Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Europe 1 : Thomas Sotto a "appris par la presse" son remplacement

Le journaliste est en colère : alors que son remplacement par Patrick Cohen a été annoncé il y a plus d'une semaine, sa direction ne lui a toujours pas signifié son départ. Entretien.
 
Il pilote la matinale d'Europe 1 depuis quatre saisons... Presque un record ! Mais Thomas Sotto va devoir céder le micro la saison prochaine à Patrick Cohen, débauché sur France Inter par Arnaud Lagardère. Le journaliste de 43 ans, qui s'était fait connaître sur BFM et sur M 6 en présentant «Capital», s'exprime pour la première fois sur son éviction programmée.
 
Comment avez-vous vécu ces dernières semaines ?
 
Thomas Sotto : Curieusement. Je fais un métier où l'on va chercher l'information, on la vérifie. Là, j'ai appris que j'allais être remplacé à la matinale par la presse... Cela m'étonne car j'ai toujours eu de bons rapports avec mes directions, dont celle d'Europe 1. Or, malgré mes multiples sollicitations, je n'ai toujours pas été contacté par mes patrons. Seul un coup de fil élégant et cordial de Patrick Cohen m'a permis, enfin, d'avoir des informations sur mon avenir.
 
Cela vous blesse-t-il ?
 
Non, cela ne me blesse pas. Sur le fond, il est légitime qu'une nouvelle direction arrive. Sur la forme, je suis un peu en colère. Je regrette surtout l'image donnée de la matinale d'Europe 1. Contrairement à ce que l'on dit, elle va bien. L'audience de la station a baissé de 11 % cette année contre 3 % pour la matinale. En janvier 2016, on se félicitait d'avoir une matinale au plus haut depuis cinq ans. J'aime passionnément cette radio. Sa rédaction se bat, elle a fait une belle couverture de la présidentielle... C'est injuste que tout cela soit attaqué... et peut-être pas assez défendu.
 
Auriez-vous souhaité rempiler une saison de plus ?
 
La question ne se pose plus, si j'en crois la presse. Je viens de vivre quatre saisons de bonheur alors que je n'aurais jamais imaginé pouvoir me lever si tôt ! C'est la magie de la radio de pouvoir créer une osmose entre les personnes qui m'entourent et les auditeurs. Je suis fier d'avoir poussé la présence de Dany Cohn-Bendit, Raphaël Enthoven ou Jérôme Commandeur, et d'avoir féminisé l'antenne. La matinale n'a pas démérité. Elle a longtemps tenu la maison à bout de bras avant d'être aussi impactée par la chute des audiences.
 
Comment l'expliquez-vous ?
 
Le fait majeur a été le départ de Laurent Ruquier pour RTL et son remplacement par Cyril Hanouna qui, malgré ses qualités démontrées en télé, n'a pas fonctionné à Europe 1. Ensuite, la station a connu des changements de grille trop fréquents. Sans parler de l'affaire Morandini : il a fallu rebricoler une grille à la rentrée alors que le 6-12 heures était très puissant. Enfin, le départ de Jean-Pierre Elkabbach en décembre a contribué à accélérer la dégradation de l'image d'Europe 1. C'était une erreur à quatre mois de la présidentielle. Nos auditeurs ont perdu leurs repères, ils n'ont plus compris où on voulait les emmener.
 
Patrick Cohen pourra-t-il redoper la grille ?
 
Patrick Cohen est quelqu'un de bien. Je souhaite sa réussite et celle d'Europe 1. L'équipe qui arrive devra construire une grille forte et cohérente. Je crois que le rapport affectif des auditeurs avec Europe 1 reste très fort. Rien n'est perdu.
 
Aujourd'hui, qu'allez-vous faire ?
 
L'affaire est entre les mains du groupe Lagardère. J'attends qu'il clarifie les choses. J'ai l'impression d'être sur le départ, mais cela ne m'a pas été signifié.
 
Où serez-vous la rentrée prochaine ?
 
Mon avenir, c'est déjà demain au micro de la matinale. Au-delà, je n'en ai aucune idée, mais j'ai beaucoup d'envies. J'ai des touches en télé. Ma curiosité m'incite à regarder partout.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article