Netflix : Concurrencé par Disney, Netflix se montre prudent pour 2020 et flanche en Bourse - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Netflix : Concurrencé par Disney, Netflix se montre prudent pour 2020 et flanche en Bourse

Le géant du divertissement lâche du lest dans les premiers échanges à Wall Street mercredi de ses résultats trimestriels publiés mardi après Bourse.
 
Ceux-ci révèlent que Netflix a souffert sur son marché domestique des lancements de Disney+ et d'Apple TV+.
 
Confronté à une foule de nouveaux concurrents de l'envergure d'Apple et de Disney sur son principal marché, Netflix s'est voulu prudent pour 2020 mais insiste sur sa dimension internationale pour convaincre de lendemains qui chantent.
 
Au cours de son quatrième trimestre clos fin décembre, Netflix a attiré "seulement" 550.000 nouveaux abonnés aux Etats-Unis et au Canada, une région qui reste de très loin la plus importante en termes de chiffre d'affaires (plus de 2,6 milliards de dollars sur un total de 5,5 milliards de dollars).
 
Pour les seuls États-Unis, le géant du divertissement a vu 420.000 clients s’abonner sur la période, contre 1,7 million au dernier trimestre de l'exercice précédent.
 
L'Amérique du Nord est donc scrutée avec beaucoup d'attention par les investisseurs.
 
Trop selon Netflix qui préfère mettre l'accent sur la dimension mondiale de ses activités et ses 8,8 millions de nouveaux abonnés au dernier trimestre, bien plus que prévu (les précédentes prévisions tablaient sur 7,65 millions de nouveaux abonnés).
 
À la fin de l'année 2019, un peu plus de 168 millions de personnes dans le monde avaient un abonnement à Netflix, soit 20% de plus qu'un an plus tôt.
 
"Le streaming est un phénomène mondial et nous travaillons d'arrache pied pour consolider notre progression antérieure", martèle le groupe dans un communiqué.
 
Sauf que le géant de Los Gatos avait lui-même indiqué en octobre dernier qu'il espérait attirer au moins 600.000 nouveaux abonnés aux Etats-Unis et au Canada, se targuant de résister à l'arrivée de deux poids-lourds dans le secteur : Apple TV+ et Disney+.
 
Pour le premier trimestre de son exercice 2020, Netflix prévoit seulement 7 millions d'abonnés payants en plus dans le monde, là où un an plus tôt il avait engrangé un nombre record d'un peu moins de 10 millions.
 
Les analystes, eux, espéraient un chiffre plus proche de 8 millions (environ 7,9 millions en moyenne).
 
Netflix explique cette prévision modeste par plusieurs facteurs dont le maintien des désabonnements aux Etats-Unis à un niveau "légèrement élevé".
 
Le directeur financier de l'entreprise, Spencer Neumann, explique que cela est dû "à une combinaison du prix et de la concurrence".
 
De fait, Netflix est désormais bien plus cher que ses rivaux aux Etats-Unis, ces derniers ayant choisi de casser les prix pour être plus attractifs.
 
En réaction à cette publication, le titre Netflix lâche 2,2% à 330,8 dollars en fin de matinée, ce qui ramène sa capitalisation à 145 milliards de dollars.
 
Le PDG Reed Hastings insiste lui sur la recette qui a fait le succès de Netflix depuis 20 ans : "donner du plaisir à nos abonnés et ils nous aideront à croître".
 
Le groupe met surtout en avant une programmation forte au 2e trimestre, avec en particulier la 4e saison du succès mondial "La Casa De Papel" mais aussi des investissement importants sur des produits très régionaux.
 
"Nous prévoyons que la compétition s'étende à l'international au cours de l'année et donc nous essayons de nous montrer prudents dans la manière dont nous voyons l'impact sur nos activités", a souligné Spencer Neumann.
 
Et de fait, Disney+ a annoncé qu'il avançait d'une semaine, au 24 mars, son lancement en Europe.
 
Netflix, qui investit des sommes colossales pour s'attacher des stars du grand écran et produire des œuvres marquantes, a souligné mardi qu'il arrivait en tête des nominations aux Oscars cette année avec 24 nominations, contre 23 pour Disney/Fox, pourtant numéro un mondial du divertissement, et 20 pour Sony.
 
Pour autant, nomination ne veut pas dire récompense à tous les coups.
 
Le géant du streaming dominait de la tête et des épaules la course aux Golden Globes mais a finalement dû se contenter de deux petits prix, un pour Laura Dern ("Marriage Story") pour le cinéma et un autre pour Olivia Colman ("The Crown") pour la télévision.
 
Cette dernière série sur la vie de la famille royale britannique connaît un succès planétaire que 73 millions de ménages ont choisi regarder dans le monde depuis son lancement, a noté Netflix.
 
Mais c'est "The Witcher", lancé en décembre, qui est en passe de devenir la série au plus gros succès dans sa première saison, avec 76 millions de comptes d'abonnés l'ayant visionnée.
 
L'entreprise a décidé de changer la façon dont elle comptabilise la popularité de sa programmation.
 
Là où un ménage devait regarder 70% d'un épisode ou d'un film pour être comptabilisé, il suffira maintenant qu'il soit regardé pendant au moins deux minutes.
 
"C'est assez long pour prouver que le choix était intentionnel", note Netflix.
 
C'est ce que fait Youtube, a justifié Netflix, reconnaissant que cela augmentait les chiffres d'environ 35%.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article