En direct - Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob sont remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

En direct - Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob sont remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire

En direct - Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob sont remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire

16h44: "Ils ont été l'un et l'autre entendus sur le fond de l'affaire" précise l'avocat de Marcel Jacob.

16h39: Les époux Jacob sont placés sous contrôle judiciaire avec obligation de vivre séparément, de pointer à la gendarmerie, et de ne pas s'exprimer dans les médias.

16h36:  Marcel et Jacqueline Jacob sont remis en liberté sur décision de la cour d'appel de Dijon

13h09: "Si elle reste en prison, ça serait un scandale (...) on agira en fonction"  (Avocat Jacqueline Jacob).

13h06: "Elle est dévastée à l'idée de rester en prison" (Avocat Jacqueline Jacob).

13h05: "J'ai demandé la remise en liberté immédiate de Jacqueline Jacob", affirme son avocat.

12h54: Stéphane Giuranna, avocat de Marcel Jacob, évoque "une mise en détention provisoire abusive"

12h45: "Le procureur général estime qu'il faut maintenir la détention provisoire" (Avocat époux Villemin)

12h44: "J'ai sollicité le maintien de la détention provisoire" , déclare Thierry Moser, l'avocat des époux Villemin

12h42: Le verdict sera rendu dans l'après-midi sur la remise en liberté des époux Jacob

12h39: L'audience est terminée, annonce Thierry Moser, l'avocat des époux Villemin

Les époux Jacob, écroués depuis vendredi dans le cadre de l’affaire Grégory, sont arrivés ce matin à la cour d’appel de Dijon, dont la chambre de l’instruction doit décider de leur maintien ou non en détention provisoire.

Marcel Jacob et son épouse Jacqueline, grand-oncle et grand-tante de Grégory, sont arrivés dans deux véhicules différents, cachés sous des couvertures et encadrés par un important dispositif policier.

Leur arrestation surprise la semaine dernière dans les Vosges a relancé l’affaire, jamais élucidée depuis la découverte du garçon de quatre ans, pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne, le 16 octobre 1984.

Les deux septuagénaires, soupçonnés d’enlèvement et séquestration suivis de mort, avaient été placés en détention vendredi.

Ils n’avaient jamais été inquiétés jusqu’alors même si leurs noms apparaissaient au fil des 12.000 pièces du dossier.

La détention vise à «empêcher une concertation frauduleuse» et une «pression qui serait de nature à nuire à l’efficacité des investigations», a justifié le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc.

Source JMM

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article