Législatives : Valls devra bien affronter Dieudonné, son "gifleur", et Francis Lalanne - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Législatives : Valls devra bien affronter Dieudonné, son "gifleur", et Francis Lalanne

Alors que les dépôts de candidatures aux législatives sont clos depuis vendredi soir, le polémiste Dieudonné a confirmé ce samedi qu'il défierait bien Manuel Valls dans son fief de l'Essonne. Une circonscription dans laquelle se présente aussi le chanteur Francis Lalanne.
 
Au lendemain de la clôture des dépôts de candidatures aux législatives, c'est confirmé, Manuel Valls devra bien composer avec une concurrence singulière dans sa circonscription de l'Essonne. L'humoriste controversé Dieudonné, condamné en janvier pour incitation à la haine, a en effet réaffirmé ce samedi qu'il défiera l'ancien Premier ministre dans son fief, à Evry - Corbeil. Tenant une conférence de presse au théâtre de la Main d'Or, à Paris, le polémiste a également intronisé son suppléant, Nolan Lapie, le jeune homme qui avait giflé Manuel Valls en Bretagne. Et pour les électeurs qui craindraient un manque de poésie dans cette étrange confrontation, qu'ils se rassurent, le chanteur Francis Lalanne a lui-aussi bien déposé sa candidature en préfecture.
 
Il y a quelques jours encore, Manuel Valls pouvait pourtant se sentir soulagé d'être sorti indemne d'une intense polémique. Député sortant dans cette 1ère circonscription de l'Essonne, il avait d'abord provoqué un tollé à gauche en annonçant son souhait de se représenter sous l'étiquette La République en marche. Le mouvement d'Emmanuel Macron lui avait toutefois refusé de l'investir, au titre du renouvellement, et Manuel Valls y avait au passage perdu l'appui des socialistes. Bien installé dans son fief, l'ancien maire d'Evry a finalement obtenu que ni l'un ni l'autre parti ne lui confronte quelqu'un face à lui. Une victoire, rapidement ternie cette semaine par la perspective d'affronter des candidats venus tout particulièrement pour en découdre avec lui.
 
Faisant mine d'appeler Manuel Valls à «faire la paix», Dieudonné a, ce samedi matin, confirmé qu'il venait défier son «bourreau» qui, selon lui, «s'est acharné pendant des années» sur lui. En janvier 2014, l'ancien ministre de l'Intérieur avait notamment envoyé une circulaire à l'attention des préfets, que Le Parisien s'était procuré, intitulée «Lutte contre le racisme et l'antisémitisme — manifestations et réunions publiques - spectacles de M. Dieudonné M'Bala M'Bala». Dans son viseur, «Le Mur», le dernier show de l'humoriste, présenté en tournée à compter du 9 de ce mois de janvier dans plusieurs villes de France et qui contiendrait «des propos antisémites et infamants à l'égard de plusieurs personnalité de confession juive (...) et des atteintes virulentes et choquantes à la mémoire des victimes de la Shoah». Depuis, le polémiste a été reconnu coupable d'incitation à la haine et condamné à deux mois de prison ferme par la justice belge pour d'autres propos jugés antisémites. En France, il a également été condamné à 3000 euros d'amende, en 2015, pour injure contre Manuel Valls.
 
C'est dans ce contexte que le polémiste a appelé l'ancien Premier ministre à «débattre face à face» en vue des législatives. Se présentant comme un candidat sérieux, Dieudonné a également annoncé qu'il axerait sa campagne sur la justice et ce qu'il considère comme de l'ingérance de l'Etat à travers sa propre expérience. D'où sa proposition phare : une loi pour insérer des caméras dans les tribunaux, «pour que les citoyens aient accès aux débats».
 
Quant à son suppléant, du haut de ses 18 ans, «il a donné de l'espoir aux Français» en giflant Manuel Valls en janvier dernier, lors d'un déplacement à Lamballe (Côtes-d'Armor), a jugé Dieudonné. A l'époque, le jeune homme posait déjà, sur son profil Facebook, en faisant une «quenelle», ce geste à connotation antisémite instauré par le polémiste. Peu de risque, dans cette ambiance, que l'ancien Premier ministre accepte le débat.
 
Et si cette improbable confrontation avait lieu, les autres candidats de la circonscription y seraient-ils conviés ? Francis Lalanne ne le serait de toutes façons pas, en tant que suppléant Jacques Borie, un restaurateur de la ville qui se présente sous les couleurs du collectif 100%. Portant toutefois médiatiquement le duo, le chanteur a pris soin de préciser que sa participation à l'élection n'était «pas loufoque» : «Elle est celle d'un activiste citoyen et responsable politique sur le terrain depuis (...) 2008», a-t-il assuré jeudi depuis Evry.
 
Le poète a par ailleurs dit vouloir porter «une alternative citoyenne à la politique politicienne» incarnée, selon lui, par Manuel Valls. Pour Lalanne, l'(ex-)socialiste est «emblématique de l'incompétence, du carriérisme et de l'opportunisme !» Le chanteur, marqué à gauche, ne lui a également pas pardonné sa «trahison» vis-à-vis de Benoît Hamon, vainqueur la primaire.
 
Pas loufoque donc, mais assez originale pour éclipser jusqu'à présent la participation des 19 autres candidats rien que dans cette circonscription ! Et les 144 postulants pour les dix sièges de l'Essonne.

No comment ce Dieudonné, il va quand en prison ???

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article