Le Fil Actu - César - Le palmarès complet - Adèle Haenel quitte la salle lorsque Roman Polanski est récompensé pour la réalisation de "J’accuse" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - César - Le palmarès complet - Adèle Haenel quitte la salle lorsque Roman Polanski est récompensé pour la réalisation de "J’accuse"

Le Fil Actu - César - Le palmarès complet - Adèle Haenel quitte la salle lorsque Roman Polanski est récompensé pour la réalisation de "J’accuse"

00h17: Quelques secondes après l'annonce du César de la meilleure réalisation décerné au réalisateur Roman Polanski, l'actrice Adèle Haenel a quitté la salle.

Depuis l'annonce des nominations, les féministes et une partie de l'opinion publique ont jugé inacceptable en pleine ère post #MeToo, la nomination de Roman Polanski alors qu'il est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol.

Adèle Haenel, nommée pour le César de la meilleure actrice, est devenue l'icône d'un nouvel élan de #MeToo en France depuis qu'elle a accusé en novembre le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements répétés" quand elle était adolescente. Affichant la couleur, celle qui avait créé un séisme dans le cinéma français à l'automne avec son témoignage, a estimé lundi dans une interview au New York Times que "distinguer Polanski, c'est cracher au visage de toutes les victimes".

23h00: LE PALMARES DE CETTE 45e CEREMONIE :

- Meilleur espoir masculin : Alexis Manenti pour "Les Misérables"

- Meilleurs décors : Stéphane Rozenbaum pour "La Belle Epoque"

- Meilleurs costumes : Pascaline Chavanne pour "J’accuse"

- Meilleur espoir féminin : Lyna Khoudri pour "Papicha"

- Meilleur court-métrage d'animation : "La nuit des sacs plastiques"

- Meilleur long-métrage d'animation : "J'ai perdu mon corps"

- Meilleur premier film : "Papicha"

- Meilleur film documentaire : "M" réalisé par Yolande Zauberman

- Meilleur court-métrage : "Pile Poil"

- César du public : "Les Misérables"

- Meilleur son : Nicolas Cantin, Thomas Desjonquères, Raphaël Mouterde, Olivier Goinard, Randy Thom pour "Le Chant du Loup"

- Meilleur adaptation : Roman Polanski et Robert Harris pour "J'accuse"

- Meilleur scénario original : Nicolas Bedos pour "La Belle Epoque"

- Meilleur montage : Flora Volpelière pour "Les Misérables"

- Meilleure photo : Claire Mathon pour "Portrait de la jeune fille en feu"

- Meilleur film étranger : "Parasite"

- Meilleure musique originale : Dan Lévy pour "J'ai perdu mon corps"

- Meilleure actrice dans un second rôle : Fanny Ardant dans "La Belle Epoque"

- Meilleur acteur dans un second rôle : Swann Arlaud dans "Grâce à Dieu"

- Meilleur acteur : Roschdy Zem pour "Roubaix, une lumière"

- Meilleur actrice : Anaïs Demoustier pour "Alice et le maire"

- Meilleure réalisation : Roman Polanski pour "J'accuse"

- Meilleur film : "Les Misérables" de Ladj Ly

21h02: La 45ème cérémonie, avec Florence Foresti en maîtresse de cérémonie, vient de débuter. Pour le lancement de cette cérémonie, l'humoriste a parodié le film américain "Joker".

20h13: Des incidents ont brièvement opposé vendredi manifestants et forces de l’ordre devant la salle Pleyel où aura lieu en soirée la cérémonie des César.

Quelque centaines de manifestants, des femmes pour la plupart, étaient rassemblés depuis 18H00 place des Ternes pour dénoncer Roman Polanski et les nominations de «J’accuse».

Vers 19H30, moins de deux heures avant le début de la cérémonie, des manifestants avec des fumigènes ont tenté d’approcher de la salle Pleyel protégée par des policiers et des barrières métalliques en criant «enfermez Polanski». Les manifestants qui tentaient de renverser des barrières ont été repoussés par la police.

«On veut interpeller le milieu du cinéma qui peut soutenir Adèle Haenel, qui dénonce des faits d’agressions sexuelles et, dans le même temps, avec une hypocrisie incroyable, soutient Roman Polanski», avait expliqué au début du rassemblement Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme à une journaliste de l’AFP.

