Un ancien gendarme dénonce la radicalisation dans les clubs de sport : Nudité interdite, prières obligatoires, nourriture halal... - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Un ancien gendarme dénonce la radicalisation dans les clubs de sport : Nudité interdite, prières obligatoires, nourriture halal...

Un ancien gendarme dénonce la radicalisation dans les clubs de sport : Nudité interdite, prières obligatoires, nourriture halal...

Ce matin, Médéric Chapitaux était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. L'ancien gendarme, auteur de l'ouvrage "Le sport : une faille dans la sécurité de l'Etat", est revenu sur la radicalisation dans le sport. 


"Il y a certains clubs qui sont impactés. Il faut différencier tout ce qui va toucher du communautarisme, de la radicalisation, voir plus.  Dans certains clubs, il y a des postulats qui sont pris dès l'entrée au club avec du respect de préceptes religieux : refus de prendre la douche nu, des prières collectives dans les vestiaires... A partir du moment où on agit de la sorte dans un club, on est dans une forme de détournement éducatif du sport. Le sport n'a pas vocation à alimenter une religion ou une idéologie", explique-t-il. 


L'ex-gendarme a ensuite évoqué le règlement intérieur d'un club de sport. "Les trois premières règles qui sont écrites : elle imposait le caleçon dans la douche, elle encourageait les prières sur le terrain et dans le vestiaire, la nourriture était dans le respect des préceptes religieux avec, entre autre, de la nourriture halal. A partir de là, on est dans un raccourci et un détournement de la règle. Quelqu'un qui n'est pas de confession musulmane, par exemple, va se retrouver soit écarté, soit il va être obligé de suivre pour s'intégrer". 


Pour lui, "on est dans une forme de communautarisme, pas de radicalisme". Médéric Chapitaux a rappelé que la Fédération Française de Football est la seule fédération en France qui dit, dans ses statuts, que tous les signes ostentatoires de religion ou d'idéologie sont interdits. 


L'ex-gendarme a indiqué que certains "éducateurs sportifs sont fichés S, identifiés dans certains endroits". "La radicalisation et la fiche S ne bénéficient pas d'un statut pénal, on ne peut pas judiciariser la disposition. Ce n'est pas illégal au sens du droit. Ca pose de vraies questions déontologiques et éthiques. Ils peuvent exercer : soit ils véhiculent les valeurs de la République et on peut s'en réjouir ; soit ils peuvent faire autre chose et là c'est alarmant". 


Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article