Le Fil Actu - Policiers "barbares" : Les syndicats de police demandent à Christophe Castaner d'engager une action en justice contre Jean-Luc Mélenchon - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Policiers "barbares" : Les syndicats de police demandent à Christophe Castaner d'engager une action en justice contre Jean-Luc Mélenchon

Le Fil Actu - Policiers "barbares" : Les syndicats de police demandent à Christophe Castaner d'engager une action en justice contre Jean-Luc Mélenchon

15h12: Depuis l'Assemblée nationale, Alexis Corbière a réagi et a tenu à mettre les choses au clair. "Ca suffit les polémiques permanentes qui sont fabriquées contre Jean-Luc Mélenchon. Il s'est exprimé auprès d'une personne. C'était une conversation privée qu'il a eu avec un manifestant", a-t-il déclaré.

Alexis Corbière précise que "ce sont les consignes politiques, notamment celles du ministre de l'Intérieur, qui étaient visées par Jean-Luc Mélenchon (...) Si le mot 'barbare' choque, utilisez un autre mot : 'brutalité'".

"Est-ce qu'on a le droit dans ce pays de parler de cette brutalité ? Est-ce qu'on a le droit de mettre en cause l'attitude du ministre de l'Intérieur qui couvre toutes ces brutalités et qui, peut-être, sans aucun doute les encourage ?", a continué, en colère, Alexis Corbière.

"Ca suffit que des micros trainent quand Jean-Luc Mélenchon parle à quelqu'un qui vient lui dire qu'il a subi des brutalités lors de la manifestation de samedi !", a conclu le député LFI.

14h25: Le point sur ce que l'on sait cet après-midi :

Nouvelle polémique entre Jean-Luc Mélenchon et le gouvernement : Christophe Castaner a demandé mercredi au chef de file de LFI de s’excuser après avoir dénoncé la répression «barbare» des forces de l’ordre lors des manifestations, l’intéressé lui répondant que sa démission «serait plus utile».

Sur des vidéos tournées lors de la manifestation contre la réforme des retraites mardi à Paris, M. Mélenchon discute avec des manifestants qui disent avoir été victimes de violences policières lors de la Marche pour le climat samedi.

«Ils nous ont massacrés, samedi, à bout portant», dit l’un d’eux. «Tout le monde m’a dit ça, que vous avez même pas eu le temps de commencer ils vous ont tiré dessus», lui répond le leader de la France Insoumise (LFI).

«Il y a plein de blessés», des blessés «graves à la tête», poursuit le manifestant, que l’on ne voit pas à l’image. «C’est des barbares, soyez prudents, parce qu’ils ne s’arrêtent plus maintenant», enchaîne M. Mélenchon, avant d’appeler les manifestants à la prudence et au calme : «En rajoutez pas, c’est pas la peine de revenir avec un oeil en moins. (...) Eux, ils agressent tout le monde. Ils sont de plus en plus violents, il faut faire attention».

«Samedi, si j’y avais été, ils me tuent, ils attendent le prétexte. Et après c’est moi qui pleure de voir qu’ils vous éborgnent», ajoute M. Mélenchon.

Ces propos ont immédiatement fait réagir le ministre de l’Intérieur.

«Inacceptable insulte à nos forces de l’ordre mobilisées, chaque jour, pour protéger les Français, au péril de leur vie. @JLMelenchon leur doit le respect, et désormais des excuses», a twitté mercredi matin Christophe Castaner.

«La seule manif climat au monde réprimée. Un déchaînement de violences disproportionnées», lui a répondu M. Mélenchon, également sur Twitter.

Samedi dernier, la Marche pour le climat a été émaillée de violences et dégradations, et les forces de l’ordre ont utilisé leurs matraques, des gaz lacrymogène, et tiré au lanceur de balle de défense (LBD).

Au total 158 personnes ont été placées en garde à vue, dont une vingtaine déférées dimanche en vue d’éventuelles poursuites, selon le parquet.

«Après 24 éborgnés, 5 mutilés et 2 morts, @CCastaner doit des excuses aux Français. Sa démission serait plus utile (...)», a ajouté M. Mélenchon.

Cette polémique intervient quelques jours après le procès très médiatisé du chef de file de LFI à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour les incidents ayant émaillé une perquisition au siège de son parti en octobre 2018, où il avait invectivé un magistrat et un policier. Trois mois de prison avec sursis y ont été requis contre M. Mélenchon, qui a dénoncé un «procès politique».

Mercredi, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez a lui aussi condamné les propos «inqualifiables» de M. Mélenchon.

Les syndicats de policiers Alliance et Unsa ont dénoncé des propos «inadmissibles» et demandé à M. Castaner de porter plainte contre M. Mélenchon.

Les forces de l’ordre, régulièrement accusées de violences, ont été montrées du doigt pour leurs interventions ces derniers mois, notamment lors des manifestations de «gilets jaunes» qui ont parfois donné lieu à des scènes de violences.

13h33: A la mi-journée, Jean-Luc Mélenchon a réagi à l’appel du syndicat Alliance police nationale à un rassemblement devant le siège parisien de La France insoumise.

"Manifestation illégale. Je demande la protection de la gendarmerie. Je crois que la protection de témoins populaires serait décisive", a déclaré le leader de LFI sur son compte Twitter.

13h23: Les syndicats de police demandent à Christophe Castaner d'engager une action en justice contre Jean-Luc Mélenchon.

"Les policiers ont donné sans compter. Il est inacceptable qu’un élu insulte et outrage les policiers en ces termes-là. Il faut qu’il y ait une action en justice", a indiqué Stanislas Gaudin, le secrétaire du syndicat Alliance police Nationale, sur BFMTV, ajoutant qu’Alliance se constituerait partie civile.

D'après nos confrères, le syndicat appelle à un rassemblement demain matin, à 11 heures, devant le siège parisien de la France insoumise.

12h14: Ce midi, Jean-Luc Mélenchon répond au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. "La seule manif climat au monde réprimée. Un déchaînement de violences disproportionnées. Après 24 éborgnés, 5 mutilés et 2 morts, Christophe Castaner doit des excuses aux Français. Sa démission serait plus utile puisque le syndicat Alliance le remplace déjà", écrit-il sur le réseau social. 

11h08: Pour Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP Police-FO, les propos du député LFI sont "indignes", "pathétiques", et relèvent "de la psychiatrie".

"Jean-Luc Mélenchon a des idées dangereuses et nauséabondes, parce que, finalement, il nourrit la violence à notre encontre", a-t-elle indiqué sur LCI. "Quand on a un député qui a ces propos, qui nous traite de barbares, c'est indigne de sa fonction, c'est antirépublicain", a déclaré la syndicaliste

10h45: Sur son compte Twitter, le ministre de l'Intérieur juge les propos "inacceptable". "Jean-Luc Mélenchon doit le respect et désormais des excuses", continue Christophe Castaner.

10h30: Hier après-midi, Jean-Luc Mélenchon participait à la manifestation contre la réforme des retraites qui avait lieu à Paris. Le leader de La France insoumise n'a pas hésité à s'en prendre aux forces de l'ordre.
 
Interpellé par un manifestant sur les violences policières, l'homme politique a qualifié les policiers de "barbares". "Ce sont des barbares. Soyez prudents, parce qu’ils ne s’arrêtent plus maintenant", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Samedi, si j’y avais été, ils me tuent. Tu vois, ils attendent le prétexte".
 
Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article