Le Fil Actu - Benjamin Griveaux est depuis hier placé sous la protection des services de police en raison de menaces de mort (Le Parisien) - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Benjamin Griveaux est depuis hier placé sous la protection des services de police en raison de menaces de mort (Le Parisien)

Le Fil Actu - Benjamin Griveaux est depuis hier placé sous la protection des services de police en raison de menaces de mort (Le Parisien)

18h07: Benjamin Griveaux est, depuis hier, protégé par la police et plus particulièrement par le Service de la Protection, selon les informations du Parisien ce soir. L'ex-candidat à la Mairie de Paris ne l'était pas auparavant. Deux policiers de ce service d'élite de la Police Nationale sont dorénavant dédiés à sa sécurité en permanence. « Des menaces ont été détectées qui dépassent le cadre de l'affaire de la vidéo » mais leur typologie reste confidentielle, indiquent des sources policières.

17h10: Le point complet sur la situation ce dimanche :

L'artiste russe Piotr Pavlenski et sa compagne ont été placés en garde à vue dans l'enquête sur les vidéos intimes ayant poussé Benjamin Griveaux à retirer sa candidature à la mairie de Paris, a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Paris. Tous deux sont en garde à vue pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel", dans le cadre de l'enquête ouverte samedi à la suite du dépôt d'une plainte contre X de M. Griveaux.

Piotr Pavlenski, 35 ans, avait été placé en garde à vue samedi après-midi dans un autre dossier portant sur des violences commises le soir du 31 décembre. Celle-ci a été suspendue dimanche et une seconde garde à vue a démarré pour l'interroger sur l'affaire Griveaux. La durée totale de ces gardes à vue ne pourra excéder 48 heures, soit jusqu'à lundi après-midi.

Sa compagne, Alexandra de Taddeo, 29 ans, est en garde à vue depuis samedi soir dans l'affaire Griveaux. Selon une source proche du dossier, c'est elle qui aurait été au départ la destinataire des vidéos incriminées.

Réfugié politique en France depuis 2017, M. Pavlenski a affirmé vendredi être à l'origine de la mise en ligne desdites vidéos, assurant vouloir dénoncer l'"hypocrisie" de Benjamin Griveaux. Ce dernier "a utilisé sa famille en se présentant en icône pour tous les pères et maris de Paris. Il a fait de la propagande des valeurs familiales traditionnelles", a affirmé M. Pavlenski. Cette justification est "grotesque", a répondu samedi soir l'avocat de M. Griveaux, Me Richard Malka.

"J'ai rarement vu une personnalité plus cynique. On est dans une imposture absolue, avec des pseudo artistes qui considèrent qu'ils sont dans une dictature et donnent des leçons de morale", a-t-il déclaré sur LCI. Il a également dit douter que M. Pavlenski soit le seul responsable de la diffusion des vidéos. "Clairement, je ne crois pas du tout qu'il ait agi tout seul", a-t-il poursuivi, sans s'avancer davantage et en renvoyant à l'enquête ouverte par le parquet.

L'artiste russe, condamné en 2019 pour avoir incendié en octobre 2017 une succursale de la Banque de France à Paris lors d'une "performance artistique", est également mis en cause pour avoir participé à une rixe dans la soirée du 31 décembre dans un appartement à Paris. Selon le récit d'un participant à l'AFP, une dispute aurait éclaté entre plusieurs personnes et Piotr Pavlenski, qui se serait saisi d'un couteau dans la cuisine.

Deux des invités ont été blessés avec ce couteau, a rapporté le site d'information français Médiapart, qui avait révélé l'existence de cette enquête. L'avocat et essayiste Juan Branco, qui dit avoir "conseillé" M. Pavlenski sur les vidéos à l'origine du retrait de M. Griveaux, était également présent à cette soirée de réveillon.

Dimanche, Me Branco a dénoncé le fait de ne pas pouvoir être désigné comme avocat de Piotr Pavlenski dans la procédure portant sur la diffusion des vidéos, mettant en cause le parquet de Paris. "Il s'oppose à ce que je représente mon client. Il s'agit d'une atteinte aux droits de la défense inédite, gravissime", a-t-il expliqué à sa sortie des locaux de la police judiciaire.

