Le Fil Actu - L'homme confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès, arrêté par erreur hier à l'aéroport de Glasgow, a été relâché - Cet homme fait savoir que ni lui ni sa famille ne souhaitent avoir des contacts avec les médias - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - L'homme confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès, arrêté par erreur hier à l'aéroport de Glasgow, a été relâché - Cet homme fait savoir que ni lui ni sa famille ne souhaitent avoir des contacts avec les médias

Le Fil Actu - L'homme confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès, arrêté par erreur hier à l'aéroport de Glasgow, a été relâché - Cet homme fait savoir que ni lui ni sa famille ne souhaitent avoir des contacts avec les médias

18h30: L'homme confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès, arrêté par erreur hier à l'aéroport de Glasgow, a été relâché cet après-midi, indique la police écossaise. Cet homme fait savoir que ni lui ni sa famille ne souhaitent avoir des contacts avec les médias.

14h01: Les premières informations communiquées par les policiers écossais laissaient entendre que l'homme arrêté pouvait être le fugitif recherché depuis huit ans par les autorités françaises, soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011, à Nantes. Ce test génétique était attendu par enquêteurs et magistrats français en charge de l’enquête pour confirmer les doutes. Car des doutes ont émergés dès cette nuit quant à l'identité de l'homme arrêté, notamment de la part du procureur de Nantes qui appelait à la prudence.

Les perquisitions menées par la police au domicile de Guy Joao, identité sous laquelle voyageait l'homme arrêté à Glasgow, à Limay dans les Yvelines, ont également accentué ces doutes puisque les empreintes digitales relevées dans la maison de cet homme marié à une Écossaise ne correspondaient pas à celle de Xavier Dupont de Ligonnès.

De nombreux témoignages recueillis à Limay, notamment celui de Jacques au micro d'Europe 1, affirmaient également que Guy Joao ne pouvait pas être le père de famille nantais. Finalement, le test ADN conduit par les Écossais vient de confirmer la méprise. Il s'agit finalement d'une énième fausse piste.

13h30: L'homme qui a été arrêté à Glasgow par la police écossaise n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès. Des doutes s'étaient installés sur l'identité de l'homme arrêté à Glasgow vendredi soir. Celui-ci avait été présenté comme Xavier Dupont de Ligonnès, un français soupçonné du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants à Nantes en 2011.

Les empreintes digitales avaient d'abord été présentées comme "très partiellement concordantes" samedi en matinée. Plusieurs témoignages de l'homme arrêté, à Limay (Yvelines) laissaient également entendre qu'il ne s'agissait pas du suspect en cavale depuis huit ans. L'homme arrêté détenait un passeport au nom de Guy Joao, un septuagénaire habitant à Limay, dans les Yvelines. Vendredi, la police écossaise a informé les autorités françaises de l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, après avoir effectué des analyses d'empreintes digitales. Le lendemain, une nouvelle analyse des autorités écossaises est venue remettre en cause le précédent résultat. Désormais, le doute est levé avec les analyses ADN.

Xavier Dupont de Ligonnès reste l'homme le plus recherché de France. Introuvable depuis huit ans, la dernière image de lui date du 15 avril 2011 dans le Var. On le voyait sac à dos sur le dos en train de marcher. On l'imaginait sans argent, sans soutien, sans possibilité de contacter qui que ce soit. Son suicide, sa présence dans un monastère ont souvent été évoqués mais jamais confirmés.

12h50: L'homme arrêté à Glasgow hier soir n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès confirment les analyses ADN, selon des sources policières.

 12h42: BFM TV annonce que les résultats ADN sont tombés et l'homme arrêté hier à l'aéroport de Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès.

12h17: France 2 déprogramme son "13h15 Spéciale sur Xavier Dupont de Ligonnès" qui avait été annoncé pour ce samedi.

12h06: Sur France Info, un voisin affirme connaître cet homme depuis 45 ans et avoir même connu sa mère... et qu'il n'est pas Xavier Dupont de Ligonnes.

11h48: Les empreintes relevées au domicile où a eu lieu la perquisition cette nuit ne sont pas celles de Xavier Dupont de Ligonnès (BFM TV).

