EN DIRECT - Législatives : Les grands noms éliminés au 1er tour - Carton plein pour Emmanuel Macron - Le FN faible - LE PS laminé - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

EN DIRECT - Législatives : Les grands noms éliminés au 1er tour - Carton plein pour Emmanuel Macron - Le FN faible - LE PS laminé

EN DIRECT - Législatives : Les grands noms éliminés au 1er tour - Carton plein pour Emmanuel Macron - Le FN faible - LE PS laminé

12h48 : A Épinay-sur-Seine, notamment célèbre pour le congrès du Parti socialiste en 1971, le candidat Yannick Trigance est éliminé dès le premier tour avec seulement 834 voix.

A noter que dans cette première circonscription de Seine-Saint-Denis, le député sortant est Bruno Le Roux, éphémère ministre de l'Intérieur.

10h47 : Pour Christine Boutin, les élections législatives marquent le début de "l'Exode" et annonce la Terre promise au bout".

10h41 : "C'est la faute des dirigeants [des Républicains], pas des électeurs" a regretté Rachida Dati sur Franceinfo. 

"Il y a un an, cette élection était imperdable pour nous (...) et on se tape ces scores là", a déclaté la maire LR du 7e arrondissement de Paris.

10h28: L’ex-ministre PS Thierry Mandon a estimé lundi sur RTL que le Parti socialiste était à «terre, décapité, éclaté» prônant que le nouveau PS «bosse» et répétant qu’il fallait donner «les clés à une nouvelle génération».

«On est à terre, décapité, éclaté, c’est quand même difficile d’avoir un soir de premier tour aussi violent», a reconnu l’ancien secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur.

«A l’évidence, la réécriture et la réinvention d’un parti socialiste, c’est la première des tâches qui sera devant nous dans quelques jours», a-t-il dit.

«Il faut donner les clés à une nouvelle génération», a-t-il prôné, comme il l’a dit depuis la fin mai.

09h58: L’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (LR) a estimé lundi que le raz de marée La République en marche (REM) qui s’annonce aux législatives était «un bing-bang» mais prévient qu’il va «falloir tout construire».

«On assiste à un énorme +bing bang+!», s’est exclamé sur RTL M. Raffarin, ajoutant: «je pense que les gens de sagesse et de responsabilité seront utiles».

«Les gens nouveaux arrivent, il n’y a plus d’encadrement ni à gauche ni à droite, de nouvelles forces arrivent, (..) il n’y a pas d’organisation», a-t-il dit. «Il va falloir structurer un parti qui n’existait pas et va devoir être au centre de la vie politique française», a-t-il ajouté.

«Il va falloir tout construire, c’est une impulsion très importante, c’est un +big bang+», a-t-il répété. «Ca va être compliqué», a-t-il pronostiqué. «Le président de la République il a une majorité mais un Parlement, ça doit vivre avec un travail créatif, il va y avoir des amendements, des débats», a-t-il ajouté.

09h52: L’abstention massive (51,29%) qui a marqué le premier tour des législatives est «un échec de cette élection», a estimé lundi Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement.

«C’est un échec de cette élection, c’est un échec qui se répète hélas (...) je crois qu’effectivement il faut l’entendre, il faut redonner confiance», a déclaré M. Castaner sur France 2.

«C’est notre responsabilité gouvernementale, celle du président, celle du Premier ministre, de redonner confiance dans l’élection», a-t-il ajouté.

09h48: Le vice-président du Front National, Florian Philippot, mise sur «plus de députés» FN que ce qui a été annoncé dimanche soir à l’issue du premier tour après que le FN a subi un revers important aux législatives.

«Il faut reconnaître qu’il y a eu une vague Macron, tout le monde a subi», a-t-il dit sur Europe 1. Mais «nous pouvons avoir beaucoup plus de députés que ce qui a été annoncé», a-t-il assuré.

Interrogé sur un «objectif» chiffré, M. Philippot a répondu: «un maximum, il faut un maximum de députés de l’opposition», rappelant que 20 candidats FN étaient arrivés en tête dimanche soir.

09h16: Interrogé sur BFMTV sur ses ambitions de devenir président des Républicains, Xavier Bertrand a refusé de répondre. "Je me concentre sur le 18 juin", a-t-il affirmé, tout en restant, volontairement, très ambigu.

08h15: Selon les résultats définitifs, en voix, le mouvement présidentiel, La République En Marche (REM), arrive nettement en tête (32,3%), devant LR-UDI (21,5%) et le FN (13,2%). Le PS et son allié PRG obtiennent 9,5% et sont légèrement devancés en voix par La France insoumise (11%) de Jean-Luc Mélenchon.

