Le Fil Actu - Iran / USA : Donald Trump annonce qu'"aucun américain n'a été tué ni blessé" - "L'Iran n'aura jamais la bombe atomique" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Iran / USA : Donald Trump annonce qu'"aucun américain n'a été tué ni blessé" - "L'Iran n'aura jamais la bombe atomique"

Le Fil Actu - Iran / USA : Donald Trump annonce qu'"aucun américain n'a été tué ni blessé" - "L'Iran n'aura jamais la bombe atomique"

17h27: Donald Trump déclare lors d'une conférence de presse :

"Tant que je serai Président des Etats Unis, l'Iran n'aura jamais la bombe atomique."

"Le peuple américain doit être absolument heureux et fier qu'aucun soldat américain n'a été tué hier dans l'attaque du régime [iranien], tous nos soldats sont sains et saufs et sont en sécurité et des dégâts très minimes ont été infligés à nos installations militaires."

"L'Iran est en train de reculer, une excellente chose pour le monde entier."

Donald Trump justifie la frappe qui a tué Qasem Soleimani, lui imputant la préparation de plusieurs attaques contre les citoyens et soldats américains dans la région. "Il planifiait de nouvelles attaques. Les mains de Soleimani étaient couvertes de sang américain et iranien et il aurait dû être éliminé, il y a très longtemps", a-t-il estimé.

Donald Trump annonce également de nouvelles sanctions immédiates contre l'Iran. "Le monde civilisé doit envoyer un message fort et unifié en disant : 'votre campagne d'atrocités et de meurtres ne sera plus tolérée dorénavant.'"

17h13: Si l'Amérique "veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu'elle recevra une réponse plus ferme" encore, a prévenu le président Hassan Rohani en conseil de ministres.

16h58: Une déclaration télévisée du président américain Donald Trump est attendue dans quelques minutes.

13h47: Le chef du Parlement irakien dénonce "une violation iranienne de la souveraineté irakienne", après le tir par Téhéran de 22 missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains en représailles à l'assassinat par Washington de son général Qassem Soleimani à Bagdad: Nous condamnons la violation iranienne de la souveraineté irakienne aujourd'hui à l'aube, nous confirmons notre refus absolu que les parties en conflit utilise l'arène irakienne pour régler leurs comptes."

12h25: L'Irak a dit avoir été informé par l'Iran qu'il allait mener des raids sur son sol, affirmant que, simultanément, les Américains appelaient pour signaler qu'ils étaient attaqués alors que Téhéran tirait 22 missiles sur des bases irakiennes utilisées par l'armée américaine.

"Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d'Iran indiquant que la riposte à l'assassinat du martyr Qassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l'armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations", indique le bureau du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.

"Au même moment, les Américains nous appelaient alors que les missiles s'abattaient sur les sections américaines des bases d'Aïn al-Assad dans la province d'Anbar (ouest) et de Harir à Erbil (nord)", poursuit le communiqué.

Il y a cinq jours, un drone américain avait tué sur ordre du président américain Donald Trump, le général iranien Qassem Soleimani près de l'aéroport de Bagdad, ainsi qu'Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux des paramilitaires pro-Iran qui font partie des forces régulières.

11h00: Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a qualifié mercredi de «nouvel exemple d'escalade» les frappes iraniennes sur des bases en Irak utilisées par des troupes de la coalition, y compris des Européens.

«Les dernières attaques à la roquette contre des bases aériennes en Irak utilisées par les forces américaines et de la coalition, dont des forces européennes, sont un autre exemple d'escalade et de confrontation accrue», a déploré M. Borrell lors d'une courte intervention devant la presse à Bruxelles.

10h31: La compagnie allemande Lufthansa a annoncé qu'elle suspendait "jusqu'à nouvel ordre" ses survols de l'Iran et l'Irak, quelques heures après des frappes iraniennes contre deux bases abritant des soldats américains en Irak. Lufthansa a également annulé un vol prévu ce mercredi entre Francfort et Téhéran, a indiqué dans un communiqué la compagnie, précisant que le contournement des zones aériennes iranienne et irakienne aurait "un impact sur la durée" d'autres vols.

10h23: Londres a "condamné" mercredi les attaques iraniennes en Irak "imprudentes et dangereuses" contre des bases de la coalition, incluant des forces britanniques, exprimant sa "préoccupation" quant à des "informations faisant état de blessés".

Aucun blessé britannique n'est à déplorer, a précisé un porte-parole du gouvernement, ajoutant que la "première priorité" de Londres est la sécurité de son personnel.

Le Royaume-Uni compte 400 militaires en Irak et un milliers de civils.

"Nous condamnons cette attaque sur des bases militaires irakiennes abritant des forces de la coalition, dont des Britanniques", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, exprimant sa "préoccupation" quant à des "informations faisant état de blessés et de l'utilisation de missiles balistiques", sans plus de précisions sur la provenance de ces informations.

