Un assistant sexuel pour personnes handicapées parle en direct à visage découvert : « Ca ne me dérange pas qu’on me traite de prostitué mais ce que je fais est médical » - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Un assistant sexuel pour personnes handicapées parle en direct à visage découvert : « Ca ne me dérange pas qu’on me traite de prostitué mais ce que je fais est médical »

Un assistant sexuel pour personnes handicapées parle en direct à visage découvert : « Ca ne me dérange pas qu’on me traite de prostitué mais ce que je fais est médical »

Ce matin, Fabrice Flageul, accompagnant sensuel et sexuel, était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. A visage découvert, il a évoqué son métier d'assistant sexuel de personnes handicapées.

"Ma pratique n'est pas illégale, par contre la personne qui fait appel à moi, avec la nouvelle loi de la pénalisation du client, tombe sous cette loi. Une personne en situation de handicap qui fait appel à moi pourrait aujourd'hui être pénalisée", a-t-il déclaré.

Et d'ajouter : "Cette pratique est considérée comme de la prostitution. Même si le terme ne me dérange pas, ma démarche est tout autre. Pour ces personnes en situation de handicap, il y a une détresse énorme de la sensualité et du manque de plaisir. On a le témoignage de personnes qui ont découvert la sexualité à l'âge de 40 ans et qui ne savaient pas ce que c'était".

"C'est une activité qui fait partie de mon activité professionnelle [il est thérapeute, ndlr]. Le statut de cette démarche devrait être qualifié autrement que prostitution, pour ne pas diaboliser les personnes qui font appel à nous".

Sur le site de l'APPAS (Association Pour la Promotion de l’Accompagnement Sexuel), un questionnaire est disponible pour faire appel à un accompagnant sexuel. Après avoir été rempli, il est étudié par des membres de l'association. La personne est alors mise en relation avec un accompagnant ou une accompagnante. "Un tarif est préconisé par l'APPAS. Il est de 150 euros pour 1h30/3h. Tout ce qui est payant, c'est la prestation. Tout ce qui se passe en amont - discuter, voir les gens dans un bar... -, c'est gratuit. Ce n'est pas gênant qu'il y ait des sentiments. (...) Même s'il y a une relation humaine qui se crée quand la relation est terminée, je repars. Huit fois sur 10, la personne qui a fait appel à moi n'aura plus besoin de faire appel à moi".

Fabrice Flageul continue en expliquant qu'il "accompagne des femmes de manière individuelle". "J'ai aidé des couples homosexuels à faire l'amour. Je suis présent, et j'aide les corps, je les mets en contact. Je n'interviens pas", explique-t-il. 

"J'espère que la société est prête à entendre ce que je dis. Personne dans mon entourage me dit que ce que je fais c'est monstrueux. J'espère que la société a évolué. Je ne suis pas là à profiter du désarroi des personnes en situation de handicap. J'essaye de les aider à passer à autre chose. J'essaye d'être un passeur et de les aider à reprendre confiance en elles", ajoute-t-il.

Et de conclure : "Pour l'instant c'est de la prostitution. Le mot prostitution ne me dérange pas s'il n'y avait pas la connotation négative derrière et la pénalisation de la personne qui fait appel à moi. Le terme de prostitué ne me dérange pas. C'est un métier noble et indispensable dans notre société. C'est juste de l'hypocrisie. On a vraiment besoin de ce genre de démarche".

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article