Affaire Théo : le CSA épingle une chronique de Canteloup sur Europe 1 - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Affaire Théo : le CSA épingle une chronique de Canteloup sur Europe 1

Le CSA a annoncé lundi avoir adressé une mise en demeure à Europe 1, pour avoir diffusé en février une chronique de Nicolas Canteloup sur l'affaire Théo, reprochant à l'imitateur d'avoir "tourné en dérision le viol dont aurait été victime" le jeune homme lors d'une interpellation.

Fin février, la cité des 3.000 à Aulnay-sous-Bois avait été le théâtre de l'interpellation violente de Théo, 22 ans, victime d'un viol présumé. Cette affaire, qui a connu un retentissement considérable, avait donné lieu à plusieurs nuits de violences urbaines.

Dans sa "revue de presque" du 8 février, l'humoriste avait parodié l'ex-président François Hollande, qui s'était rendu au chevet de Théo, lui faisant notamment dire : "J'ai rendu possible le mariage gay", et "si Théo, après réflexion, se découvre des sentiments pour le policier qui a introduit la matraque, ils pourront grâce à moi s'épouser".

Saisi à propos de cette chronique, le Conseil supérieur de l'audiovisuel "a considéré que le fait de moquer la victime nommément désignée d'un viol présumé, gravement blessée à cette occasion et toujours hospitalisée au moment de la diffusion de la séquence, traduisait une complaisance dans l'évocation de la souffrance humaine constitutive d'une atteinte à la dignité de la personne humaine", selon sa décision mise en ligne ce lundi.

Par conséquent, le CSA a "mis en demeure la station" du groupe Lagardère de respecter ses obligations en matière de respect de la dignité humaine. 

Je trouve stupide alors que Canteloup s'est excusé par la suite et que c'était en direct puis ce n'était pas si choquant que ça...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article