L’ours polaire Olaf tronçonné : Le zoo d’Amnéville se défend - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

L’ours polaire Olaf tronçonné : Le zoo d’Amnéville se défend

L’ours polaire Olaf tronçonné : Le zoo d’Amnéville se défend
Le zoo d’Amnéville (Moselle) a créé la polémique après avoir essayé de se débarrasser de la dépouille d’un ours polaire dans une déchetterie puis l’avoir tronçonné. Dans un communiqué, le vétérinaire en chef se défend.
 
France Bleu Lorraine a révélé, ce lundi 9 décembre, que le zoo d’Amnéville en Moselle, avait tenté de faire disparaître le cadavre de l’ours Olaf, une des stars du parc animalier mort à 31 ans dans son sommeil le 27 juillet 2018, en l’envoyant dans une déchetterie, l’équarrisseur étant fermé.
 
Face au refus du centre de retraitement des déchets, un salarié a assuré que la dépouille de l’ours polaire avait été tronçonnée.
 
Dans un communiqué dont Lorraine Actu a pris connaissance, ce mardi 10 décembre, la direction du zoo et son vétérinaire en chef, Alexis Maillot, se défendent. En raison de la canicule qui sévissait l’an dernier, "le corps a été stocké dans une chambre froide destinée aux restes d’aliments osseux et carnés, en attendant l’équarrisseur".
 
En ce qui concerne la déchetterie, le vétérinaire affirme que la carcasse y a été emportée "par erreur par l’entreprise chargée d’évacuer les déchets". Selon lui, "l’entreprise s’est rendu compte de la méprise et le corps de l’animal a été immédiatement rapporté au parc zoologique d’Amnéville".
 
Alexis Maillot affirme que "le parc zoologique d’Amnéville, comme toutes les autres organisations du même type, est soumis à des contrôles sanitaires réguliers menés par les services compétents de l’État. À l’issue du dernier rapport d’inspection, l’agrément sanitaire a été renouvelé fin 2018."
 
En conclusion de son communiqué, le service vétérinaire du zoo se dit "particulièrement blessé de la reprise par la presse d’accusations non fondées et non vérifiées". Il rappelle que "le souci du bien-être des pensionnaires du zoo est essentiel pour nous et son respect fait l’honneur de notre profession".
 
Des enquêtes sont actuellement en cours. Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, a indiqué à Lorraine Actu qu’"aucune procédure judiciaire n’a été ouverte" depuis les révélations de France Bleu.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article