EN DIRECT - Gilets jaunes - La vidéo choc de Jérôme Rodrigues, leader du mouvement, blessé : "Je vais perdre mon oeil !" - Maxime Nicolle arrêté puis relâché ce soir à Bordeaux - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

EN DIRECT - Gilets jaunes - La vidéo choc de Jérôme Rodrigues, leader du mouvement, blessé : "Je vais perdre mon oeil !" - Maxime Nicolle arrêté puis relâché ce soir à Bordeaux

23h19: Maxime Nicolle a été relâché ce soir, annonce France Bleu Gironde.

22h19: Maxime Nicolle a été interpellé lors d'une manifestation à Bordeaux, a appris France 2 auprès de la préfecture.

Cette figure du mouvement a été arrêté samedi soir à Bordeaux (Gironde), où il était venu manifester dans l'après-midi. Celui "faisait parti d'un attroupement à qui il a été donné l'ordre de dispersion, rapporte la préfecture. Malgré cet ordre, il est resté et à inciter les autres à faire de même".

19h44: Jérôme Rodrigues était en train de filmer la manifestation en direct lorsqu'il a été touché par un projectile venant a priori des forces de l'ordre qui étaient postées à quelques mètres. Selon une source policière contactée par franceinfo, Jérôme Rodrigues a été blessé par une grenade de désencerclement, une arme utilisée par les forces de l'ordre pour repousser des manifestants.

La scène est à voir à partir de 9min10 s dans la vidéo ci-dessous.

19h16: Selon le Ministère de l'Intérieur, le chiffre de mobilisation est en baisse : 69.000 en France et 4.000 à Paris.

19h08: De nombreux policiers en motos viennent d'arriver Place de la République pour tenter de rétablir l'ordre.

18h45: La "nuit jaune" Place de la République est en train de dégénérer. Incendies et gaz lacrymogène en ce moment.

18h37: La préfecture de police de Paris saisit l’IGPN, après la blessure à l'œil de Jérôme Rodrigues, l'une des figures des "gilets jaunes", lors de la manifestation parisienne. La police des polices a été saisie en accord avec la place Beauvau, "afin que soient établies les circonstances dans lesquelles cette blessure est intervenue", explique la préfecture sur Twitter. 

De son côté, Jérôme Rodrigues publie une photo choc sur son Facebook en écrivant "Je vais perdre mon oeil !"

18h09: À Bordeaux (Gironde), deux manifestations doivent avoir lieu. La première, en ce moment, rassemble 6 000 manifestants. La seconde, comme dans de nombreuses villes, sera un défilé nocturne, dès 19h30. Le lieu de rendez-vous n'a pas encore été fixé, il sera donné sur les réseaux sociaux au dernier moment.

18h08: À Paris, la préfecture a compté 2 500 manifestants. Des échauffourées ont éclaté, vers 16h, place de la Bastille. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et d'un canon à eau pour repousser des manifestants qui leur jetaient des projectiles et s'appropriaient du matériel de chantier dans la rue Saint-Antoine, à proximité de la place de la Bastille. Plusieurs manifestants ont été interpellés.

17h47: La police tente de faire évacuer la place de la Bastille où se déroulent des affrontements alors qu'à Bordeaux des affrontement ont lieu comme chaque samedi avec les forces de l'ordre.

17h32: Un véhicule a été incendié à Evreux (Normandie) dans un contexte de forte mobilisation des Gilets jaunes et de tensions avec les forces de l'ordre.

17h30: A Marseille, la CGT rejoint les Gilets jaunes. Le cortège, quelque 4 000 personnes selon la police, Gilets jaunes en tête, syndicats derrière, principalement la CGT mais également Solidaires, s'est élancé dans le calme depuis le Vieux-Port. Les manifestants ont défilé dans différentes artères du centre-ville. Quelques incidents ont éclaté devant le centre commercial Centre-Bourse.

17h19: Selon les images diffusées par les différentes chaînes d'infos, plusieurs blessés ont été enregistrés à Paris, Place de la Bastille, à la fois chez les gilets jaunes et les CRS, comme le montre la photo ci-dessous où on peut voir un CRS en train d'être évacué.

 

17h01: Plusieurs médias annoncent qu'une des figures des Gilets Jaunes Jérôme Rodriguez, souvent présent sur les plateaux télé, vient d'être blessé par un tir de Flash Ball Place de la Bastille à Paris avant d'être évacué par les forces de l'ordre.

16h50: Des heurts ont aussi éclaté dans les rues de Toulouse, à cinq minutes à pied de la place du Capitole.

16h49: Des échauffourées ont éclaté entre forces de l'ordre et "gilets jaunes" à Nantes. Trois personnes ont été interpellées, selon l'AFP. "Comme les samedis précédents à Nantes, il y a eu de nombreux jets de projectile et même un cocktail Molotov", a précisé la préfecture de Loire-Atlantique.

16h28: Les incidents se poursuivent à Paris, Place de la Bastille, où 22 personnes ont été interpellées.

16h27: Un conducteur semble avoir perdu ses nerfs à Lyon. Des images relayées par un journaliste de Lyon Mag, montrent une voiture effectuant une violente marche arrière, sous les huées des manifestants. La manœuvre n'a toutefois pas fait de blessé.

16h25: A Paris, Place de la Bastille et devant un bâtiment de la Banque de France, les manifestants se sont emparé de barrières de chantier pour élever une barricade et y mettre le feu.