Procéduralement, le parquet, ne pouvant le faire seul, doit saisir le bâtonnier s'il souhaite contester la désignation d'un avocat. Contactés par l'AFP, le parquet de Paris et le bâtonnier de Paris n'ont pas souhaité faire de commentaire. Juan Branco a précisé à l'AFP que sa procédure de désignation était pour le moment suspendue, dans l'attente d'une rencontre qu'il doit avoir lundi avec le bâtonnier.

15h49: Ecoutez Me Juan Branco qui s'exprime cet après-midi :

15h42: L'avocat Juan Branco affirme être dessaisi de la défense de Piotr Pavlenski par décision du parquet de Paris.

Le parquet de Paris refuse que Juan Branco défende l'artiste russe Piotr Pavlenski. L'avocat et militant, proche des milieux d'extrême gauche, a annoncé lui-même l'information ce dimanche en sortant du commissariat où est entendu son ancien client, tout en dénonçant une décision "infondée et inadmissible".

"Le parquet, en une violation exceptionnelle des droits de la défense, a décidé de s'opposer à ma désignation par Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux", a-t-il ensuite réagi sur Twitter.

10h32: La compagne de Piotr Pavlenski, qui a diffusé des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a été interpellée et placée en garde à vue, a annoncé le parquet de Paris ce dimanche. Âgée de 29 ans, elle serait la destinataire des vidéos de Benjamin Griveaux, dont la diffusion sur les réseaux sociaux l’a contraint à retirer sa candidature à la mairie de Paris, selon les informations de BFMTV et Le Parisien.

10h04: Le point sur l'affaire :

La compagne de l'activiste Piotr Pavlenski a été interpellée et entendue par la police ce samedi soir. Elle était aussi la destinataire des vidéos de Benjamin Griveaux. Il s'agit d'une jeune femme de 29 ans, originaire de Metz. Elle dit être en couple avec l'activiste russe depuis janvier 2019. Les vidéos, dont elle était la destinataire, ont été tournées en 2018. L'interpellation de Piotr Pavlenski et de sa compagne a eu lieu ce samedi après-midi, dans un hôtel de la banlieue parisienne. 

L'artiste russe exilé en France Piotr Pavlenski, qui revendique la diffusion de vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux, a été placé en garde à vue ce samedi 15 février dans le cadre d'une enquête sur des violences commises le soir du réveillon, a confirmé le parquet de Paris au Figaro. Le trentenaire «a été interpellé dans le cadre de l'enquête ouverte pour des faits de violences volontaires avec arme commis dans la nuit du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020». Il a été placé en garde à vue au commissariat des 5e et 6e arrondissements.

Selon le récit d'un participant à l'AFP, une dispute aurait éclaté entre plusieurs personnes et l'artiste russe controversé, qui se serait saisi d'un couteau dans la cuisine. Deux des invités ont été blessés avec ce couteau, a rapporté Médiapart, qui avait révélé l'existence de l'enquête. Cette enquête n'a pas de lien avec la revendication, par le principal intéressé, de la diffusion de vidéos et messages à caractère sexuel impliquant Benjamin Griveaux, qui a poussé ce dernier à renoncer à sa candidature à la mairie de Paris.

Samedi 15 février

22h34: Selon des sources concordantes au Parisien, l'interlocutrice de Benjamin Griveaux dans ces échanges privés n'est autre que la compagne actuelle de Piotr Pavlenski. Mais on ignore, à ce stade, si elle a transmis elle-même les vidéos intimes ou si elle a été victime d'un piratage informatique. En tout état de cause, elle n'aurait pas conservé d'animosité vis-à-vis de l'ancien secrétaire d'Etat. Le rôle de l'avocat Juan Branco, figure contestataire, interroge aussi. Celui-ci affirme n'avoir eu qu'un rôle de « conseiller juridique » dans la publication des films.

