Congés - Le coup de gueule d'un papa qui a perdu son enfant contre les députés : "Ils ont perdu toute humanité. Ils devraient avoir honte de ce qu'ils ont fait" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Congés - Le coup de gueule d'un papa qui a perdu son enfant contre les députés : "Ils ont perdu toute humanité. Ils devraient avoir honte de ce qu'ils ont fait"

Congés - Le coup de gueule d'un papa qui a perdu son enfant contre les députés : "Ils ont perdu toute humanité. Ils devraient avoir honte de ce qu'ils ont fait"

Ce matin, Saïd Benmouffok était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Le professeur de philosophie, qui a perdu un enfant, est revenu sur la décision de l'Assemblée nationale de rejeter l'allongement du congé de deuil. Après le tollé suscité par ce refus, la majorité LREM à l'Assemblée nationale va déposer une proposition de loi pour mieux les accompagner et "réparer" cette "lourde" erreur, a indiqué la députée Olivia Grégoire.

"Ce qu'il s'est passé ce week-end, c'est une catastrophe à tout point de vue ! Une catastrophe morale, politique et démocratique. J'ai entendu la députée Olivia Grégoire qui a dit que quand on est député on a le devoir de voter selon l'avis de son gouvernement. Comment peut-on, quand on est député, abdiquer sa conscience ? Comment est-ce possible de se dire 'je suis élu pour obéir'. Obéir à qui ? Au gouvernement, à des personnes qui me disent à un moment de voter un texte qui est le signe d'une inhumanité comme on en a rarement vu dans ce pays", a déclaré Saïd Benmouffok, en colère. 

Et d'ajouter : "Je suis prof de philo. Qu'est-ce que j'enseigne à mes élèves ? Le commencement de l'humanité c'est le développement de la conscience morale, la capacité de distinguer le bien et le mal, le juste et l'injuste. Qu'est-ce qu'on voit ? Des députés qui obéissent le doigt sur la couture du pantalon et qui disent 'je suis désolé, on s'est trompé. On nous a demandé de voter un texte inhumain et on n'a pas vu qu'il était inhumain. Et on va faire en sorte de réparer ceci'".

"Ce n'est pas possible : ce n'est pas une erreur qui a été commise, c'est une faute. C'est la révélation, la vérité sur un système (...) Ce qu'on oublie ce qui fait le fondement de notre vie en collectivité. L'attention à l'autre, l'humanité", a indiqué le prof de philo.

Avant de s'adresser aux députés : "J'ai envie de leur dire qu'ils devraient avoir honte de ce qu'ils ont fait. Mais ça ne suffit pas. Maintenant il va falloir réparer. Il va falloir qu'ils sortent de leur condition, de leur attitude d'obéissance systématique à une politique injuste, indigne. C'est indigne de leur fonction ce qu'il s'est passé. Ils sont députés, ils nous représentent. Ce qu'ils font c'est jouer le contraire de la mission qui leur a été confié. Bon sang, ces gens, ils ont des chiffres à la place du coeur ? Comment c'est possible que l'on vous demande de voter un texte inhumain et que vous disiez 'bah oui, il n'y a pas de problèmes c'est normal, c'est le chef qui l'a dit'. Même le Président de la République les a rappelés à l'humanité, le MEDEF les a rappelés".

"Quand on considère que les humains sont des chiffres alors oui c'est vrai, sauver la vie d'un enfant ça coûte cher. Mais la vie d'un enfant, il n'y a rien de plus précieux", a conclu Saïd Benmouffok.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article