Nantes : Le reliquaire du cœur d'Anne de Bretagne a été volé - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Nantes : Le reliquaire du cœur d'Anne de Bretagne a été volé

Le reliquaire du cœur de l'ancienne reine Anne de Bretagne a été dérobé dans la nuit de samedi à dimanche au musée Dobrée à Nantes, où cette « pièce d'orfèvrerie exceptionnelle » en or était exposée, a indiqué le département de Loire-Atlantique dans un communiqué. Le département, propriétaire du musée, a déposé une plainte et une enquête de police a été ouverte. Les malfaiteurs ont dérobé trois objets, dont cette pièce réalisée en 1514, selon le communiqué. Elle était visible du public dans le cadre d'une exposition.

« Les cambrioleurs s'en sont pris à notre patrimoine commun et notamment à une pièce d'une valeur inestimable », déplore le département. « Bien plus qu'un symbole, l'écrin du cœur d'Anne de Bretagne appartient à notre histoire. La reine Anne, duchesse de Bretagne, avait souhaité que son cœur soit inhumé auprès de ses parents. Sauvé de la fonte après la Révolution, il est conservé au musée de Dobrée depuis 1886 », rappelle-t-il.

La maire de Nantes Johanna Rollad a exprimé son « indignation ». « Ce magnifique objet, chef-d'œuvre de l'orfèvrerie du début du XVIe siècle, possède naturellement une très grande valeur patrimoniale », selon elle.

« Il revêt également, pour l'ensemble des Nantaises et des Nantais, une importance sentimentale particulière, liée à la personnalité d'Anne de Bretagne et à l'empreinte qu'elle a laissée dans l'histoire de Nantes, comme en avait notamment témoigné le très grand succès de l'exposition que lui avait consacrée le château des Ducs de Nantes en 2007 », a-t-elle ajouté. Elle a souhaité que « cet objet, précieux et fragile, soit retrouvé dans les plus brefs délais »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article