Les manifestantes lançaient des slogans hostiles au cinéaste comme «Polanski violeur, cinéma coupable, public complice». Sur des pancartes; on pouvait lire : «Victimes de Polanski on vous croit» ou encore «A bas le patriarcat».

Roman Polanski et l’équipe de son film «J’accuse», y compris l’acteur Jean Dujardin qui joue le rôle principal, ont décidé de ne pas se rendre à la cérémonie des César alors que son long métrage sur l’Affaire Dreyfus a récolté douze nominations.

Vendredi matin, le ministre de la Culture Franck Riester a estimé sur France Info qu’un César du meilleur réalisateur pour Roman Polanksi serait «un symbole mauvais par rapport à la nécessaire prise de conscience que nous devons tous avoir dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes».

Roman Polanski est visé par plusieurs accusations de viol et est toujours poursuivi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977.

19h29: Près de 200 manifestants ont crié des slogans hostiles à Roman Polanski avant d'allumer des feux de Bengale et de tenter de forcer le passage sur le tapis rouge. Ambiance de feu avant le début de la cérémonie des César. Près de 200 manifestants se sont réunis à Paris devant la salle Pleyel pour crier des slogans hostiles à Roman Polanski. "Polanski violeur, à ton tour d’avoir peur !" ont-ils notamment scandé. Avant d'allumer des feux de Bengale et de bousculer les forces de l'ordre pour tenter de forcer le passage sur le tapis rouge.

17h18: Le point à quelques heures du début de la 45ème cérémonie des César :

Après Roman Polanski, l’ensemble de l’équipe de son film «J’accuse», y compris l’acteur Jean Dujardin, a décidé de ne pas se rendre à la cérémonie des César, a annoncé vendredi le producteur du film Alain Goldman.

«L’ensemble des nommés pour le film ne sera pas présent à la cérémonie», a-t-il indiqué dans une déclaration transmise à l’AFP, précisant un texte communiqué plus tôt dans l’après-midi.

Sur son compte Instagram, la star oscarisée de «The Artist» Jean Dujardin a publié pour sa part des photos du journal L’Aurore en train de brûler, avec à la Une l’article d’Emile Zola «J’accuse» sur l’Affaire Dreyfus.

«Je voudrais simplement rappeler que +J’accuse+ est le titre d’un article assez célèbre d’Emile Zola, j’espère que cela ne gêne personne ? Bonne soirée !», se contente de commenter l’acteur, qui incarne dans le film le lieutenant-colonel Picquart, chef des services de renseignement qui avait diffusé les preuves permettant d’innocenter le capitaine Dreyfus.

Plus tôt dans l’après-midi, le producteur Alain Goldman avait annoncé à l’AFP qu’il ne se rendrait pas à la cérémonie des César, regrettant «une escalade de propos et comportements déplacés et violents».

«Le ministre de la Culture lui-même, représentant l’autorité de l’Etat, s’est autorisé une déclaration condamnant par avance et sans connaître le résultat d’un vote professionnel, indépendant et secret», avait-il ajouté.

«Nous ne pouvons accepter que le vote démocratique des 4.313 membres de l’Académie soit remis en cause par un tribunal d’opinion», avait-il encore dit dans son texte, soulignant que «la France est un État de droit».

«Pour toutes ces raisons, nous avons donc décidé de ne pas être présents à la cérémonie des César 2020».

Roman Polanski avait déjà annoncé jeudi à l’AFP qu’il ne se rendrait pas à la cérémonie vendredi soir, alors que des féministes ont prévu de manifester contre les 12 nominations de son thriller historique sur l’Affaire Dreyfus.

Vendredi matin, le ministre de la Culture Franck Riester a estimé sur France Info qu’un César du meilleur réalisateur pour Roman Polanksi serait «un symbole mauvais par rapport à la nécessaire prise de conscience que nous devons tous avoir dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes».

La 45e cérémonie des César se tient vendredi soir sous haute tension, sur fond de réformes attendues - notamment sur la parité - et de vives protestations contre les nominations de «J’accuse».

La grand-messe annuelle du cinéma français sera précédée dès 18H00 par un rassemblement à l’appel d’associations féministes. Elles refusent que des honneurs soient accordés à Roman Polanski, visé par plusieurs accusations de viol et toujours poursuivi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977.