L'artiste contestataire russe, qui avait incendié la façade d'une succursale de la Banque de France en 2017, a justifié la diffusion des vidéos attribuées à Benjamin Griveaux en arguant qu'elles démontreraient "l"hypocrisie" de l'ex-candidat LREM à la mairie, celui-ci ayant fait campagne en mettant en avant "les valeurs familiales traditionnelles".

Maître Malka a estimé sur LCI que cette justification était "grotesque". "J'ai rarement vu une personnalité plus cynique. On est dans une imposture absolue, avec des pseudo artistes qui considèrent qu'ils sont dans une dictature et donnent des leçons de morale", a-t-il ajouté.

L'avocat a également dit douter que M. Pavlenski soit le seul responsable de la diffusion des vidéos. "Clairement, je ne crois pas du tout qu'il ait agi tout seul", a-t-il ajouté, sans s'avancer davantage et en renvoyant à l'enquête ouverte samedi par le parquet.

20h03: Benjamin Griveaux a porté plainte cet après-midi dans les locaux de la direction régionale de la police judiciaire pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", indique le parquet de Paris. La brigade de répression de la délinquance contre la personne est chargée de l'enquête.

18h32: Avant son arrestation Piotr Pavlenski a publié un message annonçant "le retour de son site bloqué par les autorités françaises". L’artiste contestataire russe, connu pour ses “performances” choc à connotation politique et réfugié en France après avoir fui son pays, s’“excuse auprès de tous les spectateurs et lecteurs de pornopolitique”, le site où il a publié les vidéos de l’ex-candidat LREM aux municipales : “La ressource porno a duré moins de 3 jours et a été bloquée par les autorités françaises”, explique-t-il. “Mais les Français avaient vraiment besoin de ce nouveau média”, ajoute-t-il.

À son message, il joint une vidéo où est filmé son site avant la fermeture et notamment le compteur de vues de l’article sur Benjamin Griveaux, qui défile à grande vitesse.

18h18; L'activiste russe Piotr Pavlenski, qui a diffusé des vidéos de Benjamin Griveaux, a été interpellé ce samedi à Paris dans un hôtel du XVIème arrondissement. Il était recherché par la police depuis le 2 janvier dernier pour "dégradation en bande organisée par moyen dangereux", selon une source policière à BFMTV.

Piotr Pavlenski, à l'origine de la diffusion de la vidéo qui a fait chuter l'ex candidat à la mairie de Paris Benjamin Griveaux vendredi, est un artiste contestataire connu pour ses "performances" choc à connotation politique, réfugié en France après avoir fui la Russie. M. Pavlenski, 35 ans, crâne rasé, joues creusées, dit pratiquer "l'art politique".

"Ce que je dénonce, c'est l'individu réduit à l'état de bétail par l'Etat, la propagande et les instruments du pouvoir", détaillait-il en 2017 peu avant de quitter son pays natal. C'est encore avec la politique qu'il entre avec fracas dans les affaires publiques parisiennes : il affirme être à l'origine de la mise en ligne de la vidéo à caractère sexuel qui a entraîné le retrait de la candidature de Benjamin Griveaux, un proche du président Macron, à la mairie de Paris.

L'artiste dit avoir voulu "dénoncer l'hypocrisie" du candidat LREM. Ce n'est pas le premier coup d'éclat en France de Piotr Pavlenski : en octobre 2017, il avait incendié la façade d'une succursale de la Banque de France à Paris pour dénoncer sa présence sur la place de la Bastille, selon lui "historiquement honteux".

Finalement condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour "destruction du bien d'autrui", il critique lors de ses onze mois passés en détention provisoire les conditions dans les prisons françaises, où les détenus sont traités "comme des animaux". Piotr Pavlenski et sa compagne Oksana Chalyguina ont obtenu l'asile en France après avoir fui la Russie.

L'artiste a expliqué vouloir échapper à "dix ans de camp", alors qu'il était sous la menace de poursuites pour "violences à caractère sexuel" sur une actrice du théâtre moscovite teatr.doc, selon les médias russes.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article