"Macron en marche vers une majorité écrasante" (Le Figaro), "Macron plie le match" (L'Opinion), "Un coup de maître" (Le Parisien), "L'OPA" (Libération).

Les titres des quotidiens nationaux de lundi ne laissent aucun doute sur la couleur de la future "chambre bleu Macron" (L'Humanité).

 Toutefois, l'abstention a atteint le niveau record de 51,29%, du jamais vu au premier tour des législatives sous la Ve République.

Selon les projections par sièges, REM et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, largement au-dessus de la majorité absolue (289 élus).

Le Premier ministre Edouard Philippe a jugé que les électeurs avaient confirmé leur "attachement dans le projet de renouvellement, de rassemblement et de conquête" de M. Macron.

07h03: La chancelière allemande a félicité le président de la République pour le score de son mouvement dimanche, par la voix de son porte-parole. "Chancelière #Merkel : Mes félicitations sincères à @EmmanuelMacron pour le grand succès de son parti au 1er tour. Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert.

06h42:  Bruno Le Maire, Christophe Castaner, Marielle de Sarnez, Richard Ferrand et Mounir Mahjoubi se sont qualifiés pour le second tour avec une avance confortable. Mais la situation est plus tendue pour Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer.

05h32: Dans la 11ème circonscription de Paris, Marielle de Sarnez écrase la concurrence, avec 40,6% des suffrages au premier tour.

La vice-présidente du MoDem et ministre des Affaires européennes, soutenue par la République en marche!, est tout sourire. "C'est un grand moment ce soir ! Un grand moment pour la France. Emmanuel Macron va avoir une majorité, et avec elle, on va changer les choses dans le pays. On va remettre la France en marche !", promet-elle.

.

Dimanche 11 juin 2017

23h06: A Marseille, Jean-Luc Mélenchon arrive largement en tête selon les résultats qui viennent d'arriver.

23h02: Le socialiste Malek Boutih est éliminé dès le premier tour.

23h00: L'humoriste Gérald Dahan qui se présentait dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, autour d'Issy-les-Moulineaux fait un bide avec 8,3% des voix 

22h58: Manuel Valls annonce :

"Malgré la confusion - je n'avais aucune investiture officielle, comme vous le savez - il y avait d'autres candidats qui se réclamaient de la majorité présidentielle, j'arrive nettement en tête du 1er tour, avec 25,5% des voix, devant La France insoumise, avec 17,6%".

22h55 : L'ancienne ministre Cécile Duflot annonce qu'elle est éliminée.

22h51: Stéphane Le Foll arrive en tête du premier tour avec 30,31 % des voix.

22h42: Marisol Touraine arrive en tête dans sa 3e circonscription d'Indre-et-Loire, avec 28% des voix. Elle devance le candidat UDI qui n'obtient que 20%.

22h37: Thierry Solère largement en tête à Boulogne avec 42,6 % des voix exprimées.

Il retrouvera au second tour Marie-Laure Godin (LR) qui a obtenu 31,38 % des suffrages.

22h21: Le député LR sortant Franck Riester en ballottage favorable dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne.

Il se qualifie pour le second tour avec 39,92 % des voix où il affrontera le candidat du Front national Joffrey Bollée (directeur de cabinet de Florian Philippot) qui a obtenu 20,59 % des voix. 

22h18: Benoît Hamon (PS) annonce à l'instant qu'il est éliminé !

 Le candidat PS a la présidentielle a confirmé qu’il avait été éliminé dès le premier tour dans la 11e circonscription des Yvelines. Il serait devancé par Nadia Haï (REM) et Jean-Michel Fourgous (LR).

22h03: Le fief historique de l'ancien chef de l'Etat socialiste François Hollande est sur le point de tomber dans l'escarcelle d'En Marche : le maire PS de Tulle, Bernard Combes, s'est certes qualifié pour le 2e tour des législatives, mais loin derrière le candidat d'En Marche.

21h57: Le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, est éliminé au premier tour.

21h52: Gilbert Collard (FN) et Marie Sara (LREM) sont au coude-à-coude dans la 2e circonscription du Gard.

L'ex-avocat obtient 32,27% des voix et la torera 32,16%.

21h47: Le comédien Franck De Lapersonne (Front National) arrive troisième avec 15,94 % des voix mais ne peut se présenter au second tour n'ayant pas assez de votants dans la circonscription.

