Pendant deux jours Cartouche va vous parler de bonheur au théâtre À l’ouest, à Rouen - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Pendant deux jours Cartouche va vous parler de bonheur au théâtre À l’ouest, à Rouen

L’humoriste Cartouche vient présenter son spectacle Demain je me lève de bonheur au théâtre À l’ouest, à Rouen (Seine-Maritime), les 17 et 18 novembre 2018.
 
Dans votre spectacle vous allez nous parler de bonheur. Comment est né ce show ?
 
Cartouche : J’étais parti à la recherche d’un autre thème car j’avais bien usé le précédent dans mon autre spectacle. Je me suis demandé de quoi j’allais bien pouvoir parler. Entre temps je me suis tapé une séparation. Je me suis alors questionné sur ce que j’avais envie de faire ou pas, je me suis recentré sur ma vie. Pendant une conversation avec ma thérapeute on s’est mis à parler de bonheur. Je lui ai posé plein de questions. Je lui ai proposé que nous déjeunions ensemble pour évoquer à nouveau le sujet. Au final on se retrouvait tous les mercredis pour parler du spectacle.
 
Il faut voir ce que représente cette idée de bonheur dans la vie des gens aujourd’hui. Certains le vivent bien, d’autres moins.
 
C’est quoi le bonheur alors ?
 
Le sentiment de pouvoir dire aux gens qu’on les aime. Faire des surprises de cœur pour être là quand ils en ont besoin. On peut gagner au loto mais ça ne fait pas tout. Je connais des gens riches qui ne sont pas plus heureux que ça. C’est un état intérieur plus qu’extérieur.
 
Il faut résister, dire aux gens qu’on les aime. Les personnes ont des calendriers hyper remplis, de peur du vide. En fait c’est notre intérieur qui ne va pas bien.
 
Pour la mise en scène, vous avez fait appel à Catherine Marchal.
 
C’est une metteure en scène extraordinaire. Le travail qu’on a fait ensemble était très prolifique. Elle voyait les choses différemment de ce que je faisais avant. J’aime sa patte sur le spectacle. Une femme voit les choses différemment. L’homme est terre à terre, la femme est plus légère.
 
Quand j’ai commencé à écrire Demain je me lève de bonheur je suis allé la chercher. j’ai demandé à la rencontrer et elle m’a répondu oui, tout simplement. J’étais heureux.
 
Vous avez débuté par la danse. Comment êtes vous passé à l’humour ?
 
Oui la danse était mon premier métier. Mon histoire ne me destinait pas forcément à être danseur classique car je viens du 93. Mais enfant on a la force d’aller vers un objectif précis.
Quant à l’humour, je pense que c’est quelque chose qu’on a ou pas en nous. Il faut le faire et le déclencher. Dans le quartier on se vannait. Je suis issu d’une famille de garçons où ça vannait en permanence.
 
J’ai plutôt un humour de situation, j’en ris car ça traduit tout de suite une émotion. C’est pas méchant. Personnellement, je pousse les gens à rire mais pas à tomber.
 
Je n’aime pas la vanne pour la vanne. J’aime qu’il y ai une circonstance dans mes sujets. L’humour politique ou qui me casse la tête, je ne sais pas faire. J’aime les choses qu’on a tous vécues. Tout ce qui relève du quotidien me fait plus rire.
 
D’où vient votre pseudo de Cartouche ?
 
je me prénomme Farid. Farid ça veut dire l’unique. Quand j’étais plus jeune j’étais fan de Farid Chopel. C’est lui qui m’a donné envie de monter sur scène. Mais vu qu’il y avait déjà un Farid, il fallait que je trouve un autre nom. Cartouche est le premier livre que ma mère m’a donné à lire. J’aimais ce personnage.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article