Un jeune Girondin paraplégique va participer au semi-marathon de Paris - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Un jeune Girondin paraplégique va participer au semi-marathon de Paris

Le 1er mars, Anthony Estève va parcourir les 500 derniers mètres du semi-marathon de Paris. Le jeune Girondin, paraplégique, est le premier Français à remarcher grâce à un exosquelette, le "Rewalk."
 
Anthony Estève ne vise pas le podium. Mais c'est bien un exploit qu'il s'apprêter à réaliser, le dimanche 1er mars, sur l'Harmonie Mutuelle Semi de Paris. Le jeune homme paraplégique depuis 2014 va parcourir les 500 derniers mètres du semi-marathon grâce à son exosquelette : un équipement articulé et motorisé qui lui permet de se tenir debout et de marcher. Pour le semi-marathon, Anthony Estève s'astreint à un entraînement quotidien au Centre de la Tour de Gassies, à Bruges. "À l'intérieur, sur du plat, du carrelage, à l'extérieur, sur de l'herbe, du bitume (...) mon entraînement est vraiment complet" raconte le jeune homme de 27 ans.
 
Son exosquelette, le "Rewalk" (Remarche en français) pèse plus de vingt kilos. C'est une technologie rare en France : Anthony Estève est d'ailleurs le premier Français paraplégique à avoir remarché avec cet équipement. "[Le semi-marathon] permet de faire connaître cette technologie (...) je pense qu'en France on est en retard sur ce produit-là, par rapport aussi au coût. C'est possible de se le faire rembourser sous certaines conditions dans certains pays mais ces conditions ne sont pas les mêmes en France."
 
L'exosquelette d'Anthony Estève ne lui appartient pas, il lui est prêté par Harmonie Médical Service. Le jeune homme a lancé une cagnotte en ligne pour se payer son propre Rewalk, à 80.000 euros.
 
"Il me tarde de participer, de m'élancer pour ce semi" sourit Anthony après son entraînement ce mercredi. Même si une petite inquiétude subsiste sur la météo. "Notre plus grande peur, c'est qu'il pleuve et qu'il y ait du vent" admet Elodie, la kiné qui accompagne Anthony. L'entraînement a donc en partie lieu sur du bitume mouillé et des petites pentes. Et le jeune homme est allé reconnaître le terrain, à Paris, pour être fin prêt le jour J.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article