11h39: Selon ses voisins, l'homme arrêté aurait 70 ans (et non pas 59 ans comme Dupont de Ligonnes) et serait marié depuis 30 ans avec son épouse.

11h38: Deux policiers français, membres de la brigade nationale des fugitifs, viennent d'arriver à Glasgow pour tenter d'identifier formellement l'homme arrêté vendredi en Ecosse.

11h34: Le procureur de Nantes demande une nouvelle fois aux médias, ce midi, d'être très prudent sur cette arrestation.

"Les enquêteurs se déplacent en Ecosse pour faire des vérifications sur l'identification, le juge d'instruction attend le résultat de cette démarche d'enquête."

11h24: Le passeport de l'homme arrêté est bien le sien et n'a pas été volé :

Depuis 2011, les enquêteurs avaient reçu des dizaines de signalements. En janvier 2018 notamment, une vaste opération de police avait été organisée au monastère de Roquebrune-sur-Argens (Var) après que sa présence a été signalée. C’est précisément dans cette commune qu'il avait été vu vivant pour la dernière fois, le 15 avril 2011, filmé par une caméra de surveillance alors qu'il retirait 30 euros au distributeur de billets.

Jusqu'à aujourd’hui cependant, les milliers de témoignages recueillis n'avaient pas permis de dire s'il était mort ou vivant, s'il avait pu organiser sa fuite ou s'il s'était suicidé. Cette arrestation met donc un terme à l'une des plus mystérieuses énigmes criminelles des dernières décennies.

10h00 : "L'écart des yeux ne correspond pas, l'homme arrêté serait plus vieux et aurait un doigt coupé" précise ce matin BFM TV renforçant ainsi le doute sur l'identité de la personne qui a été interpellé. 

09h49: Les empreintes digitale de l'homme arrêté ne correspondent que très partiellement avec 5 points sur 13 (BFM TV).

09h43: Sur France Info, un voisin est certain que ce n'est pas Xavier Dupont de Ligones : "On a acheté ici en 89, donc depuis 89 on le connaît. Quand on a acheté la maison, il travaillait de nuit chez Renault", affirme-t-il. "Il ne pouvait pas être à Nantes, pour nous il a toujours habité là, on l'a toujours vu là", renchérit sa compagne.

"Il vit en Écosse avec son épouse et revient régulièrement en France" Jacques affirme que son ami Guy a pris l'avion vendredi matin direction l'Écosse, pour retrouver sa femme : "Il vit là-bas avec son épouse et régulièrement, il revient en France. Il est parti hier matin, c’est son copain qui l’a emmené."

07h29: Un témoignage sur Europe 1 sème le trouble sur l'identité de l'homme arrêté hier.

Une perquisition a eu lieu à Limay, dans les Yvelines, qui pourrait être un point de chute en France de Xavier Dupont de Ligonnès. Cette adresse, dans les Yvelines, figurait sur le passeport avec lequel il a voyagé. La police était toujours présente samedi matin, mais pour l’un des voisins de Guy Joao, il ne peut pas y avoir de doute : impossible que son voisin et ami soit Xavier Dupont de Ligonès. Selon lui, Guy Joao et sa femme faisaient régulièrement des voyages en Écosse, et toujours selon ce voisin, cette arrestation est une méprise. "Ça fait trente ans qu’on se connait ! On a été à son mariage en Écosse, c’est aberrant ! Même avec de la chirurgie esthétique c’est pas possible", assure-t-il au micro d’Europe 1. "Vendredi matin il a pris l'avion, comme il fait d'habitude. Il rentrait en Ecosse, sa femme l'attendait à Glasgow. On l'a eu tout à l'heure au téléphone, et elle dit 'voilà, ils l'ont arrêté, je n'ai pas plus de nouvelles'. Elle est effarée. Il n'a rien à voir ! Même s'il a pris X années de plus, il n'a rien à voir avec cette tronche là ! C'est un homme qui est grand, visage rond, rien à voir !".

07h07: Le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès appelle à la "prudence" après l'interpellation d'un homme en Ecosse qui pourrait être Xavier Dupont de Ligonnès, en cavale depuis huit ans et soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes.

