Les vidéos de l'INA du week-end du 8 février - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Les vidéos de l'INA du week-end du 8 février

Les vidéos de l'INA du week-end du 8 février

Chaque week-end je vous propose un florilège des vidéos de l'INA choisies par la rédaction de l'Institut National de l'Audiovisuel.

Aujourd'hui :

1982, Dave chante "Le petit bal perdu"

Le p'tit bal perdu, immortalisé par Juliette Gréco ou Bourvil, est un classique de la chanson française. Découvrez ici une version inédite de ce titre mélancolique, interprété par un Dave très inspiré...
 
Tout le monde connait C'était bien, célèbre sous le titre, Le p'tit bal perdu, créé par Juliette Greco en 1961, il a été repris, après Bourvil, par de nombreux artistes. La version que l'INA propose de découvrir date de 1982 et a été diffusée dans l'émission A la croisée des chansons. Au micro : Dave, accompagné au piano par Gaby Verlor, l'auteure du titre, mais absente de l'image, et l'accordéoniste Michel Leyraud.

1958, Kirk Douglas en français dans le texte

Héros inoubliable de Spartacus, avec 70 films à son actif, Kirk Douglas vient de décéder, à 103 ans. Acteur, réalisateur, il était également producteur de cinéma. En 1958, à l'occasion de la sortie de Vikings, il évoquait sa carrière cinématographique dans un français impeccable.
 
Pour ce film, il n'a pas seulement joué mais également produit Vikings. Dans cette interview accordée à France Roche, l'acteur raconte pourquoi il a monté sa propre compagnie de production pour pouvoir faire du cinéma et de la télévision. "Ça me plait beaucoup de faire plus de choses dans le cinéma qu'être acteur." Il raconte ensuite les difficultés de la production et une anecdote sur les conditions météorologiques du tournage.

2003, Mary Higgins Clark sur ses débuts de romancière

Mary Higgins Clark est décédée à l'âge de 92 ans. Célèbre dans le monde entier pour ses romans policier, elle était surnommée la "reine du suspense". En 2003, invitée en compagnie de sa fille Carol sur le plateau de Thierry Ardisson, elle évoquait son métier de romancière.

1977, Bob Marley : "La musique, c'est l'unité du monde…"

Le 6 février 1945 naissait Robert Nesta Marley, alias Bob Marley. Il deviendra de son vivant un dieu du reggae, cette musique emblématique de la Jamaïque. En 1977, le rasta, en tournée mondiale, posait ses dreadlocks à Paris…
 
Mai 1977, Bob Marley est en concert à Paris. Sur scène, il interprète l'un de ses nombreux tubes d'alors, I shot the sheriff. Le public est conquis. Plus tôt, dans le bus de la tournée, le reggae man, ses dreadlocks regroupées dans un énorme bonnet aux couleurs de la Jamaïque, sourit.
 
Le commentaire le présente ainsi : "Cet homme de 1,60m, avec ses anglaises frisées, ne se contente pas d'hurler une musique coup de poing. Bob Marley jette aussi un cri contre la misère et l'oppression. Il traîne aussi dans son sillage le Rastafari, cette religion solidement plantée à la Jamaïque qui interdit à ses pratiquants d'absorber de la viande ou du sel et qui, surtout, prône le retour aux sources de la négritude. Le retour à l'Ethiopie".
 
C'est grâce à l'émission radio de France Inter, Bananas, que "les Français se sont entichés du reggae" précise la journaliste. Et c'est justement son producteur, Patrice Blanc-Francard, qui dresse le portrait de Marley et revient sur la genèse du reggae : "Le reggae, c'est devenu important pour les Français, mais ça l'était déjà beaucoup pour les Anglais et les Américains. Ça permettait un renouvellement, un peu de fraîcheur à la pop music. Le reggae c'était déjà un rythme très, très, lancinant. Une musique qui est typiquement jamaïcaine mais qui est assez neuve. C'est une musique qui date des années 60, un mélange de vieux rythm & blues américains et de musiques qui viennent de là-bas, qui donnent vraiment un truc qu'on ne peut faire nulle part ailleurs, je crois..."
 
L'interview se termine sur une parenthèse journalistique dans laquelle Patrice Blanc-Francard s'étonne que les journalistes aient décroché une interview du chanteur : "Mais vous, vous avez réussi à décrocher une interview ? A avoir une interview de Marley ? Parce que moi, je n'ai jamais réussi à en faire une seule dans toute ma vie !" se désole-t-il.
 
La journaliste confirme pas peu fière : "On devrait l'interviewer ce soir".
 
Le producteur mi-envieux et donc frustré, l'avertit : "Je vous souhaite bien du plaisir, parce que tout ce que j'ai lu de lui au niveau interview, c'est totalement dément. D'abord, ils sont tellement défoncés… Il faut dire que le ganja, la Marijuana jamaïcaine se fume là-bas comme une herbe médicinale ou presque. Ils en fument des tonnes ! Alors il va être à trois pieds au-dessus terre lorsque vous allez l'interviewer. Je vous souhaite bien du plaisir ! Ça va être drôle !"
 
Quelques heures plus tard, nous retrouvons donc Bob Marley en plein entraînement de foot. Contrairement au musicien défoncé que décrivait Patrice Blanc-Francard, l'artiste jamaïcain, à la voix certes chevrotante, parvient à aligner quelques phrases plutôt cohérentes sur sa musique.
 
"Oh, la musique, c'est toute la musique. C'est sur l'unité du monde, sur les gens qui se réunissent et vivent comme un seul". Des idées de paix ? lui demande la journaliste. "Des idées de paix ? Oh pas vraiment plutôt une réalité de la paix".

Le reportage se termine par un extrait du concert donné le soir-même. Accompagné de son groupe The Wailers, il chante avec le public Get up Stand up…" Get up, stand up, stand up for your rights ! Don't give up the fight !" [Debout ! Levez-vous pour vos droits. N'abandonnez pas le combat !] C'est un titre emblématique de l'album Exodus. Une chanson-étendard du droit des peuples à la dignité, écrite en 1973, alors qu'il était en tournée en Haïti, inspirée par la pauvreté des Haïtiens qui l'avait touchés.

Monsieur Alpine

Reportage sur l'Alpine, voiture de rallye, création du pilote Jean Redélé, allié à Renault.

Journal Les Actualités Françaises : Emission du 9 février 1950

Bao Daï reçoit l'ambassadeur américain Jessup à Hanoï, sauvetage du cuirassé "Missouri" où fut signée la reddition du Japon en 1945, mode de printemps, résolution de l'énigme de la mort de Louis XVII ? Championnat de France de Boxe (Humez-Kouidri), Football (Racing Club de Paris contre RC Argentin), saut à ski aux USA…

1984, les mythomanes envahissent la télé

Le film "Le Lion", de Ludovic Colbeau-Justin, sortait en salles le 29 janvier. A l'affiche, Philippe Katerine et Dany Boon dans le rôle d'un interné qui se prend pour un agent secret. Alors mythomanie ou pas ? L'occasion de découvrir un florilège de mythomanes dans ce sketch de 1981, diffusé dans Le théâtre de Bouvard.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article