Coronavirus : Netflix dégradé, Disney+ menacé - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Coronavirus : Netflix dégradé, Disney+ menacé

Coronavirus : Netflix dégradé, Disney+ menacé
La pression était devenue trop forte. Après un deuxième entretien téléphonique ce jeudi à 17 heures entre Thierry Breton, le commissaire européen en charge notamment du Numérique, et le PDG de Netflix, Reed Hastings, le leader américain du streaming a accepté une partie des demandes de Bruxelles, qui redoutait un engorgement des réseaux des opérateurs télécoms en Europe, très sollicités en raison du télétravail.
 
Netflix a décidé de réduire son débit pendant 30 jours, en Europe, tout en gardant la haute définition pour les abonnés qui ont choisi cette option. En temps normal, l'opérateur propose automatiquement le débit le plus élevé possible pour un rendu optimal. Selon le leader du streaming, la mesure va réduire de 25% le trafic utilisé par Netflix sur les réseaux des quelque 80 opérateurs télécoms en Europe.
 
Plus tôt dans l'après-midi, la Commission européenne avait lancé un appel non-contraignant « à la responsabilité » des plates-formes de vidéo à la demande (SVoD). Concrètement, Bruxelles leur demandait d'offrir « une définition standard, plutôt qu'élevée » et de « coopérer avec les opérateurs de télécommunications » qui mettent leurs tuyaux à sa disposition.
 
Mercredi, dans un tweet, Thierry Breton avait déjà invité les abonnés de Netflix à abandonner si possible le mode « haute définition », après s'être entretenu une première fois avec Reed Hastings.
 
En France, Netflix mobilise en temps normal 25 % de la bande-passante des opérateurs télécoms, selon l'Arcep, le gendarme du secteur. En ajoutant YouTube et Facebook, cela pourrait monter à 80 % en soirée. Mais l'arrêt des écoles et la généralisation du télétravail ont entraîné une augmentation de la consommation de données (entre 10 % et 30 % de plus selon les opérateurs par rapport à une semaine normale), liée notamment au streaming.
 
Chez un opérateur français, l'usage de Netflix a augmenté de +75 % en une semaine. « Les pics que l'on voyait d'habitude le week-end ont désormais lieu toute la semaine, précise-t-on au cabinet de Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique. Aujourd'hui, il n'y a pas de problème avéré d'engorgement. Mais nous avons senti qu'il y avait potentiellement un danger. Il fallait donc agir en amont ».
 
Si les autorités se sont inquiétées, c'est aussi que Disney +, le service SVOD du géant américain, va arriver en France la semaine prochaine, le 24 mars. Sous pression des opérateurs télécoms, le gouvernement a demandé à Disney de reporter son lancement, là encore pour préserver les réseaux. « Nous leur avons demandé d'ajuster leur arrivée sur le marché » confirme une source gouvernementale proche du sujet. Peine perdue, Disney + a confirmé son lancement en France.
 
Netflix évite, pour l'heure, une mesure plus radicale, évoquée à demi-mot ces derniers jours dans le secteur des télécoms : le bridage par les opérateurs de la bande-passante utilisée par la plate-forme. Bien que techniquement faisable, cette mesure aurait contredit le principe de neutralité du Net. Ce concept veut qu'aucun usage ne soit discriminé au profit d'un autre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article