En direct - Strasbourg - Le marché de Noël restera fermé aujourd'hui - "Un témoin a entendu l'assaillant crier 'Allah Akbar'" (Procureur) - Bilan : 2 morts et 12 blessés dont 6 graves - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

En direct - Strasbourg - Le marché de Noël restera fermé aujourd'hui - "Un témoin a entendu l'assaillant crier 'Allah Akbar'" (Procureur) - Bilan : 2 morts et 12 blessés dont 6 graves

En direct - Strasbourg - Le marché de Noël restera fermé aujourd'hui - "Un témoin a entendu l'assaillant crier 'Allah Akbar'" (Procureur) - Bilan : 2 morts et 12 blessés dont 6 graves

17h56: Le Maire annonce que le marché de Noël reste fermé demain (aujourd'hui) car l'assaillant n'a toujours pas été arrêté.

16h56: selon France 3 Normandie, la sécurité est renforcée sur les marchés de Noël de Caen, de Rouen et du Havre. "L’ensemble des forces est engagé dans la sécurisation des centres-villes, des points sensibles du département et des zones commerciales", peut-on lire.

16h09: Selon BFM TV, l'auteur présumé de la fusillade avait été inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste) en janvier 2016 et la fiche S émise en mai 2016.

15h12: "720 personnes sont mobilisées" pour retrouver le suspect qui est toujours en fuite, annonce Christophe Castaner à l'Assemblée.

15h00: Donald Trump publie un tweet évoquant l'attaque de Strasbourg: «Encore une terrible attaque terroriste en France. Nous allons renforcer nos frontières encore plus. Chuck [Schumer, NDLR] et Nancy [Pelosi] doivent nous donner leurs votes pour rehausser le niveau de sécurité aux frontières.»

13h10: Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, s'exprime :
 
"Le président de la République réunit en ce moment-même un conseil de défense."
 
"Dans le contexte que nous connaissons actuellement, le président de la République a appelé chaque responsables politiques au calme et à la retenue."
 
"La menace terroriste est toujours au coeur de la vie de notre nation", a déclaré Emmanuel Macron en Conseil des ministres.
 
13h01: Le maire de Strasbourg, Roland Ries, s'exprime face aux journalistes :
 
"Ce qui est arrivé hier soir est, qu'on le veuille ou non, une forme d'attentat terroriste. Les motivations se sont pas connues."
 
"Je suis bouleversé par ce qu'il s'est passé hier soir", a-t-il déclaré en tenant à remercier les forces de l'ordre et les secours.
 
"L'heure est à la tristesse, à la compassion avec les familles des victimes."
 
"Nous avons ouvert un registre de condoléances à l'Hôtel de ville de Strasbourg à disposition du public où chacun peut écrire ses pensées."
 
12h32: Le procureur Rémi Heitz donne un bilan de deux morts, et une personne en état de mort cérébrale, ainsi que 12 personnes blessées, dont 6 en état d'urgence absolue.
 
"Le terrorisme a encore frappé", déclare le procureur de Paris Rémy Heitz.
 
"Le suspect n'a pas encore été interpellé", a-t-il affirmé.
 
"Un témoin a entendu l'assaillant crier 'Allah Akbar.'"
 
"L'assaillant a tout au long de son parcours ouvert le feu et utilisé un couteau avec lequel il a blessé grièvement et donné la mort."
 
"Il a ensuite visé des membres de l'opération Sentinelle. Il a alors essuyé des tirs de ripostes qui l'ont blessé au bras."
 
"Quatre proches du suspects sont en garde à vue depuis hier soir."
 
"Son casier judiciaire comporte 27 condamnations pour des faits de droits communs, commis pour la quasi-totalité en France mais aussi en Allemagne et en Suisse."
 
"Il était connu de l'administration pénitentiaire pour sa radicalisation et son prosélytisme. Il est inscrit au FSPRT et fiché S. Il a fait l'objet d'un suivi de la DGSI."

