Le Fil Actu - Hommage à nos soldats : Durant la cérémonie aux Invalides, Emmanuel Macron a fait chevalier de la Légion d'honneur les 13 militaires décédés au Mali - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Hommage à nos soldats : Durant la cérémonie aux Invalides, Emmanuel Macron a fait chevalier de la Légion d'honneur les 13 militaires décédés au Mali

Le Fil Actu - Hommage à nos soldats : Durant la cérémonie aux Invalides, Emmanuel Macron a fait chevalier de la Légion d'honneur les 13 militaires décédés au Mali

16h11: La cérémonie d'hommage aux Invalides se termine par la Marseillaise.

 

15h49: "13 destins français, 13 visages (…) 13 noms qui seront inscrits dès demain sur le monument aux morts en opération extérieure", annonce Emmanuel Macron.

Et d'ajouter : "Vous étiez 13 soldats, 13 engagés pour une idée de la France qui vaut d'être servie (…). Soldats, nous ferons bloc pour cette vie de peuple libre conquise grâce à notre Armée, grâce à vous". Le président de la République fait chevalier de la Légion d'honneur ces 13 militaires.

15h36: Le président de la République évoque à présent les noms et parcours des 13 militaires qui ont été tués au Mali.

15h28: Emmanuel Macron prend désormais la parole et rend hommage aux 13 soldats. Le président démarre son éloge funèbre : "Loin de France, ce 25 novembre, 13 de nos soldats sont tombés", avant d'évoquer les circonstances de la mort des militaires.

"13 de nos plus valeureux soldats, 13 enfants de France, étaient tués sur le coup. Ils étaient morts en opération, pour la France (…) Au nom de la nation, je m'incline devant leur sacrifice, je m'incline devant la douleur des familles, devant les parents qui pleurent un fils, devant les épouses, les compagnes qui perdent un être aimé, devant les enfants dont la guerre aura volé le père", poursuit le chef de l'Etat.

15h16: Les cercueils des 13 soldats arrivent dans la cour d'honneur des Invalides.

 

15h14: Après la Marseillaise, Emmanuel Macron passe en revue les troupes avant l'entrée des 13 cercueils dans la cour d'honneur.

 

15h09: Emmanuel Macron, accompagné de Brigitte Macron, salue Ibrahim Boubacar Keita, le président de la République du Mali, François Bayrou, le maire de Pau, Roger Didier, le maire de Gap, Jean-Luc Corbet, le maire des Varces et Henri Bonnefoy, maire de Saint-Christol d’Albion. 

15h05: Le président Emmanuel Macron vient d'arriver aux Invalides.

14h56: Florence Parly et Edouard Philippe viennent d'arriver aux Invalides.

 

14h55: Rappelons que c'est le gouverneur militaire de Paris, le général de corps d'armée Bruno Le Ray, qui commandera cette cérémonie.

14h51: Les membres du gouvernement sont arrivés aux Invalides pour suivre l'hommage national aux 13 militaires morts au Mali.

14h49: Les anciens présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande, prennent également place dans la cour des Invalides.

14h40: De nombreuses personnes attendent a l'extérieur pour pouvoir accéder à la cour d’honneur des Invalides.

14h17: A l'approche du début de la cérémonie, les officiels, les militaires ou encore les anonymes s'installent progressivement. Parmi eux : François Bayrou, le maire de Pau.

13h50: Les premières personnes commencent à arriver dans la cour de l'hôtel des Invalides.

12h46: La Secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées s'est exprimée sur son compte Twitter. "Émue d’être avec tant de Français réunis sur l’esplanade des Invalides pour rendre hommage à nos treize soldats. Un silence profond qui témoigne d’une éternelle reconnaissance", a déclaré Geneviève Darrieussecq.

12h31: Au passage des 13 cercueils des militaires tués au Mali, les pompiers de Paris ont tenu à leur rendre hommage en étant au garde à vous.

12h08: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée :

Treize cercueils drapés de bleu-blanc-rouge : la France est confrontée lundi à une funeste image de son engagement au Sahel, à l’occasion d’un hommage national aux soldats morts il y a une semaine jour pour jour au Mali.

Des centaines de personnes se pressaient sur le pont Alexandre III, à Paris, pour assister au passage des 13 corps, en route vers l’Hôtel des Invalides, où Emmanuel Macron doit présider à partir de 15h00 locales une cérémonie.

Militaires, anciens combattants avec leur drapeau, gendarmes, sapeurs-pompiers mais aussi anonymes se pressaient de chaque côté du pont, par un temps froid et sec et un soleil radieux, en attendant le défilé des dépouilles des treize militaires tués dans la collision de deux hélicoptères lors d’une opération de combat, dans le nord-est du Mali, et dont les corps ont été rapatriés dimanche.

Margot Louvet, 23 ans, venue de Gap (sud-est), arbore sur son tee-shirt la photo officielle, sur fond bleu blanc rouge, de son meilleur ami décédé, Antoine Serre, 22 ans, du régiment de chasseurs de la ville.

«C’était une perle, le plus gentil, le plus généreux», déclare-t-elle à l’AFP en réprimant des sanglots. «Être ici, c’est une façon de faire le deuil, de réaliser qu’il ne rentrera pas».

