Les vidéos de l'INA du week-end du 15 février - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Les vidéos de l'INA du week-end du 15 février

Les vidéos de l'INA du week-end du 15 février

Chaque week-end je vous propose un florilège des vidéos de l'INA choisies par la rédaction de l'Institut National de l'Audiovisuel.

Aujourd'hui :

1986, Catherine Lara chante "Nuit magique"

« Nuit magique, Une histoire d'humour qui tourne à l'amour, Quand vient le jour, Nuit magique, On perd la mémoire au fond d'un regard, Histoire d'un soir...» En 1986, Catherine Lara rencontrait un immense succès avec sa chanson Nuit magique, écrite par Luc Plamondon. Un succès qui lui valait d'être nommée cette année-là meilleure interprète féminine aux Victoires de la musique.

1972, Claire Bretécher se prend pour De Vinci

Claire Bretécher, la créatrice de Cellulite ou d'Agrippine, maniait le stylo en toute liberté et ses dessins valaient des slogans. En 1972, face à des collègues dessinateurs, elle illustrait avec brio la phrase "Sois belle et tais-toi"...
 
Retrouvons Claire Bretécher dans l'émission Du tac au tac, en juin 1972. Le principe est simple, des dessinateurs s'affrontent stylo en main sur un thème donné. Ce jour-là, face à Gotlib, Franquin et Jean Roba, la dessinatrice doit illustrer cette phrase misogyne "Sois belle et tais-toi !".
 
Découvrez son dessin caustique, tout en justesse, réalisé en totale improvisation, à la manière de Léonard de Vinci.

1960, la radio diffuse l'explosion de la 1ère bombe A française

Le 13 février 1960, à 7h04 du matin, la France faisait exploser sa première bombe atomique dans le sud du Sahara algérien, près de la base de Reggane. Le même jour, la radio diffusait un reportage exclusif de l'explosion.
 
La première bombe atomique française porte le joli patronyme de "gerboise bleue", sa puissance de 70 kilotonnes équivaut à trois à quatre fois celle d'Hiroshima. Cette explosion va être diffusée à la radio dans une édition spéciale du journal parlé de France 1, Paris Inter. Un avantage, car la télévision ne va bénéficier que de quelques images. Ce document sonore, envoyé à Paris via un avion à réaction, a transité au préalable au ministère français des armées. Il est donc diffusé quelques heures après l'explosion, en différé.
 
Le reportage débute à 6h45, à 14 minutes de l'explosion, à la base de Reggane. Deux journalistes non identifiés se trouvent à quelques kilomètres du point zéro. A H-2, les hommes prennent la position de sécurité (assis au sol, dos tourné à l'explosion, tête entre les genoux, protection des yeux avec les coudes repliés). Le lancement de deux fusées (orange et blanche) indique que l'on est à moins d'une minute de l'explosion. Le journaliste explique qu'il prend lui-même la position de sécurité. Le décompte jusqu'à l'explosion débute. L'explosion retentit au loin durant 14 secondes. Une annonce officielle de la défense nationale [ajoutée au reportage par le ministère des armées] précise que cet enregistrement est une première mondiale ! Un speaker l'annonce au cours de la diffusion : "Voici en toute première mondiale puisque c'est le document original du bruit de l'explosion de la première bombe atomique française. Le reportage est arrivé de Reggane. Actuellement il est écouté par la commission de censure. Ici la défense nationale. A vous les studios".
 
Un reporter interviewe à présent des soldats sur leurs impressions alors que le champignon se forme dans le ciel : "On voit un magnifique champignon...", "J'ai vu un petit éclair". Le reporter décrit à son tour ce qu'il observe : "Un champignon s'élève maintenant dans le ciel." Soudain l'onde de choc de l'explosion retentit dans le micro et le journaliste souligne qu'il a fallu tout ce temps pour que l'onde de choc leur parvienne. Des cris de joie l'accueillent : "Oh la vache !", "La Lune elle fait pâle à côté de ça !".
 
