Polémique à Fort Boyard : les malades psychiatriques portent plainte contre «l'asile » - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Polémique à Fort Boyard : les malades psychiatriques portent plainte contre «l'asile »

Un collectif d'associations de malades psychiatriques va porter plainte contre France 2 à cause d'une nouvelle épreuve du jeu d'aventures.
 
Les associationsde malades psychiatriques ne comptent pas en rester là. Indignés par la diffusion de la séquence l'Asile, de l'émission « Fort Boyard » sur France 2, un collectif de lutte contre la stigmatisation de la schizophrénie et l'Union nationale de familles et amis de personnes malades et handicapés psychiques (Unafam) s'apprêtent à déposer plainte pour « injures publiques » et « discrimination ».
 
La nouvelle épreuve du jeu télé a été diffusée, pour la première fois, le 24 juin. Pour pénétrer dans l'Asile, le candidat doit enfiler une camisole de force, remis par l'animateur Passe-Muraille, rebaptisé Docteur Muraille. Il s'adosse ensuite à une porte à bascule automatique avant d'arriver dans une pièce capitonnée aux allures de chambre d'isolement d'un hôpital psychiatrique. Le candidat atterrit sur un matelas sommaire jonchant le sol à côté de toilettes et d'un seau. Sur les murs, éclairés par une lumière aveuglante, des mots anxiogène ont été tagués : « Why ? », « Help », « SOS », filmé par une caméra. Et des bruits de cris en fond sonore alimentent l'ambiance anxiogène. Pour sortir de la pièce et gagner l'épreuve, le candidat, les bras immobilisés, doit se secouer pour faire tomber des boules collées à sa camisole. Une fois sur le sol, il les récupère avec la bouche.
 
« Je sais qu'il faut avoir de l'humour. Mais la chambre d'isolement, c'est une réalité aujourd'hui ! Je n'ai pas envie d'en rire », regrette Bénédicte Chenu, cofondatrice de Promesses, une des six associations du collectif à porter plainte. Son fils Charles, 24 ans, diagnostiqué schizophrène, a déjà vécu cette scène. « Il a été sanglé à un lit et en garde un souvenir traumatisant. Ce n'est pas un jeu. Ces images sont blessantes et stigmatisantes. » Même constat pour Béatrice Borrel, présidente d'Unafam, une association de 15 000 membres qui soutient les familles de dépressifs sévères, bipolaires et de personnes schizophrènes.
 
« Dans la séquence, le candidat bouge dans tous les sens, il a quelque chose dans la bouche. On ridiculise les malades. » Selon elle, ils n'oseront plus se faire soigner et « il y aura des retards de diagnostic ». Elle a prévu d'envoyer aujourd'hui sa plainte au procureur de la République.
 
De son côté, Guillaume Ramain, producteur artistique de l'émission, s'explique : « On ne voulait choquer personne. L'Asile faisait partie d'un univers de fiction comme beaucoup d'autres. Mais dès la deuxième diffusion, samedi dernier, on a pris en compte les critiques. » Ainsi les références au monde hospitalier ont été supprimées, certains commentaires des candidats et les cris dans la cellule coupés, le mot « asile » remplacé par « cellule capitonnée ». Et la mention Docteur Muraille évacué. Selon Guillaume Ramain, « depuis 1990, on a reversé 4 MEUR à des associations. On ne veut stigmatiser personne. Au contraire, on a même fait participer deux athlètes handicapés cette saison. Alors qu'on nous fasse un procès là-dessus, c'est aussi choquant. Cette polémique va trop loin. »

C'est dingue, on ne peut plus rien faire, on ne peut plus rien dire de nos jours...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article