François Fillon à nouveau convoqué le 30 mai par les juges - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

François Fillon à nouveau convoqué le 30 mai par les juges

Après une pause lors de la présidentielle, les magistrats accélèrent leur enquête sur les soupçons d’emplois fictifs dont auraient pu bénéficier l’épouse et deux enfants de l’ancien premier ministre.
 
Après une courte pause le temps de l’élection présidentielle, l’enquête judiciaire sur l’« affaire Fillon » et les emplois fictifs dont auraient pu bénéficier Penelope Fillon, la femme de l’ex-premier ministre et candidat malheureux de la droite à la présidentielle, ainsi que deux de leurs enfants, Marie et Charles, reprend. Et s’accélère.
 
Selon Le Monde, François Fillon est convoqué le 30 mai par les juges chargés du dossier, Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau. Lors de son interrogatoire de première comparution, le 14 mars, le candidat Les Républicains à la présidentielle avait refusé de répondre aux questions des magistrats, se contentant de lire une déclaration écrite dans laquelle il clamait son innocence et critiquait le rythme de la justice, « en plein cœur de la campagne présidentielle ». Il s’était alors vu notifier sa mise en examen, notamment pour « détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d’abus de biens sociaux ».
 
Les deux enfants du couple Fillon devaient être, de leur côté, convoqués après leur père. Les magistrats s’intéressent à la réalité des emplois d’assistant parlementaire dont ont également bénéficié, successivement entre 2005 et 2007, Marie et Charles Fillon.
 
Vendredi 12 mai, c’est le financier et mécène Marc Ladreit de Lacharrière qui a été mis en examen, pour « abus de biens sociaux », dans le volet de l’enquête consacré à l’embauche de Penelope Fillon à la prestigieuse Revue des deux mondes, dont il est le propriétaire, entre mai 2012 et décembre 2013. Un travail de conseillère littéraire, pour lequel Mme Fillon a été rémunérée 5 000 euros brut par mois, mais qui n’a donné lieu qu’à la publication de deux courtes critiques de livre, alimentant dès lors le soupçon sur son caractère fictif.
 
L’information sur la mise en examen de Marc Ladreit de Lacharrière, révélée par Le Journal du dimanche (JDD) du 14 mai, a été confirmée au Monde, dimanche, par une source proche de l’enquête. Il s’agit d’un coup rude pour l’influent homme d’affaires, âgé de 76 ans, 23e fortune de France (2,2 milliards d’euros en 2016, selon le magazine Forbes), dont la carrière a toujours été louée et qui fait figure de « parrain » du capitalisme français.
 
Il s’agit de la quatrième mise en examen prononcée dans cette enquête, après celle de François Fillon, le 14 mars, puis celles de l’actuel maire de Sablé-sur-Sarthe, Marc Joulaud, le 24 mars, et de Penelope Fillon, le 28 mars.
 
De fait, née des révélations du Canard enchaîné fin janvier, l’enquête qui a empoisonné la campagne du candidat de la droite à la présidentielle, jusqu’à son élimination dès le premier tour, embrasse large. Elle vise, bien au-delà de la Revue des deux mondes, l’ensemble des emplois rémunérés de Penelope Fillon comme collaboratrice parlementaire de 1986 à 2013, pour un salaire mensuel moyen de 3 600 euros, d’abord auprès de son mari, quand il était député de la Sarthe, puis de son successeur à l’Assemblée, Marc Joulaud. Ces contrats financés par l’Assemblée lui ont rapporté un montant total de 680 380 euros net.
 
Vendredi, les dénégations de Marc Ladreit de Lacharrière n’auront pas convaincu les juges. Arrivé vers 9 heures rue des Italiens, au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, M. Ladreit de Lacharrière n’en est ressorti qu’à 19 heures, sous le coup d’une mise en examen sans contrôle judiciaire. Au cours des dix heures passées dans le bureau des magistrats, le PDG de la holding Fimalac a réitéré les propos déjà tenus par les époux Fillon, dont cette « totale liberté » laissée à Penelope Fillon pour organiser son travail, ces nombreuses fiches de lecture réalisées sans avoir été publiées, ces conseils donnés pour l’avenir de la revue…
 
Une défense mise à mal par le directeur de la revue de l’époque, Michel Crépu, qui avait accrédité auprès du Canard enchaîné la piste de l’emploi de complaisance, déclarant n’avoir eu « à aucun moment (…) la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire ».
 
Devant les juges, vendredi, Marc Ladreit de Lacharrière a également dû s’expliquer sur ses liens d’intérêts avec M. Fillon, un « ami » de trente ans. Car non seulement sa holding Fimalac fut cliente de la société de conseil personnelle de M. Fillon, 2F Conseil, mais il a octroyé, en 2013, un prêt de 50 000 euros à l’ex-premier ministre de Nicolas Sarkozy, remboursé mais non déclaré. Or, c’est sous le gouvernement Fillon, en 2010, que le milliardaire a été élevé au rang de grand-croix de la Légion d’honneur. Une distinction qu’il redoute désormais de perdre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article