16h20: L'équipe du film "J'accuse" de Roman Polanski, dont Jean Dujardin, renonce à participer à la cérémonie. Une annonce faite dans un message adressé par le producteur du film, Alain Goldman, à l'AFP.

"Malgré les 12 nominations du film pour les César, nous avons constaté une escalade de propos et de comportements déplacés et violents. Le Ministre de la Culture lui-même, représentant l'autorité de l'Etat, s'est autorisé une déclaration condamnant par avance et sans connaitre le résultat d'un vote professionnel, indépendant et secret", précise le texte.

Et d'ajouter : "Pour toutes ces raisons, nous avons donc décidé de ne pas être présents à la cérémonie des César 2020. Nous tenons à remercier chaleureusement tous les membres de l'Académie qui ont voté pour le film, ainsi que les 1,5 million de personnes qui se sont déplacées dans les salles de cinéma pour voir le film".

13h18: Cette soirée devrait être celle du début d’une renaissance pour l’institution des César, secouée ces dernières semaines par une grave crise de fonctionnement.

Un vent de révolte, émanant de personnalités du cinéma, avait soufflé depuis la mi-janvier pour critiquer l’opacité, le manque de démocratie, de diversité et de parité de la direction de l’Académie des César.

Cette fronde avait conduit, à la mi-février, à la démission en bloc de son conseil d’administration, présidé depuis 2003 par Alain Terzian.

Une présidente par intérim des César, Margaret Menegoz, a déjà été nommée mercredi, et une assemblée générale extraordinaire se tiendra le 20 avril pour adopter de nouveaux statuts.

«On a le droit à notre kermesse et on peut revendiquer qu’elle nous corresponde», explique dans Libération l’actrice Marina Foïs, membre du collectif 50/50 et signataire active de la tribune de plus 400 professionnels du cinéma qui avait précipité la chute de la direction des César. «La manière est violente? C’est la nonchalance qui l’est pour moi», dit-elle.

12h06: Un César de meilleur réalisateur pour Roman Polanski serait "un symbole mauvais", a jugé le ministre de la Culture Franck Riester vendredi matin sur France Info.

Un César de meilleur réalisateur pour Roman Polanski "serait un symbole mauvais par rapport à la nécessaire prise de conscience que nous devons tous avoir dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, c'est à chacun et chacune des votants (...) de prendre ses responsabilités", a détaillé le ministre.

En revanche, le responsable politique ne voit pas d'inconvénient à un César de meilleur film, estimant que "J'accuse" est l’œuvre d'une "équipe" et qu'il n'y a "pas de raison de pénaliser le collectif par rapport à un comportement éventuellement sanctionnable d'un des artistes".

Par ailleurs, M. Riester comprend la décision - "elle est sage" - de Roman Polanski de ne pas venir assister à la cérémonie des César ce vendredi soir. "Avec ce qui s'est passé, depuis de nombreuses années, avec un certain nombre de femmes qui ont dit avoir été agressées par Roman Polanski, sa présence ce soir aurait été évidemment une source de tension".

"C'est très compliqué cette question de Roman Polanski et du film +J'accuse+ (...) on ne doit pas faire un mélange entre les œuvres et les artistes - en tout cas les hommes qui sont des artistes - parce qu'une œuvre doit être protégée. Je suis le garant de la liberté de création et de l'accès libre aux œuvres de l'art et de l'esprit", a développé le ministre.

"Il est important de faire en sorte, de dire, que ce n'est pas parce qu'on est un artiste, même réputé, même de talent, qu'on a une garantie d'impunité, il est important de bien différencier les choses", a-t-il encore souligné.

La 45e cérémonie des César se tient vendredi soir sous haute tension, sur fond de réformes attendues - notamment sur la parité - et de vives protestations contre les 12 nominations du "J'accuse" de Roman Polanski. La grand-messe annuelle du cinéma français débutera vers 21H00. Elle s'annonce agitée.

Illustration de ce climat explosif, elle sera précédée dès 18H00 par un rassemblement à l'appel d'associations féministes, dont #NousToutes et Osez le féminisme, pour protester contre les nombreuses nominations de "J'accuse".