La description se poursuit : "Le champignon continue à se développer lentement dans le ciel. Il s'élargit sans cesse. C'est extraordinaire parce qu'il a une certaine immobilité. Le sommet prend actuellement la forme d'un immense ballon sphérique. Une espèce de comète dont la queue serait de fumée et une tête de neige. L'impression est merveilleuse… Le champignon a certainement plus de trois kilomètres de haut à l'heure qu'il est. Il monte lentement, très lentement."
 
Le reporter précise que dans le désert, il y a peu d'éléments de comparaison pour jauger la taille du champignon. L'autre journaliste évoque des "corolles" qui se forment à la base du champignon. Ils continuent leur description enthousiaste du champignon qui s'élargit sans cesse tout en se déportant vers le soleil levant. L'un d'eux ajoute que malgré la protection de leurs bras repliés sur les yeux et les lunettes de protection, la lumière était éblouissante : "Nous avons aperçu un éclair extraordinaire !" L'autre reporter ajoute qu'il a eu l'impression d'être "traversé" par la lumière.
 
La description de la dislocation du champignon se poursuit. Bientôt, la vie reprend sur la base.
 
Vient ensuite l'interview du commandant de la base (non nommé) : "Je suis convaincu que je viens d'assister à un grand événement de l'Histoire de France", lance-t-il. "La première bombe française a explosé à l'heure exacte qui avait été prévue. Ce magnifique résultat est l'aboutissement de la science et de la haute technique de tous les Français qui ont fabriqué l'engin. Tous ici éprouvent un sentiment de fierté et de ferveur patriotique."
 
Un autre commandant ajoute : "C'est une grande émotion et un peu de surprise à la vue de ce spectacle pour moi inoubliable." Il décrit la lueur, les couleurs violettes "d'un très bel effet", l'immense nuage de plusieurs kilomètres.
 
Un reporter conclut : "Dans ce matin tiède du Sahara, il y a comme un élément de poésie qui se dégage de ce long nuage qui s'élève."
 
Au total, la France effectuera en Algérie 57 expérimentations et essais nucléaires entre 1960 et 1966. Six ans après "Gerboise bleue", la France fera exploser sa première bombe H (thermonucléaire) à Mururoa en Polynésie (Mururoa). Après plus de 200 essais nucléaires, Jacques Chirac relancera une campagne d'essais après son élection présidentielle en 1995... avant d'annoncer, sous la pression, un arrêt définitif le 29 janvier 1996. Il faudra attendre les années 2000, avec le long combat de vétérans des essais victimes de cancers, puis 2013, avec la déclassification des documents, pour découvrir l'ampleur des retombées radioactives. Elles furent beaucoup plus importantes que celles annoncées à l'époque. Elles s'étendirent sur toute l'Afrique de l'Ouest jusqu'au sud de l'Europe.

1969, la pauvreté du dessin Shadok attribuée au manque de crédit

Le 15 février 1975, le dernier épisode des Shadocks était diffusé sur TF1. L'occasion de revoir ce sketch de Jean Yanne, dans lequel il se rend chez Daniel Prevost, soi-disant directeur artistique des "Shadoks", pour enquêter, après la plainte d'un téléspectateur, sur la pauvreté du dessin. Pas de bureaux, mais un bidonville.

1978, "Patrick" le grand frère du TGV

Au revoir "Patrick", et merci ! Durant le mois de février, la première rame du TGV, "Patrick", lancée en 1978 avec le numéro 23001, fait une tournée d'adieu à travers la France. La rame était entrée en service commercial en 1981 avec l'ouverture de la première ligne de TGV française reliant Paris à Lyon, dans sa livrée orange initiale.

Journal Les Actualités Françaises : Emission du 16 février 1950

1984, le Bip de l'amour... Tinder avant l'heure

Dès 1984, on pouvait rencontrer l'âme sœur grâce à un petit boîtier : le "flashing" ou "bip bip de l'amour". Portable, il émettait un signal sonore lorsque vous croisiez un partenaire compatible. Idéal pour la Saint-Valentin, même s'il commettait parfois quelques bévues.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article