21h44: Le journaliste et documentariste François Ruffin (LFI) se qualifie pour le second tour dans la 1ere circonscription de la Somme. Il affrontera le candidat de la majorité présidentielle, Nicolas Dumont. 

21h39: L'ancien juge Eric Halphen est en ballotage favorable (34,31% contre 20,37%) dans la 2e circonscription du Calvados.

21h34: Louis Aliot, arrive de justesse en tête dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, avec 30,80% des suffrages, contre 29,11% pour Christine Espert (MoDem).

21h32: Nicolas Bay (FN), éliminé dès le premier tour dans la sixième circonscription de Seine-Maritime.

Le secrétaire général du Front national n'a pas réussi à se qualifier pour le second tour à 20 voix.

21h27: Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, est arrivée 3e dans la  1ère circonscription de Moselle et est éliminée.

21h14: Delphine Batho (PS), ancienne ministre et porte-parole de François Hollande en 2012, se qualifie pour le second tour avec 29,79 % dans les Deux-Sèvres. 

21h20: A Marseille, Patrick Menucci annonce lui-même qu'il est éliminé et ne sera pas au second tour.

21h18: Rama Yade est séchement éliminée avec seulement 5% des suffrages dans la  1ère circonscription du Loir-et-Cher et n'arrive qu'en sixième position.

21h16: Paul Molac, candidat de la République en marche dans la 4e circonscription du Morbihan est le 1er député élu

Il a obtenu 54% des voix, ce qui lui permet de remporter le siège de député dès ce dimanche soir.

21h13: Manuel Valls, l'ancien Premier ministre est donné en ballotage face à une candidate de La France insoumise.

21h00: Déclaration du 1er Ministre Edouard Philippe :

"Chers concitoyens, la France est de retour.

Depuis un mois, le président de la République a su incarner la force, la volonté et l'audace.

Le gouvernement illustre un renouvellement radicalement nouveau et est prêt à répondre aux attentes des Français.

Dimanche prochain, l'Assemblée nationale incarnera le nouveau visage de la démocratie française."

20h59: Déclaration de Jean-Luc Mélenchon :

"Il y a une incontestable avance du parti du président de la République. L’immensité de l’abstention montre qu’il n’y a pas de majorité, dans ce pays, pour détruire le code du travail, réduire les libertés publiques, ni pour l’irresponsabilité écologique ni pour cajoler les riches, toutes choses qui figurent au programme du président.

Pour autant, le pays n’a pas cru qu’il était possible de faire autre chose, autrement, c’est à nous de l’en convaincre. "

20h58: Le ministre de l'économie Bruno Le Maire en ballottage très favorable dans la 1re circonscription de l'Eure.

20h52: Député depuis 1993, le Socialiste Jean Glavany, ancien ministre de l’agriculture et de la pêche, a été sorti sèchement dès le premier tour dans la première circonscription des Hautes-Pyrénées.

Jean Glavany n’a réalisé que 14,61%.

20h48: A Saint-Pierre-et-Miquelon, la ministre des Outre-Mer Annick Girardin est arrivée à égalité avec Sébastien Lenormand (candidat divers), 41,59% des suffrages et 1 209 voix chacun.

20h41: Le mouvement de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France, qui obtiendrait 1% des voix, annonce qu'il ne donnera pas de consignes de vote pour le second tour. Le souverainiste a visiblement été échaudé par les conséquences de son soutien à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

20h38:  Le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Christophe Castaner, est lui candidat dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, qui l'a déjà élu député en 2012.

Selon les premières estimations données dimanche soir, ce proche d'Emmanuel Macron a obtenu 44,04% des voix. 

20h33: Marine Le Pen pour le FN :

"En dépit de cette forte abstention, les scores que nous enregistrons nous permettent d'être au second tour dans de nombreuses circonscriptions. (...)

La recomposition de la vie politique se poursuit, le parti de monsieur Macron est en train d'absorber le PS et les Républicains."

20h30: François Baroin pour les Républicain :

"Les Français doivent savoir qu'En marche ! veut un choc fiscal équivalent à ce que François Hollande avait fait aux classes moyennes. (...)

Nous ne pouvons plus accepter des hausses d'impôts aussi spectaculaires. Nous devons sortir du carcan des 35 heures, En marche ! veut le statu quo.

La mobilisation de tous est impérative."

20h26:  Malgré la polémique, Richard Ferrand, d'après les premiers dépouillements, serait largement en tête devant le candidat des Républicains.

