EN DIRECT - L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de l'approcher - Son procès renvoyé au 11 juillet - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

EN DIRECT - L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de l'approcher - Son procès renvoyé au 11 juillet

EN DIRECT - L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de l'approcher - Son procès renvoyé au 11 juillet

14h12: L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de l'approcher.

14h11: Le procès de l'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet est renvoyé au 11 juillet.

13h49:  Son avocat Me Lachenaud a annoncé à LCI qu'il allait demander le renvoi de l'audience.

Avant d'apporter des éléments nouveaux. "Il reconnait sa présence sur les lieux et un échange verbal mais pas les insultes".

Selon lui, c'est Nathalie Kosciusko-Morizet qui s'est montrée virulente avec son client en lui assénant un : "Dégage connard".

Vincent Debraize aurait alors à ce moment là repousser les tracts avant que la candidate se mette un coup dans le visage toute seule, raconte-t-il.

Avant d'assurer que son client Me. Lachenaud n'a pas tenté "de fuir", mais est parti avoir été menacé par trois hommes et avait peur "de se faire casser la figure." 

11h07: L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet va être jugé en comparution immédiate dès cet après-midi, indique L'Express.

Nos confrères précisent qu'il sera jugé pour "violences ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à 8 jours sur personnes chargée d'une mission de service publique" et "outrage".

09h27: L'agresseur de  Nathalie Kosciusko-Morizet reconnaît l'avoir insulté mais affirme ne jamais l'avoir touchée.

Samedi, à la veille du second tour des législatives, cet homme, maire de Champignolles (Eure), s'était rendu de lui-même à la convocation des policiers chargés de l'enquête sur cette altercation qui avait provoqué la chute et l'évanouissement de l'ancienne ministre jeudi sur un marché parisien où elle distribuait des tracts.

Il avait été placé en garde à vue pour «violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public».

Âgé de 55 ans, cet homme est le maire sans-étiquette d'un petit village de l'Eure.

Champignolles, situé à 35 km à l'ouest d'Evreux, ne compte en effet qu'une quarantaine d'habitants. Vincent Debraize, cadre dans le secteur privé a été élu en 2008 et réélu en 2014.

"Il a passé toute la journée de vendredi à Champignolles. Le soir, il a dit à des collègues qu'il devait remonter sur Paris parce qu'il était convoqué à la police. Et il leur a expliqué pourquoi", a raconté au Parisien un colistier de l'intéressé.

Nathalie Kosciusko-Morizet a reconnu dimanche sa défaite aux élections législatives dans la 2e circonscription de Paris (Ve, VIe et VIIe arrondissements).

Le député sortant n'était autre que... l'ancien premier ministre François Fillon.

«Ce soir, malgré un net sursaut des électeurs en faveur de ma candidature par rapport au premier tour, Gilles Le Gendre a remporté l'élection législative», a admis l'ancienne ministre sur son compte Facebook.

Le candidat de la République en marche arrive nettement en tête avec 54,53% des voix dans cette circonscription qui a toujours été à droite.

Source JMM

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article