En Direct - Le point ce matin sur la situation en Catalogne après la déclaration d'indépendance... suspendue hier - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

En Direct - Le point ce matin sur la situation en Catalogne après la déclaration d'indépendance... suspendue hier

06h23: Le point ce matin en Catalogne après la déclaration d'indépendance suspendue hier :

Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a signé mardi soir une déclaration d'indépendance qu'il a immédiatement suspendue en vue d'un très hypothétique dialogue avec Madrid, semant la confusion sur la suite des événements. "Nous constituons la République catalane comme Etat indépendant et souverain, de droit, démocratique et social", lit-on dans ce texte signé par les trois partis indépendantistes.

"Mais le président la suspend en appelant au dialogue", conformément à son allocution préalable devant le Parlement régional, a précisé un porte-parole du gouvernement catalan. En paraphant ce document, Carles Puigdemont a dit tirer les conséquences du référendum d'autodétermination, marqué par des violences policières, qui s'est tenu le 1er octobre en Catalogne.

Les séparatistes catalans affirment avoir remporté avec 90% des voix et 43% de participation ce scrutin jugé illégal par la justice espagnole et boycotté par leurs opposants. Assez, disent-ils, pour déclarer unilatéralement l'indépendance, au risque d'aggraver la pire crise politique en Espagne depuis le retour de la démocratie il y a quarante ans.

Carles Puigdemont, pressé de toutes parts, n'est pas allé aussi loin. Il a privilégié la voie médiane en proposant de "suspendre les effets de la déclaration d'indépendance", sans fixer de délai, lors d'une allocution historique au Parlement, placé sous haute sécurité.

Auparavant, il avait estimé, l'air grave devant les parlementaires, qu'il avait reçu un "mandat" des Catalans "afin de transformer la région en un Etat indépendant sous forme de république". Il continue ainsi à parler d'indépendance à son électorat, mais laisse une porte ouverte pour une solution négociée, qui s'annonce difficile.

Car Madrid reste ferme et n'entend pas négocier avec les séparatistes. Dans une première réaction, le gouvernement conservateur espagnol a estimé qu'une "déclaration implicite d'indépendance (....) n'est pas admissible", a indiqué un porte-parole "C'est le discours de quelqu'un qui ne sait pas où il est, ni où il va, ni où il veut aller", a déclaré en fin de soirée la numéro deux du gouvernement conservateur espagnol, Soraya Saenz de Santamaria en annonçant un conseil des ministres extraordinaire mercredi à 09H00 locales (07H00 GMT) pour décider de la réponse au défi des indépendantistes catalans..

Mardi 10 octobre 2017.

21h28: Le gouvernement conservateur espagnol a estimé mardi soir que la stratégie du président séparatiste catalan Carles Puigdemont, qui a selon lui déclaré implicitement l'indépendance, n'était "pas admissible", tout comme son offre postérieure de suspendre celle-ci, a déclaré un porte-parole à l'AFP. "Une déclaration implicite d'indépendance, suivie ensuite d'une suspension explicite n'est pas admissible" a déclaré ce porte-parole.

19h15: Carles Puigdemont prend la parole devant le Parlement catalan :

"Nous vivons un moment exceptionnel, historique. Ses conséquences et ses effets dépasseront largement notre pays.

Loin d'être une affaire interne et locale, la Catalogne est une affaire européenne. De mon discours n'attendez ni des menaces, ni des chantages, ni des insultes. C'est la première fois dans l'histoire de la démocratie européenne qu'une journée s'est déroulée dans un tel climat de violence. Le monde entier l'a vu et personne n'a aimé ses images, l'objectif était de créer une panique généralisée pour que les gens restent chez eux et renoncent à leur droit de vote. Ce que je vais vous dire aujourd'hui n'est pas une décision personnelle, c'est la conséquence du référendum du 1er octobre.  En tant que président de la Catalogne, je suis bien conscient qu'il y a beaucoup de gens inquiets, voire apeurés par la situation actuelle. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Depuis le décès de Franco, la Catalogne a été le moteur économique de l'Espagne, mais aussi un facteur de stabilité.

A 18 reprises, nous avons formulé la demande d'organiser un référendum sur le modèle écossais. Pourquoi cela ne pouvait pas se faire en Espagne aussi ? La réponse a toujours été négative. Nous ne sommes pas délinquants, nous ne sommes pas des fous ou des putschistes. Le oui à l'indépendance a gagné sous une pluie de matraques. C'est le chemin que je vais mener.

La Catalogne sera un Etat indépendant sous la forme d'une République.

Il y aura un avant et un après 1er octobre. Les urnes ont dit oui à l'indépendance et c'est un résultat que je me suis engagé à appliquer. Nous allons ouvrir un temps de dialogue avec le gouvernement espagnol. Le Parlement propose de suspendre les effets d'une déclaration d'indépendance."

18h39: Le gouvernement catalan évoque des contacts pour une médiation internationale.

18h12: Le discours du président de la région Carles Puigdemont est reporté d'au moins une heure.

Le président séparatiste catalan a retardé mardi son allocution devant le parlement régional, alimentant la confusion autour d'une possible médiation internationale, aussitôt démentie par Madrid, alors qu'il pourrait déclarer unilatéralement l'indépendance de la Catalogne.

"La séance est retardée d'une heure en raison de contacts pour une médiation internationale", a déclaré un porte-parole du gouvernement catalan.

Le gouvernement espagnol a aussitôt insisté auprès de l'AFP qu'une médiation avec Carles Puigdemont, le leader séparatise, n'était "pas envisageable". Et la rumeur d'une vidéo-conférence avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a été immédiatement démentie par Bruxelles.

Pressé de toutes parts, Carles Puigdemont doit en principe définir mardi soir quelle sera sa ligne après le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre qu'il estime avoir remporté: dialogue ou déclaration unilatérale d'indépendance.

18h05: Le président de la région Carles Puigdemont va s'exprimer devant le parlement catalan. Il pourrait déclarer l'indépendance de manière unilatérale.

16h16: Le gouvernement espagnol a lancé un dernier appel au président séparatiste catalan Carles Puigdemont, l'exhortant à ne rien entreprendre d'"irréversible", quelques heures avant un discours devant le Parlement régional où il pourrait unilatéralement proclamer l'indépendance.

Depuis plusieurs jours les Catalans, divisés presque à parts égales à ce sujet, et les Espagnols en général n'ont qu'une question en tête : la Catalogne, une des régions les plus riches d'Espagne, déclarera-t-elle son indépendance, tirant les conséquences du référendum illégal du 1er octobre que les séparatistes affirment avoir très largement remporté

14h30: L'Espagne s'approchait mardi de l'inconnu: une possible déclaration d'indépendance au Parlement de Catalogne, une de ses régions les plus riches, avec un engrenage de rupture vis-à-vis de Madrid aux conséquences incalculables qui inquiètent l'Europe. Signe de l'attente tendue des événements prévus dans la soirée, le parc aux abords du Parlement à Barcelone était fermé mardi matin.

La police catalane, les Mossos d'Esquadra, s'est déployée dès l'aube aux alentours du bâtiment pour prévenir tout dérapage de manifestants pro ou anti-indépendance. Les Catalans, partagés presque à parts égales sur une sécession, et le pays entier n'ont plus qu'une question en tête: Carles Puigdemont, le président séparatiste, va-t-il déclarer unilatéralement l'indépendance de sa région comme il menace de le faire, temporiser ou faire machine arrière

Source JMM

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article