Mélenchon, Coquerel et Corbière dénoncent le racisme des Grandes Gueules de RMC face à la députée Danièle Obono. La station de radio leur répond - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Mélenchon, Coquerel et Corbière dénoncent le racisme des Grandes Gueules de RMC face à la députée Danièle Obono. La station de radio leur répond

Danièle Obono vient d'être élue députée. Ce n'est sans doute qu'un hasard mais l'élue de la 17e circonscription de Paris est depuis sa victoire aux législatives attaquée sur son passé. Plus particulièrement sur le fait qu'elle a signé, en 2012, une pétition pour défendre le rappeur Saïd, chanteur du groupe Zep (Zone d'expression Populaire) qui, à l’époque, chantait Nique la France. Cette pétition a été signée par de nombreuses personnalités comme Clémentine Autain, Olivier Besancenot, Eric Coquerel ou encore Noël Mamère. Mais c'est bien Danièle Obono qui est interrogée, lors des Grandes Gueules sur RMC mercredi 21 juin, au sujet de son soutien à une œuvre musicale intitulée Nique La France.
 
Lors de son passage sur RMC, Danièle Obono rappelle qu'elle tient à "défendre la liberté d’expression de ces artistes, parce que ça fait partie des libertés fondamentales ". Pas suffisant pour le journaliste Alain Marshall qui demande à l'élue si elle peut dire "Vive la France". "Je peux dire 'vive la France', mais pourquoi, en soi ? Vous voulez que je me mette au garde-à-vous et que je chante la Marseillaise ?", rétorque Danièle Obono, après quelques hésitations. "Vous signez plus facilement "nique la France" que vous ne dîtes 'vive la France'", répond l'un des invités de l'émission. Depuis, la fachosphère dénonce l'attitude de Danièle Obono. Le FN aussi, trop content de pouvoir commenter un sujet qui ne concerne pas ses propres divisions ou ses propres turpitudes.
 
Jean-Luc Mélenchon a réagi jeudi et dénoncé le "machisme" et le "racisme insupportable" dont est victime, selon lui, Danièle Obono. Sur Facebook, le leader de la France insoumise écrit :
 
"Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono, députée de Paris, agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d'une forme de racisme insupportable. Solidarité avec elle face au déchaînement de haine venant de l'extrême droite ainsi déclenché par les employés des neuf milliardaires qui contrôlent 90 % de la presse. JLM"
 
Un message signée "JLM", indiquant que c'est bien le député des Bouches-du-Rhône qui en est l'auteur.
 
Il n'est pas le seul. Invité de franceinfo ce vendredi 23 juin, Éric Coquerel rappelle le contexte de cet appel datant de 2012. "C’était face à La Griffe, une association d’extrême droite, qui voulait censurer cette chanson et nous disions à ce moment-là que, dans la tradition pamphlétaire des chansons françaises […] c’était étonnant qu’on s’en prenne au groupe ZEP. Au nom de la liberté d’expression nous défendions le droit de le dire", explique le député LFI de Seine-Saint-Denis avant de s'étonner :
 
 
"Moi ce qui m’étonne c’est que, depuis 2012, ni moi, ni Olivier Besancenot, on ne nous a jamais parlé de cette affaire. Et Danièle Obono, on lui en parle. Je vais vous dire pourquoi je pense qu’on lui en parle : parce qu’elle est noire. Je pense qu’il y a un racisme patent dans ce qui a été fait. Je suis totalement solidaire avec Danièle Obono. Il y a quelque chose d’absolument d’insupportable au fait d’estimer qu’une personne parce qu’elle est noire, on lui demande de crier : vive la France ! Moi, on ne me l’a jamais demandé."
 
Pour Éric Coquerel comme pour Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono est donc ainsi personnellement visée parce qu'elle est noire.
 
Lors des Grandes Gueules ce vendredi, Alexis Corbière fustige le comportement des animateurs. "Ce que vous avez fait avec Danièle Obono, ce n'est pas bien. Vous avez fait une erreur. Je n'apprécie pas ce que vous avez fait et je suis en colère", s'énerve le député LFI. "Elle n'a jamais dit 'nique la France'. Ce sont des propos qui ne sont pas les siens, vous avez voulu la délégitimer", dit-il avant de reprendre le même raisonnement qu'Éric Coquerel, parlant d'un "procès d'intention" :
 
"Faites attention les amis, parce que si à chaque fois qu'il y a une femme black, intellectuelle, antiraciste [il est coupé] Mais il y a un rapport ! Et ne faites pas semblant de ne pas le comprendre parce que je vais vous dire, vous m'avez invité des tas d'années aux Grandes Gueules, vous ne m'avez jamais posé la question pour savoir si j'aimais la France ou pas. Vous ne m'avez jamais demandé de dire 'vive la France'. Parce que moi je m'appelle Alexis Corbière, je ne m'appelle pas Danièle Obono. Ça me blesse et ça blesse beaucoup de gens."
 
Du côté de RMC, ils ont répondu :

"Affirmer que l’interview menée dans « Les Grandes Gueules » est assimilable à une agression machiste et raciste n’a aucun fondement et est inacceptable.

RMC réaffirme l’importance de la liberté d’expression sur son antenne et de l’indépendance de sa rédaction", explique RMC.

Et de préciser que, ce matin, Alexis Corbière, porte-parole de La France Insoumise, a pu librement exprimer son point de vue en direct.

"Talk-show de personnalités de la société civile, « Les Grandes Gueules » ont depuis près de 15 ans largement prouvé leur volonté de défendre une parole libre, des débats équilibrés et le respect de la société française dans sa parité et toute sa diversité", conclut le communiqué.

Source JMM

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article