Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

La frite belge est-elle en danger ?

Pour lutter contre la présence d’une substance cancérigène dans les aliments, l’acrylamide, la Commission européenne a annoncé une série de mesures. Problème : elles remettent en cause le mode de fabrication de la frite belge.
 
“L’Europe menace notre culture de la frite”, s’est indigné le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts. À l’origine de ce coup de gueule, explique Het Nieuwsblad : les mesures annoncées par la Commission européenne pour lutter contre la présence d’acrylamide dans les aliments, “et Ben Weyts craint que les frites n’y laissent leur saveur”.
 
Le ministre, issu du parti nationaliste flamand N-VA, s’est même fendu d’une lettre à l’intention du Commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, pour lui exposer la spécificité du mode de cuisson à la belge : pas de précuisson, les frites sont jetées crues dans l’huile, égouttées et cuites ensuite une seconde fois. “C’est précisément grâce à cela que nous avons les meilleures frites au monde, et je n’ai pas l’intention d’y renoncer”, a martelé Ben Weyts.
 
Le problème, explique le journal flamand, c’est que ce mode de cuisson entraîne une forte concentration d’acrylamide, une substance dont on a déterminé qu’elle était cancérigène pour les animaux. “Nous ne pouvons pas la tester sur des humains, mais plusieurs études établissent un lien entre cette substance et les cancers de l’utérus, des ovaires et du rein”, explique au journal le Dr Janneke Hogervorst, qui mène des recherches sur le sujet à l’université de Hasselt.
 
“C’est une bonne chose que l’Union européenne se préoccupe de notre santé”, renchérit le professeur de sciences de l’alimentation Patrick Mullie :
 
La culture populaire ne peut quand même pas primer sur la santé publique ? Je trouve ça bizarre et populiste. Les cigarettes Belga étaient également une tradition nationale. A-t-on eu tort pour autant de lutter contre leur consommation ?”
 
Pour le ministre, on peut tout au plus envisager de réduire la température de cuisson, “mais je suis contre la simplification à outrance. Sinon, il ne nous restera qu’à fermer nos fritkots [baraque à frites] et à manger des frites surgelées”.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article