Très ému, Thierry Beccaro a raconté hier soir son passé d'enfant battu sur Canal Plus : "Il m'a fallu du temps pour arriver au pardon" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Très ému, Thierry Beccaro a raconté hier soir son passé d'enfant battu sur Canal Plus : "Il m'a fallu du temps pour arriver au pardon"

Très ému, Thierry Beccaro a raconté hier soir son passé d'enfant battu sur Canal Plus : "Il m'a fallu du temps pour arriver au pardon"

Fils d'un père qui va tomber dans un alcool « triste et agressif », l'animateur de France 2 décrit une maltraitante à la fois physique et psychologique. Il a également écrit un livre autobiographique intitulé « Je suis né à 17 ans » (Editions Plon), paru en février 2018, dans lequel il raconte son enfance en tant qu'enfant battu.

"Mon père va tomber dans l’alcool. Et à partir de là, la vie bascule" avait-il déjà expliqué sur un plateau télé. "La mienne. Celle de ma mère aussi, puisque évidemment, mon père a un alcool triste et agressif. Et à partir de là, quand il rentre le soir, un soir sur deux, un soir sur trois, la moindre petite faute est prétexte à une rafale de coups qui s’abattent sur moi sans que j’en comprenne la raison. Ce n’est pas la fessée, là. On n’est pas dans une fessée. La fessée est insupportable. La raclée, on est encore dans un domaine supérieur. C’est à dire que là vous êtes recroquevillé dans l’escalier, votre dos, il est marbré. Et votre petite sœur, elle, assiste à ça. C’est ça, la maltraitance, elle est autant physique que psychologique. Ce qui était terrible après ces moments douloureux, c’est que j’allais me coucher. Et après mon père venait me voir et il me disait qu’il m’aimait."

Hier soir il est revenu dans Clique sur Canal Plus sur ce long chemin pour arriver à pardonner.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article