07h34: La 45e cérémonie des César se tient vendredi soir sous haute tension, sur fond de réformes attendues et de vives protestations contre les 12 nominations du "J'accuse" de Roman Polanski, qui a annoncé qu'il ne s'y rendrait pas.

La grand-messe annuelle du cinéma français débutera vers 21H00, présidée cette année par l'actrice Sandrine Kiberlain, avec l'humoriste Florence Foresti en maîtresse de cérémonie.

Elle s'annonce agitée.

Illustration de ce climat explosif, elle sera précédée dès 18H00 par un rassemblement à l'appel d'associations féministes, dont #NousToutes et Osez le féminisme, pour protester contre les nombreuses nominations du film "J'accuse" de Roman Polanski.

Thriller historique sur l'Affaire Dreyfus, "J'accuse" figure parmi les principales oeuvres nommées pour ces récompenses annuelles du 7e Art français.

A ses côtés figurent notamment le film de Ladj Ly sur les banlieues "Les Misérables" (12 nominations aussi et grand favori pour le César du meilleur film) et "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma, qui en compte dix.

Une place de choix donnée à Roman Polanski, que les féministes et une partie de l'opinion publique jugent inacceptable en pleine ère post #MeToo, alors qu'il est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol.

Le réalisateur franco-polonais de 86 ans est toujours poursuivi aussi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977.

Un collectif de militantes féministes, baptisé la "contre-Académie des César", a déjà diffusé jeudi sur les réseaux sociaux une "contre-cérémonie" pour remettre "aux Tocards du cinéma français, des récompenses telles que le César de la pédocriminalité, de l'impunité, ou de la misogynie", ont-elle expliqué.

Dans ce climat de tension, Roman Polanski a annoncé jeudi qu'il ne se rendrait pas à la cérémonie.

"Depuis plusieurs jours, on me pose cette question: viendrai-je ou ne viendrai-je pas à la cérémonie des César. La question que je pose est plutôt la suivante : comment le pourrais-je ?", a indiqué le cinéaste dans un texte transmis jeudi à l'AFP, affirmant que "des activistes le menacent déjà d'un lynchage public".

L'équipe du "Portrait de la jeune fille en feu", largement féminine, devrait de son côté être massivement au rendez-vous, lors de cette soirée qui devrait voir s'affronter symboliquement deux mondes.

Le renouveau sera incarné notamment par Adèle Haenel, nommée pour le César de la meilleure actrice, devenue l'icône d'un nouvel élan de #MeToo en France depuis qu'elle a accusé en novembre le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements répétés" quand elle était adolescente.

Affichant la couleur, celle qui avait créé un séisme dans le cinéma français à l'automne avec son témoignage, a estimé lundi dans une interview au New York Times que "distinguer Polanski, c'est cracher au visage de toutes les victimes".

A ses côtés, la réalisatrice Céline Sciamma, très impliquée dans le collectif 50/50 pour l'égalité dans le cinéma, pourrait créer un moment d'Histoire aussi en raflant le César de la meilleure réalisation.

Il a été remporté seulement une fois par une femme, Tonie Marshall pour «Vénus Beauté (Institut)», il y a tout juste vingt ans.

Cette soirée devrait aussi être celle du début d'une renaissance pour l'institution des César, secouée ces dernières semaines par une grave crise de fonctionnement.

Un vent de révolte, émanant de personnalités du cinéma, avait soufflé depuis la mi-janvier pour critiquer l'opacité, le manque de démocratie, de diversité et de parité de la direction de l'Académie des César.

Cette fronde avait conduit, à la mi-février, à la démission en bloc de son conseil d'administration, présidé depuis 2003 par Alain Terzian.

A deux jours de la cérémonie, une présidente par intérim des César, Margaret Menegoz, a été nommée, et le Centre national du cinéma (CNC) a annoncé qu'une assemblée générale extraordinaire se tiendrait le 20 avril pour adopter de nouveaux statuts.

En attendant, signe du malaise de cette 45e édition, aucun César d'honneur, généralement attribués à des stars hollywoodiennes, n'a été annoncé cette année.

Selon Le Parisien, l'acteur américain Brad Pitt aurait donné son accord dans un premier temps, avant de se rétracter.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article