BFM TV évoque l'hypothèse qui inquiète l'Elysée d'un Cyril Hanouna candidat surprise à la présidentielle de 2020 à l'image de Coluche en 1981 - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

BFM TV évoque l'hypothèse qui inquiète l'Elysée d'un Cyril Hanouna candidat surprise à la présidentielle de 2020 à l'image de Coluche en 1981

BFM TV évoque l'hypothèse qui inquiète l'Elysée d'un Cyril Hanouna candidat surprise à la présidentielle de 2020 à l'image de Coluche en 1981

Comme Zelensky en Ukraine ou Grillo en Italie, un candidat surprise peut-il émerger en France avant la présidentielle de 2022 ? Et si ce candidat était Cyril Hanouna en France en s'appuyant sur sa "fan base" et sur son impact médiatique. L'hypothèse peut faire sourire mais selon une enquête de BFM TV elle inquiète jusqu'à l'Elysée et même un ministre, sous couvert de l'anonymat, évoque cette hypothèse.  

En fait c'est aussi une candidature à la Coluche qui est évoquée car il était parvenu à attirer près de 15% des suffrages à l'époque.  Le 29 octobre 1980, Coluche organise une conférence de presse pour déclarer sa candidature.  Dès le lendemain, les journaux télévisés rapportent la nouvelle, choisissant quelques extraits de cette conférence.

Le 31 octobre, Coluche est l'invité du Crible, sur Antenne 2, une émission dans le journal qui cuisine les hommes politiques. Coluche y est traité comme tel. Moins en maîtrise que sur scène, le candidat n'est pas ménagé par Daniel Grandclément.

Le Point résume les questions qui se posent: "Se prend-il au sérieux  ? Quelles sont ses revendications  ? Sa candidature n'est-elle pas dangereuse  ? Est-il conscient de ses responsabilités  ? Sur le sérieux de sa candidature, il reste flou. Cette candidature est « rendue sérieuse par les médias parce qu'ils en parlent », mais Coluche déclare : « Les gens savent très bien que c'est une plaisanterie puisque je me présente au premier tour. »"

L'Élysée aurait alors demandé à l'audiovisuel public de ne plus recevoir Coluche. L'exécutif, via son ministre de l'Intérieur de l'époque, Christian Bonnet, en poste lors de l'arrestation de Mesrine, va enquêter sur Coluche et livrer aux médias des faits de délinquance pour lesquels Coluche a été condamné.

En mars 2019, Le Monde publie une lettre que Coluche a adressée à son directeur de campagne Romain Goupil et dans laquelle il explique plus précisément son retrait. Coluche y revient sur les pressions des partis politiques sur les maires afin qu'ils ne parrainent pas le trublion, mais aussi sur le silence des médias, dont certains ont également reçu la consigne de ne pas recevoir l'éphémère candidat.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article