12h22: Un hommage sera rendu aux victimes de la fusillade de Strasbourg et une minute de silence sera observée en ouverture de la séance des QAG,à l’Assemblee nationale, ce mercredi à 15h.

11h54: Selon "Blick", l'assaillant a été condamné à un an et demi de prison en Suisse pour des cambriolages, avant d'être emprisonné 16 mois à Bâle. Le porte-parole déclare à 20 Minutes que l'assaillant "est connu de la police cantonale zurichoise à cause d'une infraction contre le patrimoine commise il y a six ans et demi".

11h22: Selon Le Figaro, deux frères du suspect ont été placés en garde à vue. L'un d'eux serait fiché «S».

11h17: La préfecture du Grand Est corrige une nouvelle fois le bilan de l'attaque à trois morts et 13 blessés.

10h50: « Je souhaite que la journée soit une journée de recueillement, de deuil et demain que la vie reprenne », confie le maire de Strasbourg, Roland Ries, sur France 3 Grand Est.

10h22: La préfecture revoit le bilan à la baisse avec 2 morts et 14 blessés, dont 9 graves.

10h14: Chris, ex- Christine and the Queens,  annonce l'annulation de son concert prévu ce soir au Zénith de Strasbourg.

"Au vu des événements tragiques qui ont frappé Strasbourg, le concert que nous devions donner ce soir ne peut pas avoir lieu.

Toutes mes pensées vont vers les strasbourgeois(es), vers les victimes et leurs familles. Nous sommes de tout cœur avec vous.", écrit-elle sur Twitter.

10h06: Selon France 3 Grand Est, depuis hier soir, la police régionale et fédérale allemande procède au contrôle de tous les véhicules et camions sur les ponts entre l'Alsace et l'Allemagne. 

09h31: Les drapeaux de la région Grand Est vont être mis en berne, annonce le président de la collectivité. Par ailleurs, une minute de silence sera observée après l'attaque qui a fait au moins trois morts et 13 blessés.

08h42: Sur France Inter, Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, refuse de confirmer le caractère terroriste de l'attaque :

"La motivation terroriste de l'acte au moment où on se parle n'est pas établie. Je ne peux pas l'affirmer, c'est un individu connu en droit commun, connu pour beaucoup de délits autres que liés au terrorisme, il n'a même jamais été connu pour des délits liés au terrorisme. Il a un casier judiciaire important. Il a fait plusieurs séjours en prison et c'est à cette occasion qu'a été détectée une radicalisation mais liée à la pratique religieuse et pas au passage à l'acte. Il faut être très prudent. Il ne peut être exclu que le tireur présumé ait quitté le territoire français."

07h55: Le bilan réactualisé à l'instant : 3 morts, 8 blessés graves et 5 blessés plus légers.

07h38: Roland Ries, le Maire de Strasbourg, annonce sur BFM TV que les écoles seront fermées aujourd'hui même si un accueil sera assuré et le marché de Noël n'ouvrira pas. Les collèges et les lycées de Strasbourg seront également ouverts pour "permettre un accueil dans de bonnes conditions de ceux qui n'ont pas d'autres choix", indique le premier adjoint au maire de Strasbourg, tout en précisant que les manifestations de lycéens sont "désormais interdites".

06h52: Le gouvernement a mis en place un numéro de téléphone pour les victimes ou pour les personnes qui sont à la recherche d'un proche : le 01 43 17 43 17. Pour tout autre renseignement, la cellule d'information de la préfecture de la région Grand Est est joignable au 0811 00 06 67.

05h36: Le point complet sur la situation à 5h30 :

Plusieurs centaines de membres forces de sécurité étaient mobilisées dans la nuit de mardi à mercredi pour tenter de retrouver l'auteur en fuite de la fusillade qui a fait au moins trois morts mardi soir sur le Marché de Noël de Strasbourg, alors que le gouvernement décidait de placer la France en "urgence attentat".

