Le Fil Actu - Après les insultes proférées envers Alain Finkielkraut, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Après les insultes proférées envers Alain Finkielkraut, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion"

Le Fil Actu - Après les insultes proférées envers Alain Finkielkraut, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion"

10h52: Après les insultes proférées envers Alain Finkielkraut, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion".

10h00: "J'ai ressenti une haine absolue, et malheureusement, ce n'est pas la première fois", a réagi auprès du JDD Alain Finkielkraut, victime d'insultes antisémites plus tôt dans la journée par des Gilets jaunes.

Le philosophe a croisé par hasard la route de manifestants samedi, dans le 14e arrondissement parisien, alors qu'il raccompagnait un proche.

"Barre toi, sale sioniste de merde", "nous sommes le peuple", "Retourne à Tel Aviv" lui ont notamment hurlé des Gilets jaunes, d'après les images filmées par Yahoo Actualités et par un journaliste indépendant, Charles Baudry.

"J'aurais eu peur s'il n'y avait pas eu les forces de l'ordre [qui se sont interposées entre lui et les manifestants], heureusement qu'ils étaient là", raconte Finkielkraut. Selon lui, tous n'étaient pas agressifs, l'un d'entre eux lui a même proposé de revêtir un gilet et de rejoindre le cortège, un autre a salué son travail.

Ce dimanche dans Le Parisien, il indique ne pas vouloir porter plainte : "Ça pourrait en valoir la peine, mais ce ne sera sans doute pas la dernière fois que cela m’arrivera. Il ne faut pas trop en faire non plus, j’ai l’impression que beaucoup de gens ont été plus traumatisés que moi et que les images leur ont fait plus peur qu’à moi.", dit-il. "Il y avait des cris de haine, comme « jette-toi dans le canal », « sale sioniste »...

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article