Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Un raz-de-marée pour Macron sur fond de “réel malaise démocratique”

Les partis favorables au président remporteraient la majorité absolue à l’Assemblée nationale, avec plus de 350 sièges. La presse étrangère souligne la très forte abstention, estimée à 56 %.
 
La République en marche et le Modem, partis soutenant le président Emmanuel Macron, ont obtenu quelque 355 sièges à l’Assemblée nationale, selon les premières estimations diffusées dimanche 18 juin. Un résultat qui confère une majorité absolue aux partis présidentiels. “Macron obtient une majorité claire pour mettre en œuvre ses réformes, réagit El Pais. Ce dimanche, il a achevé son travail méthodique et inattendu de démolition du vieux système des partis.” Le Parti socialiste obtiendrait 34 sièges et Les Républicains 101.
 
“L’arrivée en masse de nouveaux députés à l’Assemblée a peu de précédents”, rappelle le quotidien espagnol, qui remonte à 1958 et la mise en place de la Constitution de la Ve République pour constater un tel renouvellement politique en France. Désormais, estime El Pais, “le système monarchique de la Ve République est plus vivant que jamais avec Macron”.
 
Le Financial Times admet que, “si ce résultat est plus faible que le raz de marée prévu par certains sondages, une victoire avec une telle marge renforce la légitimité de ce président de 39 ans, qui a lancé son mouvement transpartisan il y a seulement quatorze mois”.
 
Côté allemand, le quotidien Die Welt souligne que “le président a désormais les mains libres pour ses réformes, dont une restructuration radicale du marché du travail et des réformes de grande envergure de l’Union européenne après le Brexit, en coopération étroite avec l’Allemagne”.
 
Mais pour le journal suisse Le Temps cette “victoire écrasante” cache “un réel malaise démocratique” en raison d’un taux d’abstention record, estimé à 56 %. Après avoir rappelé l’abstention déjà importante du premier tour, le quotidien de Lausanne écrit :
 
"Un maintien d’un tel niveau de désaffection électorale confirmerait la division politique du pays, et le fossé qui continue de séparer le nouveau locataire de l’Élysée d’une grande partie des 47 millions d’électeurs français, comme on avait pu le constater lors de la présidentielle. Le 7 mai dernier, un Français sur trois s’était alors abstenu ou avait voté blanc.”

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article