Frédéric Beigbeder dézingue les « fonctionnaires du rire » de France Inter - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Frédéric Beigbeder dézingue les « fonctionnaires du rire » de France Inter

Le 2 janvier, Frédéric Beigbeder sera de retour en librairies avec son nouveau roman où il charge sans ménagement France Inter, son ancien employeur, qu’il accuse d’avoir mis trop d’humoristes à l’antenne.
 
« Je vais probablement devenir à mon tour leur tête de turc et je l’aurai bien mérité. » Frédéric Beigbeder règle ses comptes comme jamais avec France Inter dans les colonnes du Figaro Magazine, où il écrit toujours, mais aussi dans son nouveau roman qui sortira le 2 janvier chez Grasset. Celui qui a été évincé en 2018 de la matinale de la station ne fait pas de cadeau à son ancien employeur, ni à ses anciens collègues. « Aucun des rebelles du service public, si habitués à s’élever contre la moindre injustice ne m’a alors soutenu. J’ai été éjecté en une journée sans la moindre protestation », raconte l’écrivain qui se sert de son livre pour dénoncer l’omniprésence de l’humour sur la station publique.
 
« J’en ai ras-le-bol des petits rires auto-satisfaits de nombreux fonctionnaires du rire, qui glissent des leçons de morale dans leurs billets prévisibles de chansonniers politiques dignes du Don Camillo, bien à l’abri derrière l’institution et le prestige du service public », déclare Frédéric Beigbeder. Selon lui, depuis 2014, il y a des humoristes jusqu’à l’overdose. Un succès d’audience qu’il reconnaît, mais donc il critique les effets quasi pervers. « Ces rires permanents ont quelque chose de fatigant à l’oreille. Et anesthésiant pour la pensée. Aujourd’hui, si l’on était à bord du Titanic, il n’y aurait plus d’orchestre pour accompagner le naufrage mais un comédien de stand-up qui dirait : ‘Waow les gars, vous trouvez pas que c’est vachement humide par ici ?’ », analyse l’auteur dans le magazine.
 
Un discours comique qui selon lui ne peut donc pas être débattu sous prétexte de l’humour, ce qui le pousse à dire que « quelque chose ne va plus en démocratie ». Il s’interroge sur le lien entre humour et démagogie à l’heure où d’anciens « clowns » comme Beppe Grillo en Italie arrivent au pouvoir : « L’excès de rire engagé aurait-il pavé la route aux démagogues ? » Avec de tels propos, pas sûr qu'il soit invité sur France Inter pour faire la promotion de ce nouveau livre.

Ce n'est pas lui qui a refusé d'être le premier chroniqueur témoin de On n'est pas couché, car il ne supportait pas de ne pas être rémunéré ?, Ce n'est pas lui qui officiait il y a un an sur France Inter, dans la même matinale des autres humoristes, et qu'il n'avait pas du tout préparé son billet humoristique, car il a passé toute la nuit en boite de nuit qu'il a préféré abandonné ? Je l'aimais bien, mais là, donner des leçons alors que c'est déjà sale devant sa porte, je ne supporte pas...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article