20h24: Marine Le Pen, candidate à Hénin-Beaumont, obtiendrait entre 45 et 47% des voix au premier tour selon le Parisien.

20h20: Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, est en ballotage favorable avec 44,04 % des voix (2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence).

20h16: Valérie Pécresse réagit dans un communiqué: "On prend le risque d'un parti unique, d'une pensée unique, d'un programme unique. "

20h15: Estimations BFM TV :

Institut Elabe, pour BFMTV, donne ces estimations : 32,6% pour LREM/MoDem, 20,9% pour LR/UDI/DVD, 13,1% pour le FN, 11% pour La France insoumise, 9% pour le PS/PRG/DVG.

20h14: Fiasco annoncé par les sondages pour le PS qui n'aurait que 20 à 35 sièges au 2nd tour.

20h10: Les chiffres selon Europe 1 :

Emmanuel Macron largement en tête, avec entre 31,8% et 33,5%. Soit, selon les projections, entre 390 et 445 sièges, sur 577. Derrière, forcément , c’est la déception qui domine.

Les Républicains, toutefois, limitent la casse, avec entre 20,8% et 22%. Comme prévu, le PS est laminé, avec entre 9,5% et 10%. La France insoumise (de 11 à 11,3%) et le FN (entre 13 et 14%) ne parviennent pas à retrouver leur niveau de la présidentielle.

20h08: Les chiffres de RTL :

Selon les premiers résultats des voix, La République en Marche a obtenu 32,9% des voix, devant l'alliance Les Républicains-UDI à 21% des voix. Le Front national (13,5%) arrive devant la France insoumise (11%) alors que le Parti socialiste et ses alliés n'obtient que 9,7% des voix.

20h01: La République en marche arrive en tête des élections législatives, avec 32,2% des voix, selon estimation Ipsos/Sopra Steria/ France Télé :

Les Républicains, alliés à l'UDI, obtiennent 21,5%.

Le Front national se classe troisième de ces élections, avec 14%. 

La France insoumise continue sur la dynamique de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle et totalise 11%.

Le PS est à 10,2%.

20h00: Voici les premières estimations issues de plusieurs sondages :

En Marche-MoDem : 30%.

Les Républicains : 20 %.

le FN : 17 %.

France insoumise : 12 %.

PS : 8%.

19h02:  Plusieurs bureaux de vote du département de l’Essonne ont eu des problèmes d’approvisionnement en bulletins de vote, empêchant parfois les électeurs de se prononcer en faveur d’un candidat raconte le Parisien dans son état des lieux.

A Lisses, de 8 heures à 9 heures, aucun des bureaux de vote de Lisses, commune de la 1e circonscription (Evry — Corbeil), ne présentait de bulletins Front national.

A Boussy-Saint-Antoine, dans la 9e circonscription (Epinay-sous-Sénart — Ris-Orangis), c’est Lutte ouvrière qui a été privée de bulletin dans les bureaux de vote. Même cas de figure à Souzy-la-Briche, commune de la 3e circonscription (Brétigny-sur-Orge — Dourdan — Arpajon).

Aucun bulletin de Virginie Araujo, la candidate de la France insoumise, n’était disponible de 8 heures à midi.

18h38: Les médias belges viennent de donner les estimations pour les Législatives.

Des chiffres qu'il est interdit de communiquer en France.

17h25: Selon Le Monde, dans la 1re circonscription des Bouches-du-Rhône, le candidat de La République en Marche a signalé en milieu d'après-midi aux autorités une série d'irrégularités constatées dans certains bureaux.

"Plusieurs dizaines de mes bulletins ont été biffés, griffés au stylo dans les bureaux de la cité Michelis, à Air Bel, à la Pomme..., dénonce Pascal Chamassian, conseiller d'arrondissement du 2e secteur de Marseille.

Nous avons pu en retirer une partie avant que les électeurs ne les utilisent, mais nous ne savons pas si certains ont été déposés dans l'urne". 

17h11: Selon ELABE pour BFMTV la participation à 20h sera la plus basse de la Ve République avec seulement 49% contre 57,22% pour le 1er tour en 2012.

17h00: La participation à 17h est de 40,75% annonce le Ministère de l'intérieur :

A 17h en 2012, la participation au premier tour des élections législatives s'élevait à 48,31%, selon le ministère de l'Intérieur.

Cinq ans plus tôt, au même moment, elle était légèrement supérieure, à 49,28%.

