Nicolas Bedos : "Qu'en est-il de ces orphelins de Dieu qu'on appelle non sans mépris les non-croyants ?" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Nicolas Bedos : "Qu'en est-il de ces orphelins de Dieu qu'on appelle non sans mépris les non-croyants ?"

Nicolas Bedos : "Qu'en est-il de ces orphelins de Dieu qu'on appelle non sans mépris les non-croyants ?"

C'est un message de Nicolas Bedos publié sur la page Facebook CCAF Collectif Contre l'athéophobie en France.

"Si je suis venu ce soir, c'est pour défendre une cause. Celle d'une communauté qui souffre dans l'indifférence quasi générale des médias français. Qu'en est-il de ces orphelins de Dieu qu'on appelle non sans mépris les non-croyants ?"

"Moi-même je parle à Dieu, mais c'est mon Dieu à moi. Il a la tête que je veux. Celui de la chance et du travail et du sourire", a-t-il expliqué. Vers l'âge de 20 ans, je suis devenu un athée intégriste. Je dis stop à vos folies ! Je ne crois pas à vos délires et j'ai le droit de le dire."

"Bref, j'ai un Dieu dans mon cerveau mais je ne l'impose à personne et je n'en parle jamais", a ajouté le comédien. "Les juifs de salon et leurs tragédies portatives qui leurs servent de passeport en tout Dieu, les barbiches musulmanes et leur testiculo-centrisme à peine voilé, les cathos et leur passion perverse pour l'ectoplasme embryonnaire, les hindouistes désincarnés par l'espoir d'être un jour réincarné en moules farcies. Vous laissez ça dans le taxi."

"Il y en a marre de vos histoires. Vous vous flinguez pour rien ! À cause de vieux bouquins torchés à la plume d'oie par une bande de mythomanes. Voilà, pourquoi ce soir, du fond de mon athéisme, je tenais à vous le dire: vous avez beau squatter l'actu en essayant de nous foutre la trouille, Religieux en tout genre, vous commencez sérieusement à nous casser les couilles !"

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article