Gilets jaunes : Le chroniqueur Raymond Aabou déclenche l'hystérie des autres chroniqueurs de TPMP - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Gilets jaunes : Le chroniqueur Raymond Aabou déclenche l'hystérie des autres chroniqueurs de TPMP

Gilets jaunes : Le chroniqueur Raymond Aabou déclenche l'hystérie des autres chroniqueurs de TPMP

Hier soir, dans "Touche pas à mon poste" sur C8, Cyril Hanouna évoquait avec ses chroniqueurs le mouvement des "Gilets Jaunes". Au cours du débat, un échange tendu a eu lieu entre Raymond Aabou et le reste de l'équipe.

Le chroniqueur a minimisé les dégâts causés dans le 8ème et 16ème arrondissements de Paris, ces derniers samedis lors des manifestations, et leur impact sur les commerçants. "Je comprends, mais il y a des gens qui habitent ailleurs, et qui perdent aussi des sous", a-t-il déclaré. Des propos qui ont provoqué la colère des autres membres de l'équipe.

"Raymond, tu ne peux pas dire qu'on ne peut pas faire faillite dans le 8e et 16e arrondissement", a lâché Cyril Hanouna.

Les propos de Raymond me choque... Les commerçants qui se trouvent là bas, ne sont pas forcément des habitants du XVIè...

Il est complotiste ma parole...


Les casseurs sont allé trop loin... Alors que le mouvement devait être pacifique...

Bien évidemment que ce genre de drame peut arriver dans tous les quartiers et même les banlieues... Mais tous les commerces du XVIè ne vivent pas sur l'or, et il y a eu beaucoup de boutiques qui ont changé ou fermé...

Alors oui que les médias ne parlent pas de ce qui se passe dans les banlieues, OK, mais là, c'est condamnable tout autant....

Et d'accord avec Delphine Wespiser, ceux qui crachent sur les flics ont oublié les attentats de 2015 et qui nous protègent comme lors de l'attentat d'il y a deux jours...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article