14h41: Interrogée par des journalistes sur l'apparente faible participation dans ce bureau de vote, Mme Le Pen a estimé qu'"il y a une forme de lassitude, après une série de séquences électorales, les primaires et les présidentielles".

Mais "il faut que les gens aillent voter, c'est important", a-t-elle ajouté à la sortie de l'école Rousseau avant de monter dans une voiture.

En 2012, Marine Le Pen avait échoué à quelques centaines de voix près à obtenir un siège à l'Assemblée nationale, battue par le candidat du Parti socialiste Philippe Kemel. Marine Le Pen avait obtenu plus de 41% des voix dans cette circonscription au premier tour de la présidentielle le 23 avril et plus de 58% au deuxième, dont 61% des voix à Hénin-Beaumont même.

12h00: Le taux de participation au premier tour des élections législatives en métropole atteignait 19,24% à midi révèle le Ministère de l'Intérieur.

Il était de 21,06% dimanche à midi en 2012, selon le ministère de l'Intérieur, en baisse par rapport au premier tour des législatives de 2007 à la même heure (22,56%).

Comme c'est toujours le cas, la participation est largement inférieure à celle enregistrée, à midi, lors du premier tour l'élection présidentielle

Le taux de participation était de 28,54 % à midi en France métropolitaine pour le 1er tour de la Présidentielle en avril dernier.

11h20: Patrick Mennucci, député PS sortant à Marseille et opposé à Jean-Luc Mélenchon, Gilbert Collard, seul des deux députés FN à se représenter, à Gallician (Gard), et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), se sont rendus aux urnes selon le relevé de France Info.

11h03:  Selon les informations du Monde, l'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri n'a pas souhaité communiqué l'heure à laquelle elle se rendra dans son bureau de vote.

10h32:  En Martinique, les trois députés sortants en lice se retrouvent en ballottage favorable pour le second tour, à l'issue du premier tour qui se tenait samedi.

La participation a d'ailleurs été très faible : 26,06%.

09h44: Un journaliste de BFM TV raconte que dans la 16ème circonscription de Paris, il y a 24 candidats mais cinq d'entre eux n'ont pas déposé de bulletin.

09h10: Petit rappel ;

Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit recueillir la majorité absolue des suffrages (plus de 50%) si le taux de voix exprimées est supérieur à 25%.

Sinon, les deux candidats arrivant en tête et ceux ayant obtenu plus de 12,5% des voix pourront se maintenir au second tour.

08h32: Les personnalités politiques les plus matinales dans leurs bureaux de vote selon France Info, sont Edouard Philippe, au Havre, dont il était maire, et son ministre Richard Ferrand, à Motreff (Finistère).

08h00: Ouverture des bureaux de vote.

07h22: Les Français sont appelés à élire 577 députés. Élus au suffrage universel direct, ils composeront la nouvelle Assemblée nationale pour cinq ans.

Cette année, 7 877 candidats sont en lice. Pour ces élections législatives, les règles du scrutin sont différentes de celles de l'élection présidentielle.

À moins d'être élus au premier tour, tous les candidats qui obtiennent 12,5% des suffrages sont qualifiés au second tour.

En fonction de l'abstention, il peut donc y avoir des triangulaires, voire des quadrangulaires.

07h02: Emmanuel Macron l'a encore rappelé ce mercredi au Conseil des ministres, "avec ces législatives, les Français devront dire stop ou encore".

En clair, le président veut vraiment gouverner donc avoir les coudées franches pour réformer et être relégitimé pour tenir son calendrier qui est assez serré.

"Dans sa logique, pas question d'être freiné par des frondeurs, des états d'âme ou des hésitants", explique Nathalie Saint-Cricq sur le plateau de France 2.

L'objectif est la majorité absolue et d'après les sondages, on est entre la vague, le raz-de-marée et le tsunami "En Marche !"

06h18: Dès le premier tour des élections législatives, au-delà des enjeux nationaux, il y a des affrontements clés dans certaines circonscriptions. "Les circonscriptions clés concernent les ministres qui sont candidats.

Ils sont six.

Il y a Richard Ferrand dans le Finistère, Marielle de Sarnez et Majid Mahjoubi à Paris, Bruno Le Maire dans l'Eure, Annick Girardin à Saint-Pierre-et-Miquelon et Christophe Castaner dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Ils n'ont pas le choix et doivent à tout prix l'emporter, car ceux qui seront battus devront quitter le gouvernement.

Source JMM

Même ces élections sont manipulés. Cette politique m'écoeure...

Mélenchon a bien parlé.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article