Dix jours après ses propos, le rectorat affirme n'avoir toujours aucune solution à offrir à Mila pour lui permettre de retourner à l'école et de retrouver une vie normale - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Dix jours après ses propos, le rectorat affirme n'avoir toujours aucune solution à offrir à Mila pour lui permettre de retourner à l'école et de retrouver une vie normale

Ses virulentes critiques sur l'islam avaient été massivement relayées et la lycéenne avait été inondée de menaces sur les réseaux sociaux.
 
Depuis, Mila, 16 ans, n'a toujours pas réintégré son établissement de Villefontaine, dans l'Isère, où ses propos ont "choqué beaucoup de monde", selon une ancienne camarade de classe.
 
Dans l'attente d'une solution du rectorat, la lycéenne reste donc sans affectation scolaire, dix jours après la publication de sa vidéo controversée.

Il n'y a toujours aucune solution pour elle et pour lui permettre de retrouver une vie normale dix jours après la publication de sa vidéo controversée.

En lien avec la famille, le rectorat de l'académie de Grenoble assure toutefois s'être mis en quête d'une solution qui permettra à Mila de retrouver le plus rapidement possible, et en toute sécurité, le chemin des salles de classe.

"Plusieurs options sont sur la table", a précisé à l'AFP Aymeric Meiss, directeur de cabinet de la rectrice de l'académie de Grenoble, confirmant que la jeune fille n'avait pas rejoint son lycée depuis les faits "parce que la situation ne le permet pas".

Sans préciser si un retour dans son lycée est envisagé.

Les auteurs des menaces toujours recherchés et n'ont à ce jour toujours pas été retrouvés.

Le 18 janvier denier, la vidéo de l'adolescente était devenue virale sur les réseaux sociaux, attirant un déferlement de menaces de mort et de viol, des soutiens et un lot de polémiques impliquant jusqu'à des ministres.

Les propos de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, qui a assimilé mercredi la critique des religions à "une atteinte à la liberté de conscience" avant de rétropédaler en plaidant la maladresse, ont notamment beaucoup fait réagir.

La secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, s'en est prise aux déclarations du délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri - "qui sème le vent récolte la tempête".

"Je trouve que ce sont des propos criminels, ce sont des propos coupables", a réagi Marlène Schiappa.

Le parquet de Vienne, qui avait ouvert une enquête pour "provocation à la haine à l'égard d'un groupe de personnes, en raison de leur appartenance à une race ou à une religion déterminée", l'a finalement classée sans suite.

Pour le procureur Jérôme Bourrier, l'enquête a démontré que les propos diffusés, "quelle que soit leur tonalité outrageante", avaient pour "seul objet d'exprimer une opinion personnelle à l'égard d'une religion, sans volonté d'exhorter à la haine ou à la violence contre des individus".

Les enquêteurs poursuivent en revanche leurs investigations pour trouver les auteurs des menaces de mort exprimées à l'encontre de la jeune fille, qui a porté plainte.

En attendant, plusieurs de ses camarades à Villefontaine voient d'un mauvais œil un éventuel retour dans l'établissement, où "pas mal de monde lui en veut", selon l'une d'elles.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article