16h20: A Bordeaux les manifestants étaient dans le cours d'Albert, après avoir traversé la place Gambetta et remonté le cours Clémenceau. Ils seraient 5 000, selon nos confrères de France Bleu Gironde.

16h12: Confusion et tension place de la Bastille avec gaz lacrymogène et canons à eau alors que 3 cortèges se rejoignent.

14h02: Le point complet à 14h :

Des centaines de "gilets jaunes" ont entamé une nouvelle journée de manifestations à Paris et en province, malgré de récentes divisions dans leurs rangs, et avec une ténacité affichée face à un exécutif qui regagne en popularité, dix jours après l'ouverture du grand débat national.

Rester visibles et audibles dans la rue, c'est le défi des "gilets jaunes". Alors que plusieurs récents sondages créditent Emmanuel Macron d'une hausse de popularité, leurs rangs sont gagnés par de nouvelles querelles internes, après la rupture entre deux figures du mouvement, Éric Drouet et Priscillia Ludosky.

Ainsi, l'annonce mercredi de la création par les "gilets jaunes" Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan d'une liste "Rassemblement d'initiative citoyenne" aux européennes de mai, a semé la division. Pour entretenir la flamme, cet acte 11 des "gilets jaunes" mise sur de nouvelles stratégies. À Paris, les manifestants seront dispersés entre quatre défilés déclarés en préfecture. Le collectif "La France en colère" de Priscillia Ludosky, organise également une "marche solidaire aux gilets jaunes des Territoires éloignés" samedi après-midi, entre le ministère des Outre-mer et le siège parisien de Facebook.

Samedi midi, plusieurs centaines de "gilets jaunes", d'abord rassemblés sur les Champs-Élysées, où la circulation a été coupée, ont descendu l'avenue, en direction de la place de la Bastille, en passant notamment devant l'Assemblée nationale.

13h33: Environ 500 "gilets jaunes" se sont aussi rassemblés cours de Vincennes, dans l'est de la capitale, avant de se diriger vers la Bastille. Sur place, Éric Drouet, a déclaré aux journalistes: "on sait qu'ils (le gouvernement, ndlr) veulent pas nous écouter et qu'ils font le grand débat pour gagner du temps". Il explique aussi avoir demandé, avec d'autres, à Ingrid Levavasseur de retirer "gilets jaunes" du nom de son mouvement.

13h11: À Strasbourg, entre 200 et 300 "gilets jaunes" se sont rassemblés devant le Parlement européen avant de prendre la direction du centre-ville. Valentin Wimmer, un mécanicien retraité de Molsheim (Bas-Rhin), affirme qu'"il faut faire barrage à Macron". Mais il estime avec regret que "le mouvement commence à s'effriter" et se dit "pas tout à fait d'accord" avec la constitution d'une liste pour les élections européennes. À Montpellier, une centaine de manifestants se sont rassemblés dès 10H, sur la place de la Comédie et environ 50, autour d'un feu, sur le rond-point des Près-d’Arènes, occupé depuis le 17 novembre.

12h51: En Normandie, à Évreux (Eure), des "gilets jaunes" se sont aussi rassemblés dès 10H, avec quelques "moments de tensions", selon la préfecture. 

12h12: Plusieurs centaines de personnes sont en train de descendre les Champs Elysées dans le calme.

12h04: Au Mans, près de 200 gilets jaunes se sont réunis devant l’entrée de l’hypermarché Carrefour sud (Sarthe). Certains sont ensuite rentrés dans la galerie commerciale.

11h44: Pour la toute première fois depuis le début du mouvement, le cabinet Occurrence va compter les manifestants à Paris. Le cabinet a réalisé plusieurs comptages de manifestations traditionnelles pour un collectif de médias, dont franceinfo fait partie. Mais jusqu'à présent, la forme que prenaient les manifestations des "gilets jaunes" ne permettait pas au cabinet de compter correctement.

11h22: A Lanvollon (Côtes-d'Armor), des gilets jaunes dialoguent avec le maire de cette petite commune. Ils réclament un cahier de doléances et demandent une salle pour se réunir, rapporte une journaliste de Ouest-France.

10h55: Plusieurs dizaines de Gilets jaunes sont présents sur les Champs Elysées pour débuter une marche dans Paris.

 

10h23: À Evreux, plusieurs centaines de gilets jaunes se sont rassemblés devant l'hôtel de ville. Ils ont entonné la marseillaise et réclamé la démission d'Emmanuel Macron.

07h30: La nocturne des gilets jaunes prévue ce soir :

Sur Facebook, un événement créé par le groupe "Nuit Jaune", mais relayé par Éric Drouet, propose une "première nocturne", à Paris. Les organisateurs désirent créer un lieu pour une "expression citoyenne sans violence".

"Cette nocturne ne sera pas violente et menaçante, elle sera citoyenne et pacifiste." Et d'ajouter qu’elle servira à "débattre, échanger et revendiquer nos véritables doléances." Un vocabulaire qui rappelle celui du mouvement Nuit debout, qui avait débuté dans la capitale en mars 2016 à la suite des premières manifestations contre la Loi Travail. Une ressemblance poussée à son paroxysme : cet onzième "acte" devrait avoir lieu sur la place de la République et l’image d'illustration a été prise à cette occasion.

06h53: Ce 26 janvier, pas moins de 3.000 hommes des forces mobiles se déploieront à Paris, sans compter un renfort d'un millier d'agents des BAC et autres unités plus ou moins musclées de la police du quotidien. En province, les unités mobiles seront une cinquantaine, soit environ 5.000 effectifs.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article