"Nous exhortons l'Iran à ne pas réitérer ces attaques imprudentes et dangereuses", a poursuivi le chef de la diplomatie britannique dans une déclaration, appelant Téhéran à "une désescalade urgente".

09h48: Air France a suspendu jusqu'à nouvel ordre "tout survol des espaces aériens iranien et irakien", quelques heures après des frappes iraniennes contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

"Par mesure de précaution et dès l'annonce de frappes aériennes en cours, Air France a décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre tout survol des espaces aériens iranien et irakien", a indiqué un porte-parole de la compagnie aérienne, contacté par l'AFP.

09h34: Le point sur ce que l'on sait ce matin ;

L'Iran a tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, une riposte à l'assassinat par Washington de son puissant général, Qassem Soleimani, qui ne fait qu'aggraver le risque d'une déflagration.

Au total, en l'espace d'une demi-heure, 22 missiles se sont abattus sur deux bases irakiennes, Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord) où sont installés des soldats étrangers --en majorité des Américains--, a annoncé l'armée irakienne, à l'heure exacte où un tir de drone américain tuait le général à Bagdad cinq jours plus tôt.

Ces raids, qui selon l'armée irakienne n'ont pas fait de victime dans ses rangs, est la première réponse de Téhéran à l'assassinat de l'architecte de sa stratégie au Moyen-Orient. Ils font redouter une escalade régionale ou un conflit ouvert, même si dirigeants américain et iranien ont rapidement semblé vouloir calmer le jeu.

"L'évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu'ici, tout va bien !", a indiqué dans un tweet le président américain Donald Trump, ajoutant qu'il ferait une déclaration mercredi.

"Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre", a pour sa part assuré Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne, expliquant que les représailles "proportionnées" de la nuit étaient "terminées".

Pour le spécialiste des groupes chiites armés Phillip Smyth toutefois, "des missiles balistiques ouvertement lancés depuis l'Iran sur des cibles américaines marquent une nouvelle phase".

L'Iran "a envoyé une réponse publique et d'ampleur pour envoyer un signal", la suite, affirme-t-il à l'AFP, pourrait être confiée "aux agents de l'Iran", les nombreuses factions armées pro-Téhéran en Irak, au Liban, en Syrie ou ailleurs.

Signe que de nouvelles violences sont toujours redoutées, l'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe.

Les cours du pétrole s'envolaient de plus de 4,5% mercredi matin dans les échanges en Asie.

Les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région "afin d'éviter de nouvelles pertes", menaçant Israël et "des gouvernements alliés" des Etats-Unis, en premier lieu les Etats du Golfe, pris entre l'Iran et l'Irak.

09h12: Aucun militaire français déployé en Irak n'a été touché par les frappes iraniennes déclenchées dans la nuit de mardi à mercredi, a déclaré un porte-parole de l'état-major des armées françaises. 

L'Iran a tiré dans la nuit de mardi à mercredi des missiles contre des bases abritant des forces américaines en Irak, après l'assassinat ciblé par les Etats-Unis du général iranien Kassem Soleimani la semaine dernière.

07h03: Les tirs menés par l'Iran contre des bases américaines en Irak ont fait 80 morts, selon la télévision publique iranienne.

05h45: Cinq jours après l'élimination du général Qassem Soleimani par les Etats-Unis, l'Iran a riposté cette nuit en tirant des missiles contre deux bases abritant des soldats américains en Irak. Selon le Pentagone, une douzaine de missiles ont été lancés depuis l'Iran contre les bases d'Aïn al-Assad et d'Erbil. Ces raids, revendiqués par Téhéran, marquent un tournant faisant redouter une escalade régionale ou un conflit ouvert, même si dirigeants américain et iranien ont rapidement semblé vouloir calmer le jeu.

Dans un tweet au ton particulièrement léger et plutôt apaisant, le président américain Donald Trump a indiqué qu'il ferait une déclaration mercredi matin et laissé entendre que le bilan n'était pas très lourd. "L'évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu'ici, tout va bien !", a-t-il lancé. De son côté, Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, a affirmé que son pays avait mené et "terminé" dans la nuit des représailles "proportionnées".

"Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre", a-t-il insisté. L'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe. Les cours du pétrole s'envolaient de plus de 4,5% mercredi matin dans les échanges en Asie. Les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région "afin d'éviter de nouvelles pertes", et menacé de frapper Israël et "des gouvernements alliés" de l'Amérique.

Ces tirs interviennent alors que se terminent à peine les funérailles du général Qassem Soleimani, assassiné vendredi à Bagdad avec l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, leader des paramilitaires pro-Iran désormais intégrés aux forces de sécurité irakiennes. "Des missiles balistiques ouvertement lancés depuis l'Iran sur des cibles américaines, c'est une nouvelle phase", a estimé Phillip Smyth, spécialiste des groupes chiites armés, rappelant que Téhéran avait tendance jusqu'ici à répondre via des factions, sans revendications.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article