Vernon : François Rocquelin a marqué toute une génération à la télévision - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Vernon : François Rocquelin a marqué toute une génération à la télévision

À l’image de Patrick Bricard, disparu la semaine dernière, un autre Vernonnais a marqué toute une génération de (jeunes) téléspectateurs. François Rocquelin était Aristide dans les sitcoms d’AB Productions.
 
Lui aussi a marqué toute une génération et est viscéralement attaché à Vernon. Vingt ans après Patrick Bricard, le grand frère de Casimir dans L’île aux enfants, François Rocquelin est entré à son tour dans la lumière grâce à la télévision. Dans les années 1990, en pleine folie sitcom, le comédien, âgé aujourd’hui de 48 ans, a fait les beaux jours de TF1 et d’AB Productions. Les fans se souviendront forcément de son personnage d’Aristide, de ses bretelles et de son improbable collection de coléoptères dans Le miel et les abeilles, Premiers baisers et Les années fac.
 
Un drôle de loustic, haut en couleur, au sens propre comme au figuré. « C’est un peu dans ma nature, avoue l’intéressé, qui revient fréquemment à La Chapelle-Réanville (commune déléguée de La Chapelle-Longueville) voir ses parents, anciens marchands de meubles à Vernon. J’avais d’ailleurs décroché le rôle en partie grâce à une prestation à la Tati dans une pub pour le fromage Saint-Moret. »
 
Arrivé au départ « pour quatre jours de tournage », François Rocquelin est finalement « resté quatre ans » dans les studios d’AB Productions. « On travaillait beaucoup et vite, explique l’ancien élève du Conservatoire d’art dramatique de Vernon, passé ensuite par le réputé cours Simon à Paris. Les épisodes passaient à l’antenne quelques jours seulement après le tournage. »
 
Il lui faudra quelques semaines avant de prendre la mesure de l’impact des sitcoms sur toute une génération. « J’ai commencé à comprendre quand les fans ont fait leur apparition à la sortie des studios. Ils voulaient tous des autographes. Bon, j’en signais quand même moins que les beaux gosses de la série... », sourit le comédien.
 
À Vernon aussi, il devient une « star ». « Les gens étaient super, toujours sympas. » Le Club Dorothée, autre madeleine de Proust télévisuelle, y viendra même enregistrer une émission en 1996, à l’occasion de la sortie du titre Folles de mon corps, qu’il interprète sous le pseudo d’Ari, le chanteur fou.
 
« Une aventure exceptionnelle » qui s’est arrêtée brutalement en 1997, quand TF1 a cessé sa collaboration avec le groupe AB. « Du jour au lendemain, c’était fini. »
 
La suite ? « J’ai profité de la vie, mais très peu tourné. Les anciens d’AB, on ne voulait plus beaucoup de nous. » La traversée du désert sera longue. « J’ai fait tout un tas de petits boulots avant d’écrire et de monter, en 2015, un seul en scène intitulé ‘’À fond !’’, l’histoire d’un mec qui ne fout rien... mais à fond. J’aimerais bien le rejouer. »
 
En attendant, François Rocquelin s’éclate comme chroniqueur dans Ça dit quoi chez Léa, sur Amel TV, la chaîne euro-maghrébine. « Je ne suis plus has been aujourd’hui. Les professionnels sont à nouveau très sympas. J’espère pouvoir travailler sur d’autres projets. »
 
Ces Vernonnais ont également crevé l’écran grâce à des rôles importants dans des feuilletons et des séries très populaires.
Pierre-François Pistorio, héros de « Paul et Virginie » : le surdoué du conservatoire d’art dramatique de Vernon, né en 1957, avait déjà fait une apparition remarquée dans Les Thibault en 1972. Il devient une star, à partir de décembre 1974, à 17 ans, grâce à son rôle de Paul dans Paul et Virginie, où il donne la réplique à Véronique Jannot. L’histoire de leur amour impossible tiendra en haleine les téléspectateurs de la troisième chaîne durant 13 épisodes.
 
Yves Coudray, le petit Paul de « Graine d’ortie » : le visage de cet autre élève précoce de Ginette d’Yd-Hieronimus au conservatoire, a fait fondre des millions de téléspectateurs, à l’été 1973, sur la première chaîne de l’ORTF. Yves Coudray, qui a fait la Une de Télé Poche, Télérama ou Télé 7 jours, avait à l’époque 7 ans. Graine d’ortie raconte le destin d’un petit garçon abandonné par sa mère et placé à l’assistance publique, et son quotidien, de famille d’accueil en famille d’accueil.
 
Tristan Calvez était Sébastien Grenier dans « Une famille formidable » : né en 1979, le fils de la directrice du Théâtre du Lion a incarné, à partir de 1993, le rôle récurrent de Sébastien Grenier dans Une famille formidable, la saga à succès de TF1, dont l’ultime saison, la quinzième, a été diffusée en décembre dernier. Tristan Calvez a été au générique durant sept saisons, jusqu’en 2010, avant de réapparaître en 2013, puis brièvement en 2016.
 
Alice Révérend, sulfureuse Lola dans « Demain nous appartient » : Paris Normandie lui avait consacré un portrait le 28 mai dernier, alors qu’elle s’apprêtait à faire son apparition au générique du feuilleton d’access prime-time de TF1. Alice Révérend, 19 ans, incarne Lola Urtis-Brunet. Son personnage de séductrice ambitieuse a tenu le haut de l’affiche pendant une cinquantaine d’épisodes, avant de mourir. Son fantôme revient régulièrement à l’antenne.
 
Selon Paris-Normandie, Patrick Bricard, alias François dans L’île aux enfants, sera inhumé au cimetière de Vernon, demain vendredi en début d’après-midi, aux côtés de son épouse, décédée depuis plusieurs années.
 
Le grand frère de Casimir, âgé de 78 ans, s’est éteint en fin de semaine dernière, des suites d’une longue maladie. Il habitait Vernon depuis une trentaine d’années. Sa disparition a été annoncée samedi 26 janvier par Christophe Izard, le créateur de l’émission jeunesse phare de TF1 entre 1974 et 1982.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article