Quelque 350 personnes, dont 100 membres de la police judiciaire, des militaires et deux hélicoptères, sont aux trousses de l'assaillant, a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors d'une déclaration depuis la préfecture du Bas-Rhin à Strasbourg, où il a été dépêché par le président Emmanuel Macron.

Mardi soir, "à partir de 19h50", le tireur a ouvert le feu et "semé la terreur" en "trois points" de Strasbourg, a déclaré M. Castaner sans dévoiler son identité. Il a tué trois personnes et en a blessé 12, dont six sont en urgence absolue, selon le ministre.

De son côté, la préfecture du Bas-Rhin a fait part dans la nuit d'un bilan provisoire de trois personnes décédées, 5 blessées graves et 6 blessées légers.

Dans la soirée, le maire de Strasbourg Roland Ries avait évoqué auprès de l'AFP un bilan de "quatre morts et une dizaine de blessés dont trois ou quatre dont le pronostic vital peut être engagé".

"Entre 20h20 et 21h", l'assaillant a par deux fois échangé des coups de feu avec les forces de sécurité avant de s'enfuir, a encore expliqué Christophe Castaner. Lors de ces échanges de tirs, l'assaillant a été blessé par une patrouille de soldats de l'opération Sentinelle qui sécurisent le Marché de Noël de Strasbourg, a expliqué une source policière.

Selon l'état-major des armées, un soldat a été blessé légèrement à la main par ricochet d'un tir de l'assaillant. "On a entendu plusieurs coups de feu, trois peut-être, et on a vu plusieurs personnes courir. L?une d'elles est tombée, je ne sais pas si c?est parce qu?elle a trébuché ou parce qu'elle a été touchée. Les gens du bar ont crié +ferme, ferme+ et le bar a été fermé", a raconté un témoin joint par l'AFP et confiné dans son appartement. M. Castaner a précisé que l'individu était "très défavorablement connu pour des faits de droit commun, pour lesquels il a déjà fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne et pour lesquels il a purgé ses peines".

Selon une source proche du dossier, le suspect, un homme de 29 ans fiché "S", devait être interpellé mardi matin par les gendarmes dans une enquête de droit commun.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle". Après cette attaque le gouvernement a porté le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat", a annoncé le ministre de l'Intérieur. Cette mesure comprend "la mise en place de contrôles renforcés aux frontières, et des contrôles renforcés sur l'ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme", a-t-il poursuivi.

"Il y aura aussi en complément une mobilisation plus forte encore du dispositif sentinelle sur l'ensemble du territoire". Dans la soirée, le chef de l'Etat a exprimé sur Twitter la solidarité de la "nation tout entière" après avoir présidé à Beauvau une réunion de crise interministérielle en présence du Premier ministre Edouard Philippe.

Le traditionnel marché de Noël de Strasbourg avait fait l'objet d?un projet d?attentat en décembre 2000. Il est protégé en permanence par un important dispositif de surveillance. Environ 260 policiers nationaux sont notamment mobilisés.

En décembre 2016, le marché de Noël de Berlin avait été visé par un attentat au camion-bélier revendiqué par le groupe État islamique qui avait fait douze morts. Après l'attaque de mardi soir, la "Grande Ile", le centre historique de Strasbourg, a été entièrement bouclée par les forces des l'ordre.

Selon la préfecture, les mesures de confinement avaient été levées dans la nuit et l'accès au centre-ville était de nouveau possible à partir de 2H00. Dans les rues quasiment désertes, quelques personnes rentraient chez elles.

La rue des Grandes Arcades, où l'attaque s'est en partie passée, était bloquée par des des policiers armés en empêchant l'accès. "Les écoles, les collèges et les lycées de Strasbourg seront ouverts demain (mercredi)", a-t-il ajouté.

Source JMM

Ce Trump, no comment...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article