Jérôme Rodrigues menace le préfet de Paris, que Jean-Luc Mélenchon traite de "psychopathe" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Jérôme Rodrigues menace le préfet de Paris, que Jean-Luc Mélenchon traite de "psychopathe"

En marge de la manifestation à Paris ce samedi 1er février, le Gilet jaune Jérôme Rodrigues, figure du mouvement, s'est emporté devant les médias, en menaçant ouvertement le préfet de police de Paris, Didier Lallement. Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon l'a soutenu, qualifiant le préfet de "psychopathe de Paris, chef de 'l'autre camp'".
 
C'est une banale amende qui a mis le feu aux poudres. Banale elle ne l'était pas pour Jérôme Rodrigues, figure emblématique du mouvement des Gilets jaunes, qui participait à la manifestation à Paris ce samedi 1er février pour protester une nouvelle fois contre la réforme des retraites.
 
Alors qu'il se trouvait dans une zone que le manifestant a expliqué n'être pas interdite à la manifestation par la préfecture de police, Jérôme Rodrigues s'est tout de même vu infliger une amende de 135 €. Un véritable affront selon son sentiment et une sévère injustice, qui l'ont poussé dans une colère noire.
 
Dans une vidéo, on le voit s'exprimer avec rage et s'adresser indirectement à Didier Lallement, le préfet de police. Il ironise sur son contrôle d'identité, alors que selon lui "tout le monde connaît" son visage, et finit même par menacer le préfet, qu'il accuse d'avoir "détruit" sa vie depuis qu'il a perdu l'usage de son œil droit lors d'une manifestation : "Un jour, vous ne serez pas entouré par 300 policiers Monsieur Lallement. Et là, vous croiserez le regard que vous avez mutilé".
 
“Ils m’ont mis une amende à un endroit où j’avais le droit de me balader. Monsieur Lallement je vous regarde droit dans les yeux, je vous dis ‘merde.’ Vous avez détruit ma vie, détruit ma vue, ruiné ma vie, vous pouvez faire ce que vous voulez, me mettre en prison, je suis un putain d’opposant politique et je vais vous emmerder toute votre vie”, a poursuivi Jérôme Rodrigues, qui a conclu son intervention musclée sous les "bravos" d'autres manifestants.
 
Juste après cette séquence, le Gilet jaune a reçu le soutien d'un autre ennemi intime du préfet de police : Jean-Luc Mélenchon.
 
Le leader de la France Insoumise, président du groupe à l'Assemblée nationale, a posté un message sur Twitter où il prend la défense de Jérôme Rodigues, qualifiant de "persécution acharnée" le traitement que lui réservaient les forces de police, dirigées par Didier Lallement. Il a ainsi déploré la "violence délibérée" dont fait preuve celui qu'il a par la suite traité de "psychopathe de Paris, chef de 'l'autre camp'".

Je ne le supporte pas ce mec, qui se plaint tout le temps... Et qui cherche la merde, et pourtant je n'aime ni ce gouvernement, ni ce nouveau préfet de Police.

J'aimerai bien connaitre son salaire pour qu'on rigole un peu...

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article