intervient au terme d'une polémique portant sur le parcours sulfureux de l'ancien compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, connu pour avoir commémoré la mort du Maréchal Pétain en 1991 et accusé d'avoir tenu des propos négationnistes dans un entretien récemment exhumé. Selon ce document, Jean-François Jalkh aurait contesté l'utilisation du Zyklon B dans les chambres à gaz nazies.
 
«Jalkh a refusé la mission, a affirmé Louis Aliot, interrogé par Jean-Jacques Bourdin. Il considère qu'il n'y a pas la sérénité nécessaire à l'exercice de cet intérim. Il veut se défendre, il va déposer plainte, car il considère qu'on a attenté à son honneur. Je peux vous dire qu'il conteste fermement et formellement ce qu'on lui reproche», a poursuivi l'eurodéputé FN. Et d'assurer: «Moi je connais, Jean-François depuis 25 ans, dans l'intimité et dans la politique. Je ne l'ai jamais entendu se prononcer sur ces sujets-là… donc moi j'ai des doutes». Une ligne de défense également soutenue par Nicolas Bay sur Europe 1 au même moment. Le secrétaire général du FN a jugé que «l'accusation contre Jean-Francois Jalkh n'est absolument pas fondée. On lui fait un très mauvais procès».
 
«C'est une information livrée sans doute par la préfecture de police. Ce n'est pas un hasard si cela ressort à deux semaines du second tour», a estimé pour se justifier Jean-François Jalkh, qui a précisé «ne pas se souvenir» des propos qui lui sont prêtés dans cette interview datant de 2000. «Il est possible que j'ai vu ces gens-là le 14 avril 2000, mais les étudiants qui arrivent pour parler de Zyklon B, je les vois venir. Je ne suis pas un débutant au FN, j'y suis depuis 1974 : je mets quiconque au défi de dire m'avoir entendu tenir des propos sur ces sujets-là», a-t-il développé dans les colonnes du Monde. Pourtant Magali Boumaza, auteure de l'interview, est formelle: elle certifie au site Buzzfeed avoir recueilli ces propos, et annonce disposer d'un enregistrement.
 
Après la mise en retrait de Marine Le Pen, Jean-François Jalkh avait pris la présidence par intérim en sa qualité de premier vice-président, comme le veulent les statuts du FN. C'est également cet homme de confiance des Le Pen père et fille qui avait assuré la succession à la tête du parti en 2011. A noter que Jean-françois Jalkh reste le secrétaire général du micro parti de Marine Le Pen, Jeanne, essentiellement destiné à la récolte de fonds pour les campagnes électorales de la candidate. En dehors des soupçons concernant son passé, Jean-François Jalkh est également cité dans plusieurs affaires judiciaires, comme celle des kits de campagne du FN, mais aussi celle des assistants parlementaires du Front national au Parlement de Bruxelles, dans le volet concernant Jean-Marie Le Pen.
 
Jean-François Jalkh a également vu son immunité parlementaire levée à Bruxelles: il est visé en tant que personne morale par une plainte déposée en 2014 par «La Maison des Potes», un réseau d'associations spécialisées dans la lutte contre les discriminations. En cause notamment, les mesures de préférence nationale proposées par le FN aux élections municipales et recommandées dans le «guide de l'élu» du parti. Cette plainte a conduit le parquet de Nanterre à ouvrir une information judiciaire.
 
Comme annoncé par Louis Aliot, c'est donc Steeve Briois, le maire de Hénin-Beaumont, qui dirigera le parti jusqu'à l'éventuel retour de Marine Le Pen. Ce dernier a notamment été à l'origine de l'initiative controversée ma «commune sans migrants» en 2016.

Ca se voit que ce parti n'a pas du tout changé, toujours aussi dangereux, et faire le ménage en dernière minute, c'est pour mieux se faire élire mais après, on les reprendra...

Les électeurs de Le Pen se font manipuler par cette folle !!!!

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article