Féminicides : Muriel Robin interpelle le Président de la République: "Combien coûte la vie d'une femme ? Emmanuel, il faut répondre à un moment !" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Féminicides : Muriel Robin interpelle le Président de la République: "Combien coûte la vie d'une femme ? Emmanuel, il faut répondre à un moment !"

Féminicides : Muriel Robin interpelle le Président de la République: "Combien coûte la vie d'une femme ? Emmanuel, il faut répondre à un moment !"

Invitée de l'émission On n'est pas couché, hier soir sur France 2, Muriel Robin, a interpellé une nouvelle fois Emmanuel Macron et le gouvernement sur les violences conjugales en France :

"Moi, je l'avoue, avant de tourner 'Jacqueline Sauvage' - c'est ce qui a provoqué mon engagement contre les violences conjugales - j'étais comme tout le monde : 'Tiens, une femme est morte', comme si c'était normal qu'un homme tue une femme, que c'est des faits divers. Là, quelque chose s'est passé. Quand le gouvernement donne un million, c'est un milliard qu'il faut. Je l'ai dis plusieurs fois et je le redis : j'ai confiance. Je comprends que ça demande du temps. Mais je demande au Président : combien coûte la vie d'une femme ? Je lui ai posé la question plusieurs fois déjà, je n'ai pas eu de réponse".

Et d'interpeller directement le Président de la République :

"Emmanuel, c'est vous qui avez le job, il faut répondre à un moment. Parce que ces femmes qui meurent, qui sont assassinées, ce sont nos filles, nos mères, nos sœurs, nos amies... C'est maléfique, insupportable, machiavélique. C'est un métronome ; si vous lisez la presse, vous savez que tous les trois jours, une femme va être tuée. Et avant d'être assassinée, les coups, la souffrance, les viols, les enfants impliqués là-dedans".

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article