Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Des chercheurs français ont trouvé une alternative à l’huile de palme

Deux entreprises d’Occitanie (Sud de la France) se sont alliées avec le Laboratoire toulousain des Interactions Moléculaires et Réactivité Chimique et Photochimique (CNRS-Toulouse III) afin de créer un substitut à l’huile de palme qui est un des facteurs du désastre écologique de cette décennie.
 
Les entreprises Nataïs (fabricant de pop-corn) et Poult (biscuitier) se sont associées afin de sponsoriser les recherches d’un laboratoire toulousain dans l’optique de trouver une alternative à l’usage d’huile de palme afin d’aboutir à la démocratisation de ce substitut. En effet, si le karité ou l’huile de coco auraient pu remplacer l’huile de palme, leur exotisme n’aurait fait que déplacer le problème de déforestation. A base d’huile de tournesol, ce nouveau substitut représente une alternative locale aux valeurs nutritionnelles plus bénéfiques. Le hic qui risque de faire coincer tout le processus de commercialisation est le prix. En effet, au vu des conditions de travail déplorables, l’huile de palme est plutôt imbattable en termes de prix. Cependant, les valeurs nutritionnelles et environnementales sont positives et plus durables sur le moyen-long terme. L’initiative de ces entreprises est à encourager. En effet, l’accroissement des compagnies qui s’engagent dans une stratégie de RSE (responsabilité sociétale des entreprises) a montré que le choix entre économie et environnement n’était qu’un mythe. Au contraire, les stratégies plus respectueuses de l’environnement et de ses employés, si elles demandent un investissement de départ, sont plus rentables et font profiter aux marques d’une image positive : gagnant-gagnant.
 
Personne n’a pu manquer les différents scandales liés à l’huile de palme. Cette huile provient des fruits de l’arbre exotique : le palmier à huile. La production, l’utilisation et la consommation d’huile de palme ont explosé ces dernières années (doublé en 10 ans) pour deux raisons : remplacer les graisses partiellement hydrogénées précédemment pointées du doigt et leur très faible coût. Seulement, le problème a bel et bien été déplacé et non résolu.
 
En effet, depuis les débuts de son utilisation, l’huile de palme est huée de toutes parts à cause de ses effets néfastes sur la santé, de l’impact de sa production sur l’environnement ainsi que des conditions de travail déplorables liées à la culture du fameux arbre. Amnesty International, dans son rapport sur l’huile de palme de 2016 fait un constat des plus déplaisants : « atteintes graves et systématiques aux droits des ouvriers et ouvrières dans les plantations de palmiers à huile », « le développement de ces plantations se fait en rasant des forêts. La déforestation qui en résulte cause de grave problèmes environnementaux, parmi lesquels la destruction de l’habitat des orang-outans et des tigres de Sumatra ». En tant que consommateur, éviter cette huile relève du parcours du combattant lorsqu’on sait qu’elle et ses dérivés sont présents « dans environ 50 % des produits de consommation courante. Outre pour son utilisation en cuisine, l’huile de palme entre dans la composition de nombreux produits alimentaires tels que pains de mie, céréales pour le petit-déjeuner, margarines, chocolats, crèmes glacées, biscuits et confiseries. On la trouve également dans des lessives, des shampooings, des crèmes, des savons et des rouges à lèvres, ainsi que dans des biocarburants destinés aux voitures et aux centrales électriques. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article