La première interview de Piotr Pavlenski après sa mise en examen : "J'ai commencé par Benjamin Griveaux. Attendez la suite... Je ne regrette rien, mais je croyais que la France était un pays de liberté !" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

La première interview de Piotr Pavlenski après sa mise en examen : "J'ai commencé par Benjamin Griveaux. Attendez la suite... Je ne regrette rien, mais je croyais que la France était un pays de liberté !"

La première interview de Piotr Pavlenski après sa mise en examen : "J'ai commencé par Benjamin Griveaux. Attendez la suite... Je ne regrette rien, mais je croyais que la France était un pays de liberté !"
C'est la première interview de Piotr Pavlinski à sa sortie de garde à vue et il continue d'affirmer qu'il ne s'agit que d'un début et que d'autres personnalités vont être visées par ce qu'il appelle un "projet artistique" :
 
"Je commence seulement ce projet. J'espère que je pourrai le poursuivre, parce que s'il devait s'arrêter au 3e jour, ce serait terrible. Je pensais que la France était un pays de liberté d'expression, mais ce n'est pas du tout le cas. Je ne regrette pas du tout. Si quelqu'un d'hypocrite, auteur d'un mensonge envers tous les Parisiens, prenait le pouvoir, ce serait catastrophique. Quand les gens n'aiment pas ce qu'on fait, soit c'est criminel, soit on est fou.
 
J'ai passé beaucoup de temps dans des asiles psychiatriques pour ça. Je suis artiste. Je ne suis pas politico-activiste. Mes actes révèlent des mécaniques de pouvoir. C'est un art qui doit ouvrir les yeux des gens.
 
Bien sûr, je comprends que c'est un délit. J'étais sûr que j'allais aller en prison. Ca a été assez surprenant que je sois mis en liberté. Vous pourrez le comprendre par la suite.
 
Les policiers ont pris mes ordinateurs et ils le verront. J'ai commencé par Benjamin Griveaux parce qu'il était le plus actuel, parce que je voulais participer à cette élection municipale. En démocratie, il faut que chaque habitant d'une ville peut participer à cette élection.
 
J'étais concerné, moi aussi, parce que je suis Parisien. J'ai vu que cette personne, ce faux-cul, faisait des choses catastrophiques, c'est pour ça que j'ai agi."
 
Source JMM

En quoi ce projet nauséabond c'est de l'art ? Il oserait vraiment faire la même chose en Russie. Et désolé mais la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres...

Oui nous sommes dans un pays libre si on compare à d'autres pays (notamment la Russie) mais libre, ne veut pas dire qu'on peut tout se permettre... Si on faisait tout et n'importe quoi... Ce serait l'anarchie, le bordel, il y a des limites à ne pas franchir !

Et son truc reste politisé...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article