Contrairement aux idées reçues, les fonctionnaires sont les plus exposés à la pénibilité au travail que d'autres professions selon une étude des services du ministère du Travail - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Contrairement aux idées reçues, les fonctionnaires sont les plus exposés à la pénibilité au travail que d'autres professions selon une étude des services du ministère du Travail

Contrairement aux idées reçues, les fonctionnaires sont les plus exposés à la pénibilité au travail que d'autres professions selon une étude des services du ministère du Travail
Personnels hospitaliers qui dénoncent leurs conditions de travail, ras-le-bol des agents des finances publiques face à la baisse de leurs effectifs, ou encore professeurs en colère. Les fonctionnaires dans la rue en 2019 sont les premiers exposés à la pénibilité dans leur fonction selon une étude du ministère du Travail. 64% des agents de la fonction publique d'État s'estiment exposés à un contact tendu avec le public, contre 46% dans le secteur privé. Parmi les fonctionnaires, les enseignants, comme une professeure des écoles en région parisienne.
 
Selon elle, les tensions sont de plus en plus vives avec les parents d'élèves. "On a des parents qui viennent nous demander des comptes, qui nous interdisent de faire ci, ou nous demandent de faire ça. Les parents sont des consommateurs et se prennent un peu pour nos supérieurs", déclare-t-elle. En plus des critères traditionnels de pénibilité comme le travail de nuit ou l'exposition au bruit, les risques psychosociaux comme le manque de reconnaissance sont également pris en compte dans l'étude. 61% des fonctionnaires d'État le ressentent, contre 49% dans le secteur privé.

N'importe quoi... Mais si ils ne sont pas contents, qu'ils aillent dans le privé.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article