En larmes, l'acteur de la série "Empire" Jussie Smollett s'exprime pour la première fois depuis son agression : "Je suis changé à jamais" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

En larmes, l'acteur de la série "Empire" Jussie Smollett s'exprime pour la première fois depuis son agression : "Je suis changé à jamais"

Deux semaines après avoir été agressé à Chicago, l'acteur de la série «Empire» Jussie Smollett a livré un témoignage poignant dans lequel il répond notamment aux détracteurs qui affirment qu'il a menti.
 
Jussie Smollett ne sera «plus jamais le même homme». Le 29 janvier dernier, l'acteur de la série «Empire» a été agressé à 2 heures du matin dans les rues de Chicago par deux hommes qui lui ont lancé «des insultes racistes et homophobes» et ont prononcé les mots «MAGA [«Make America Great again»] country», reprenant le slogan de Donald Trump lors de la campagne présidentielle américaine. Il a ensuite été frappé par ces deux assaillants qui ont déversé sur lui de la javel avant d'enrouler une corde autour de son cou, avait fait savoir la police. Pour la première fois depuis cette agression violente, le jeune homme de 36 ans, noir et ouvertement gay, a accordé une interview à l'émission «Good Morning America».
 
Il a raconté le déroulé de l'attaque qui lui a causé une blessure à la clavicule et des bleus aux côtes. Ce n'est qu'après la fuite des assaillants que Jussie Smollett a réalisé qu'il avait une corde autour de cou. «C'est à ce moment-là que j'ai crié», s'est-il souvenu avant d'expliquer qu'il avait hésité avant de prévenir la police. «C'est une question de fierté. Nous vivons dans une société qui considère que comme vous êtes gay, vous êtes faible. Je ne suis pas faible».
 
Cette agression fait l'objet de spéculations aux Etats-Unis, notamment après que des médias ont rapporté que des enquêteurs pensaient qu'elle était montée de toute pièce. Des allégations balayées par la police de Chicago jeudi qui a écrit sur Twitter que les sources de ces médias étaient «non informées et imprécises». Jussie Smollett s'est lui déclaré «énervé» par les personnes qui l'accusent d'avoir menti sur l'agression. «Au début, je pensais qu'en disant la vérité, ça suffirait parce que c'est la vérité. Puis je me suis demandé "comment peuvent-ils douter ? Comment ne peuvent-ils pas y croire ? C'est la vérité. Et puis j'ai compris. Ce n'est pas qu'ils n'y croient pas, c'est qu'ils ne veulent pas voir la vérité», a-t-il dit considérant que son témoignage aurait été plus pris au sérieux si les assaillants avaient été «musulmans, mexicains ou noirs». «J'ai l'impression que ceux qui doutent m'auraient plus soutenu et ça montre très bien ce qui se passe dans notre pays aujourd'hui», a-t-il regretté.
 
Au moment de l'attaque, Jussie Smollett était au téléphone avec son manager, mais il a refusé de donner l'appareil aux enquêteurs, ce que lui reprochent notamment ses détracteurs. «La police voulait que je donne mon téléphone pour qu'il soit analysé durant 3 ou 4 heures. Je suis désolé, mais je ne veux pas le faire», a-t-il dit avant de préciser que son téléphone contenait des données sensibles comme des «photos et des vidéos» privées et les numéros de téléphone notamment de son compagnon, de sa famille et de ses co-stars de la série «Empire» qu'il ne veut pas voir tomber entre de mauvaises mains. Il a en revanche confié au FBI une lettre de menace qui lui a été adressé aux studios de la chaîne Fox à Chicago. Il pense qu'elle a un lien avec son agression puisque elle contenait notamment un dessin qui représentait un pendu à un arbre et qu'à la place de l'adresse d'expédition il y avait inscrit «MAGA».
 
A l'idée que ses agresseurs ne puissent jamais être retrouvés, le chanteur a versé quelques larmes. «Je disais à une amie que je voulais juste qu'ils soient retrouvés. Et elle m'a dit "Ils ne les retrouveront jamais". Ça m'a mis si en colère parce que ça veut dire que je vais juste devoir vivre avec ça ? Ils vont continuer leur vie comme si de rien n'était, peut-être s'en prendre à une autre personne et moi je dois faire face aux conséquences de leurs conneries ? (...) Je ne suis pas d'accord (...) Je veux croire qu'il y a encore une justice.»

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article