Ce lourd bilan humain a fait l’effet d’un électrochoc en France, dont l’armée n’avait pas subi de telles pertes depuis l’attentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983, qui avait fait 58 morts.

Leur mort a également relancé les questions autour de l’engagement français au Sahel, où la situation sécuritaire ne cesse de s’aggraver, même si seul le parti de gauche radicale La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon réclame ouvertement le retour des troupes.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta assistera aux côtés du gouvernement français et des familles des soldats à cet hommage organisé dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides, à Paris, qui accueille depuis le XVIIe siècle vétérans et blessés de guerre et abrite le tombeau de Napoléon.

Le président Macron prononcera un éloge funèbre avant de remettre la Légion d’honneur, à titre posthume, à chacun de ces 13 soldats «morts pour la France», devant quelque 2.500 personnes, dignitaires comme anonymes. Un écran géant retransmettra l’hommage sur l’esplanade.

Leurs hélicoptères sont entrés en collision alors qu’ils appuyaient des commandos parachutistes qui avaient repéré des pick-up suspects dans la zone frontalière avec le Niger et le Burkina Faso, une région servant de repaire à des groupes jihadistes affiliés à l’Etat islamique (EI) ou Al-Qaïda. Aucun des occupants n’a survécu.

Les 13 soldats tués, tous officiers et sous-officiers, servaient au 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), au 4e régiment de chasseurs (4e RCH), au 93e régiment d’artillerie de montagne (93e RAM) et à la Légion étrangère.

L’opération française Barkhane mobilise 4.500 hommes dans la bande sahélo-saharienne, une étendue vaste comme l’Europe, pour lutter contre les groupes armés. Mais, après six ans de présence ininterrompue, et 41 morts côté français, l’horizon est de plus en plus plombé.

Les violences jihadistes persistent dans le nord du Mali et se sont propagées au centre du pays ainsi qu’au Burkina et au Niger voisins. Les pertes sont de plus en plus lourdes pour les armées locales, débordées.

11h50: Les cercueils des 13 militaires tués au Mali sont arrivés aux Invalides. La cérémonie sera présidée par le chef de l'Etat et se déroulera dans la cour d'honneur des Invalides à Paris. Elle débutera à 15h pour s'achever à 17h.

11h30: Le cortège funèbre est en train de traverser le pont Alexandre III. Lors de son passage, les Parisiens qui ont fait le déplacement applaudissent. Les militaires présents sur place sont au garde à vous.

11h16: De nombreux Parisiens se sont déplacés pour se recueillir au passage des cercueils sur le pont Alexandre III.

10h33: Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta assistera aux côtés du gouvernement français et des familles des soldats à cet hommage organisé dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides, à Paris, qui accueille depuis le XVIIe siècle vétérans et blessés de guerre et abrite le tombeau de Napoléon.

10h15: Le président Macron prononcera un éloge funèbre avant de remettre la Légion d’honneur, à titre posthume, à chacun de ces 13 soldats «morts pour la France», devant quelque 2.500 personnes, dignitaires comme anonymes.

Les Parisiens pourront auparavant se recueillir au passage des cercueils sur le pont Alexandre III à 11h30. Puis un écran géant retransmettra l’hommage sur l’esplanade des Invalides.

10h00: Un hommage national pour les treize soldats français morts au combat lors d'une collision d'hélicoptères au Mali est célébré, au lendemain du retour des corps en France.

La cérémonie sera présidée par le chef de l'Etat et se déroulera dans la cour d'honneur des Invalides à Paris. Elle débutera à 15h pour s'achever à 17h. Pas moins de 2500 personnes seront présentes sur la célèbre esplanade pour saluer la mémoire des militaires, dont les treize cercueils, recouverts du drapeau bleu-blanc-rouge, seront disposés dans la cour.

C'est donc aux Invalides, symbole militaire de la ville de Paris, que se déroulera cet hommage, comme le veut l'usage, en présence d'Emmanuel Macron et de son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Depuis le XVIIe siècle, vétérans et blessés de guerre y sont accueillis. L'hommage national est une tradition pour les militaires morts dans l'exercice de leurs fonctions ou au combat. Après un honneur au drapeau et une revue des troupes, le chef de l'État prononcera un éloge funèbre d'une demi-heure, avant de remettre la légion d'honneur à chacun des soldats morts. Il s'exprimera "sur la condition des soldats, les raisons de leur combat et la notion d'héroïsme", a précisé l'Élysée. A l'issue de la cérémonie, il s'entretiendra avec les familles.

09h45: Les deux hélicoptères transportant les 13 militaires sont entrés en collision alors qu’ils appuyaient des commandos parachutistes qui avaient repéré des pick-up suspects dans la zone frontalière avec le Niger et le Burkina Faso, une région servant de repaire à des groupes jihadistes affiliés à l’Etat islamique (EI) ou Al-Qaïda. Aucun des occupants n’a survécu.

Les 13 soldats tués, tous officiers et sous-officiers, servaient au 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), au 4e régiment de chasseurs (4e RCH), au 93e régiment d’artillerie de montagne (93e RAM) et à la Légion étrangère.

L’opération française Barkhane mobilise 4.500 hommes dans la bande sahélo-saharienne, une étendue vaste comme l’Europe, pour lutter contre les groupes armés.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article