"Il y a des équipes d'enquêteurs du service national de recherche des fugitifs et de la police judiciaire de Nantes qui vont se rendre en Ecosse", a précisé le procureur à l'AFP. "Ils vont donc faire des vérifications en Ecosse auprès de la personne qui a été arrêtée à l'aéroport de Glasgow pour s'assurer que c'est bien M. Dupont de Ligonnès", a-t-il ajouté. "Donc il convient en l'attente de ces vérifications d'être prudents", a prévenu M. Sennès.

06h40: Un homme aux empreintes digitales correspondant à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, recherché en vain depuis 2011 après le meurtre de sa famille à Nantes, a été arrêté vendredi par la police écossaise à l'aéroport de Glasgow en provenance de Paris. A son arrivée en Ecosse, il a été contrôlé et ses empreintes correspondaient à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, selon deux sources françaises proches de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

Les enquêteurs attendent cependant "les comparaisons ADN pour être complètement certains", selon l'une de ces sources. Ce sont des échanges d'informations entre les policiers français et écossais, sur la base d'une "dénonciation anonyme", qui ont permis l'arrestation du fugitif, âgé de 58 ans, selon une source proche de l'enquête.

Les enquêteurs français, alertés trop tard pour intervenir à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, ont prévenu la police écossaise que Xavier Dupont de Ligonnès se trouvait dans l'avion et lui ont "transmis des moyens d'identification", a expliqué une autre source proche de l'enquête.

De son côté, la police écossaise a simplement annoncé l'arrestation d'un homme à l'aéroport de Glasgow à la demande des autorités françaises et indiqué que "l'enquête se poursuit pour confirmer son identité".

Selon une source proche, l'homme arrêté gardait le silence vendredi soir. Les policiers français de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) et de la PJ de Nantes étaient en route pour l'Ecosse, selon une autre source. Le procureur de Nantes, Pierre Sénnès, a lui évoqué auprès de l'AFP un déplacement samedi.

L'homme voyageait avec un passeport français volé en 2014, et aurait très probablement passé une partie de sa cavale au Royaume-Uni. Une perquisition, qui s'est terminée vers 0H30, a eu lieu dans une maison de Limay, dans les Yvelines. Cette adresse est celle qui figure sur son passeport, selon une source proche du dossier. Des policiers en combinaison blanche étaient visibles, passant dans le jardin de la maison située dans une rue résidentielle bouclée de part en part, a constaté une journaliste de l'AFP.

Depuis huit ans, Xavier Dupont de Ligonnès est activement recherché. A maintes reprises, des signalements sont parvenus aux enquêteurs dont les milliers de procès verbaux rédigés n'ont pas permis de dire s'il était mort ou vivant, s'il avait pu organiser sa fuite ou s'il s'était suicidé. L'homme avait été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il avait été filmé par la caméra d'un distributeur de billets, et le 15, il avait quitté à pied un hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens dans le Var avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine.

Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de la maison familiale, enroulés dans des draps et de la chaux. Agnès Dupont de Ligonnès, 48 ans, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans, ont été tués à la 22 Long Rifle, vraisemblablement deux semaines plus tôt, entre le 3 et le 5 avril, d'au moins deux balles dans la tête. Une "exécution méthodique", selon les rapports d'autopsie.

Avec six jours de retard sur le père de famille, les enquêteurs avaient alors remonté le fil de son emploi du temps, sans percer l'énigme.

Plusieurs opérations et campagnes de fouilles ont été menées dans le Var, département où la famille Dupont de Ligonnès avait habité dans les années 1990, notamment après des découvertes de cadavres non identifiés. En avril 2015, des ossements découverts près de Fréjus (Var), non loin du dernier endroit où a été vu le père de famille, s'avèreront ne pas être les siens. A plusieurs reprises, les enquêteurs ont été menés sur de fausses pistes par des témoins qui affirmaient l'avoir aperçu, comme ces fidèles du monastère de Roquebrune-sur-Argens, en janvier 2018.

Une pincée de théorie du complot --née d'un courrier du père à neuf de ses proches, affirmant qu'il allait être exfiltré vers les États-Unis en raison de sa supposée vie d'agent double --, une famille en apparence tout à fait classique, une préparation qui semble méthodique et une certaine mise en scène de la disparition du père sont venus nourrir l'intérêt pour cette affaire hors du commun.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article