Polanski nommé aux César : "Le cinéma français n'a pas terminé sa révolution", déclare Schiappa - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Polanski nommé aux César : "Le cinéma français n'a pas terminé sa révolution", déclare Schiappa

"Manifestement, le cinéma français n'a pas terminé sa révolution en ce qui concerne les violences sexistes et sexuelles." Mercredi 29 janvier, Marlène Schiappa a réagi sur RTL après l'annonce des nominations pour les César 2020. Le film J'accuse de Roman Polanski, réalisateur accusé de viol et d'agression sexuelle par une dizaine de femmes, est en tête : il est cité dans douze catégories, dont celles de la meilleure réalisation et du meilleur film.
 
"Je m'interroge sur le message qui est envoyé", s'indigne la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes. "Il y a deux ans encore j'étais à la cérémonie des César placée sous l'égide de #MeToo avec une célébration de la valorisation des femmes, de leur parole, de leur liberté dans le monde du cinéma, poursuit-elle. Quel est là le message que l'académie des César souhaite envoyer aux femmes ?"
 
"Là, je crois que l'on ne respecte pas les femmes et notamment celles qui parlent des violences sexuelles qu'elles ont vécues. Quand vous êtes une femme et que vous avez été violée, agressée, harcelée sexuellement et que vous vous réveillez et vous voyez qu'il y a ces douze nominations : quel est le message qui est envoyé ? C'est une question que je me pose", a poursuit Marlène Schiappa.
 
En novembre dernier, la photographe Valentine Monnier a accusé Roman Polanski de l'avoir violée alors qu'elle était adolescente. Un témoignage qui est venu s'ajouter à plusieurs autres accumulés ces dernières années. Le réalisateur polonais a d'ailleurs fui les États-Unis en 1977 après avoir été condamné pour le viol d'une jeune femme qui avait treize ans au moment des faits, Samantha Geimer.
 
Le président de l'Académie Alain Terzian a justifié les nominations du film de Roman Polanski arguant que les César ne sont "pas une instance qui doit avoir des positions morales". "Sauf erreur de ma part, 1,5 million de Français sont allés voir son film. Interrogez-les", a-t-il ajouté.
 
Une position que Marlène Schiappa dénonce. "On nous dit tout le temps 'Il faut séparer l'homme de l'oeuvre, il faut séparer l'homme de l'oeuvre' - fort bien. Mais là c'est l'homme, c'est à l'homme qu'on propose de remettre une récompense, c'est lui qui est également nommé". Elle poursuit : "On nous dit parfois vous allez briser la carrière des hommes en parlant des violences sexuelles qu'ils ont commises. Manifestement, ça ne brise pas du tout la carrière de cet homme, c'est plutôt pour les femmes qui parlent que ça ferme des portes."
 
Marlène Schiappa regrette que les nominations de Roman Polanski ne viennent occulter d'autres films. Et notamment Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, un film qui "célèbre la liberté des femmes".

Elle me saoule cette meuf, qu'elle s'occupe du féminicide et pas sur des sujets qui datent de plus de 30 ans.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article