Johnny Hally­day : Pascal Nègre balance un vieux dossier sur le père de Laeti­cia et ses mani­pu­la­tions sur le rocker - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Johnny Hally­day : Pascal Nègre balance un vieux dossier sur le père de Laeti­cia et ses mani­pu­la­tions sur le rocker

Chapitre de l’épi­neux dossier de la succes­sion Hally­day, l’em­prise de André Boudou sur sa fille Laeti­cia et son gendre Johnny. Celle-ci vient d’être évoquée par Pascal Nègre, long­temps en charge du rocker.
 
Au début des années 2000, sous l’em­prise de son beau-père André Boudou, Johnny Hally­day attaquait sa maison de disques histo­rique Univer­sal. À la tête de la société à l’époque, Pascal Nègre se souvient très bien de cette trahi­son de trop, venant d’un de ses meilleurs artistes. Sur son mur Face­book, l’ex-patron d’Uni­ver­sal rappelle combien Johnny Hally­day était sous la coupe de son beau-père en diffu­sant une enquête de Libé­ra­tion datée de 2005, inti­tu­lée Le busi­ness Hally­day : affaire de (belle) famille. En guise de légende à ce partage, l’ex-juré de la Star Academy écrit « pour ceux qui tombent de leur chai­se… Un article qui date d’une petite quin­zaine d’an­nées… » Sa façon à lui de commen­ter l'épineuse succes­sion de Johnny Hally­day qui ne cesse de faire des vagues depuis que nous avons appris que le rocker avait déshé­rité sa fille Laura et son fils David au profit de Laeti­cia.
 
Dans ce papier de Libé­ra­tion daté du 15 février 2005, Cedric Mathiot n’épargne personne. Ni André Boudou (que ses détrac­teurs décrivent comme un « petit voyou », un « plouc ») qui accep­tait de parler en décla­rant que « Johnny sait chan­ter, pas comp­ter », rappe­lant que lui, si ! Ni l’idole des jeunes qui passe tout au long de l’ar­ticle pour une marion­nette, mani­pu­lée par « la bande à Boudou », qui lui faisait pendre des risques dans le monde de la nuit (la catas­trophe indus­trielle de la disco­thèque L’Amné­sia à Paris), de la musique (attaquer Univer­sal devait lui rappor­ter 10 millions d’eu­ros… il a – en fait – perdu beau­coup d'argent) et l’ami­tié (le vide fait autour de lui courant 2000 fait qu’aujourd’­hui les langues se délient). En guise de conclu­sion du papier de Libé­ra­tion, la mise en garde de Pascal Nègre à Johnny Hally­day (à l’époque) est citée : « Il n’ap­par­tient qu’à toi que cela se termine en cauche­mar ou en apothéose. » Nous avons – aujourd’­hui – la triste réponse à cette missive vieille de 15 ans…
 
Extraits :
 
André Boudou, l'homme a 53 ans, un pull en cachemire rose, un accent du Sud. Il ne conteste pas le droit de regard qu'il s'est arrogé sur les affaires de son gendre : «Si votre fille se mariait avec un type qui se fait escroquer, vous ne feriez rien ? Oui, j'ai un rôle dans sa vie. Je le fais parce que c'est ma famille.» De cette famille, Boudou, «très proche de [sa] fille (on s'appelle plusieurs fois par jour)», est devenu le patriarche avisé. Johnny «sait chanter, pas compter». Boudou, c'est l'inverse.
 
C'est à Miami, où André Boudou vivait et exploitait une boîte de nuit, que Johnny Hallyday rencontre la fille et le père, en mars 1995. «Un ami m'a proposé de dîner avec Johnny un soir. Laeticia est venue. Ils ne se sont plus séparés.»
 
Un an après, le couple est marié. Boudou commence à jeter un oeil sur l'entreprise Hallyday.
 
«Il était pillé, j'ai fait le ménage.» A Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine), dans la résidence du chanteur, la famille Boudou s'installe, avec la grand-mère et l'arrière-grand-mère de Laeticia (décédée depuis).
 
La «purge» commence. Elle va au-delà des pique-assiettes et «amuseurs» qui emplissaient la vie du chanteur. (...)
 
Les ennemis de Boudou le décrivent en «petit voyou», en «plouc». Il est un archétype de self-made man, parti du Cap-d'Agde, arrivé à Miami. (...)
 
Le rôle de Boudou a dépassé celui de simple nettoyeur des indésirables. Selon les proches du chanteur, c'est lui qui dégotte plusieurs yachts de Johnny. Il opine, mais jure avoir été opposé à la dernière acquisition de la star, un yacht de 6,4 millions d'euros, pas encore payé en totalité mais... déjà à vendre dans un port de la Côte d'Azur.
 
«C'est bien la preuve que Johnny fait ce qu'il veut. Des fois, il jette de l'argent par les fenêtres.»
 
Ces dernières années, Boudou aurait aussi plaidé pour que Johnny n'en jette pas trop au fisc. Un ancien du cercle des proches témoigne, amusé :
 
«Pour Boudou, c'était une véritable obsession. Ils ont tout envisagé. Fut un temps où Johnny devait devenir résident américain. Il a été question qu'il soit belge... pour pouvoir devenir monégasque plus facilement.
 
Et puis ça a été la Suisse.» Boudou concède : «Quand on paye 120 000 francs d'impôt par jour, on peut quand même réfléchir à des solutions.» (...)
 
Mais au-delà de ce bricolage, une partie de l'entourage du chanteur reproche à la «bande à Boudou» d'avoir joué le coup de trop en faisant rompre Johnny avec Universal. (...)
 
Boudou, lui, n'en démord pas : «Mon rôle de beau-père, c'est qu'il ait le juste retour de ce qu'il fait. Un Johnny, il y en a un toutes les trois ou quatre générations. Sa voix n'a jamais été si belle qu'aujourd'hui.»

Preuve que c'est la famille de Laeticia qui manigance tout...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article