Anne Nivat défend son mari Jean-Jacques Bourdin sur Twitter après que Brune Poirson l'ait qualifié de "filou" ce matin sur RMC - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Anne Nivat défend son mari Jean-Jacques Bourdin sur Twitter après que Brune Poirson l'ait qualifié de "filou" ce matin sur RMC

Anne Nivat défend son mari Jean-Jacques Bourdin sur Twitter après que Brune Poirson l'ait qualifié de "filou" ce matin sur RMC

Ce matin, Brune Poirson, la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Alors qu'une question était posée sur les terrasses chauffées, le journaliste l'a interrogée pour savoir si elle allait bientôt être candidate aux élections municipales. "Vous serez bientôt maire, peut-être?", a-t-il déclaré avant que son invitée lâche "On verra".

"A Apt [ville où a grandi Brune Poirson, ndlr] ? Si vous êtes candidate, c'est à Apt. Ca ne peut pas être ailleurs", a continué le journaliste. "Oh si, ça peut-être ailleurs", a répondu, avec le sourire, la secrétaire d'Etat.

"Vous êtes un filou ! Vous êtes connu pour ça, j'en ai la preuve", a-t-elle ajouté. Jean-Jacques Bourdin a précisé que, pendant la publicité, il l'a interrogée pour savoir si elle était candidate aux élections municipales à Avignon.

Peu de temps après, Anne Nivat, grand reporter et épouse de Jean-Jacques Bourdin, a répondu avec humour à Brune Poirson. "Chère Brune Poirson, mon mari n’est pas un filou comme vous l’avez dit en souriant à l’instant dans son studio sur RMC et RMC Découverte", a-t-elle déclaré. Et d'ajouter : "C'est juste un journaliste qui s’intéresse à celui qu’il interview au point, parfois, de deviner certaines choses....".

Source JMM

En même temps filou, ce n'est pas une insulte...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article